Étiqueté : Empire

0

La Réole, 1815 : une histoire de rebelles Noirs

Après 6 mois d’absence sur ce blog, je reviens avec une histoire croustillante que j’ai eu l’occasion de creuser pour la publication de ma thèse (si tout se passe bien, elle sera sur vos étals au printemps 2021). J’ai pour la première fois découvert cette anecdote en fouillant le catalogue des bibliothèques municipales de Bordeaux qui mentionnait un ouvrage paru en 1907 à Agen, avec pour titre “Florian et ses bandes de partisans en 1814 et 1815” et pour sous-titre “La bande de Beaupuy dite des nègres “, qui causa des incidents à La Réole en juillet 1815” : il n’en fallait pas plus pour piquer ma curiosité !

0

Isaac et Placide Louverture : un conflit familial porté sur la place publique

Il y a deux semaines, nous avions laissé les deux frères Louvertures à leurs occupations respectives : tandis que Placide, bourgeois d’Astaffort, se mêle à l’élite rurale, Isaac entreprend depuis Bordeaux de redorer le blason de son père et entretient ses contacts avec Haïti. La distance n’empêche cependant pas les...

0

D’Astaffort à Bordeaux : les vies séparées des fils Louverture

Il y a deux semaines, nous avions laissé Placide et Isaac en 1817, respectivement âgés de 36 et 31 ans, alors que leur mère vient de mourir. Cette année est une vraie charnière : à partir de ce moment-là, les deux frères entérinent leur séparation en s’éloignant géographiquement l’un de l’autre. Leur attitude à l’égard de leur pays de naissance est également radicalement différente et témoigne de deux méthodes bien distinctes de survie en Aquitaine : tandis que Placide s’assimile de plus en plus à l’élite blanche et locale du pays, Isaac continue d’entretenir un lien très fort avec Haïti. Il est cependant important de noter que tous deux bénéficient d’une pension versée par le ministère de la Marine qui leur permet d’avoir une certaine stabilité financière.

1

Un petit peuple noir au début du XIXe siècle : réalité et représentation

Lors de mon stage à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, je suis tombée au détour de ses collections sur une jolie estampe du début du XIXe siècle figurant une femme noire, vendant des maquereaux dans la capitale. Cette image, loin d’être anecdotique, m’a paru la porte d’entrée idéale pour vous parler de plusieurs phénomènes  : à l’instar des autres images présentées dans les Cris de Paris, elle interroge en effet à la fois un réalité sociale et ses codes de représentation

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search