Étiqueté : Métissage

0

“Les Colons Américains” : 1789, les libres de couleur entrent en politique (1)

Le 14 novembre 1789, un attroupement inhabituel se tient devant l’étude du notaire Lefébure de Saint-Maur : plusieurs dizaines de libres de couleur parisiens se sont rassemblés afin d’officialiser leur engagement politique. En effet, depuis l’été, ces derniers prennent part aux débats en essayant de faire valoir leur droit à la citoyenneté : ces « Colons Américains », comme ils se prénomment, ont ainsi choisi parmi eux six députés, dont cinq de couleur, qui portent leurs revendications à l’Assemblée nationale. L’acte signé ce 14 novembre 1789 – et son complément du 20 novembre – tiennent un rôle particulièrement important car ils permettent aux libres de couleur de construire une ligne de défense claire contre les colons blancs, les « Colons Français » qui multiplient les attaques à leur encontre. Ce document est aujourd’hui un précieux sésame pour l’historien : signé par près de 78 libres de couleur, il se révèle un instantané passionnant mais partiel de la communauté noire et métisse dans la capitale.

0

Caroline Branchu, une créole sur le devant la scène (2/2)

En 1803, à peine âgée de 25 ans, Caroline accumule donc les reconnaissances : soliste réputée à l’Opéra, elle est également première chanteuse dans la chapelle privée de l’Empereur Napoléon. Malgré cette progression fulgurante, elle reste cependant confrontée à un obstacle, et non des moindres : elle doit en effet faire face à l’opposition de Mademoiselle Maillard, mythique chanteuse lyrique à la fin du XVIIIe siècle, qui lui dispute le premier rang au sein de l’Opéra

0

Caroline Branchu, une créole sur le devant de la scène (1/2)

Décrire la vie artistique de Mme Branchu serait au-dessus de mes forces, il faudrait pour cela écrire l’histoire de l’Opéra pendant un quart de siècle C’est par ces mots que s’ouvrent en 1850 la nécrologie de la chanteuse lyrique Caroline Branchu, née Chevalier. Si son nom est aujourd’hui tombé dans l’oubli, cette dernière a pourtant brillé sur les scènes d’opéra parisiennes au début du XIXe siècle. Un succès d’autant plus admirable que Caroline Branchu était une « femme de couleur » selon les mots du temps.

0

Des apprentis de couleur à Bordeaux

Après un premier article sur l’instruction des libres de couleur, c’est aujourd’hui sur l’apprentissage des Africains et Afro-descendants à Bordeaux que je veux me pencher afin de compléter cette mini-série de rentrée ! L’apprentissage d’un métier artisanal sous la férule d’un maître déjà versé dans cet art est un procédé...

0

Lire et signer : un marqueur de liberté

La rentrée des classes a sonné : si certains vont peut-être retourner sur les bancs de l’école à reculons, l’occasion est trop belle pour montrer qu’il y a déjà deux siècles, l’apprentissage, tant scolaire que professionnel, était vécu comme un véritable moyen de s’extraire d’une condition de servitude. Pour ce...

0

Un musicien oublié : Georges Bridgetower

Quoi de mieux que la Fête de la musique pour célébrer un musicien oublié ? Une fois de plus, c’est le destin d’un Afro-descendant que je vous propose de découvrir aujourd’hui, Georges Bridgetower : à défaut d’être Bordelais, ce dernier recoupe mon champ d’étude puisqu’il a vécu entre 1778 et...

0

Négoce & métissage à Bordeaux à la veille de la Révolution

« un mulâtre, âgé de seize à dix-sept ans, qui écrit & chiffre bien, dont le père est employé au service du Roi, voudroit se placer en qualité d’apprenti chez quelque marchand droguiste, épicier ou clincailler ; ce jeune homme est d’un très bon caractère & donnera de bons répondans ; s’adresser au...