Catégorie : France

0

Avant Dumas : Piis et Barbault Royer

Pour ce retour virtuel, j’avais envie de me pencher sur la vie de deux écrivains de couleur actifs sous la Révolution française. Si Alexandre Dumas est sans doute le premier auteur français d’origine africaine qui vient à l’esprit (et encore, cet aspect de sa vie est ignoré de beaucoup), il est important de rappeler que cela n’en fait pas un individu unique ou exceptionnel. Au contraire, son parcours s’inscrit dans des phénomènes anciens, visibles dès l’Ancien Régime.

0

Des escrimeurs venus d’ailleurs

Il y a quelques jours sur Twitter, je suis tombée sur une image assez inhabituelle : celle d’un homme noir, en train de réaliser des pas d’escrime, représenté dans un manuscrit germanique du XVIe siècle. Loin d’être une image isolée, il s’agit au contraire d’une figuration récurrente dans les manuels d’escrime de cette époque, comme l’a montré Jacob Deacon […] Dans cet article, j’aimerais donc une fois de plus faire le lien entre ces représentations et les archives : que nous disent ces dernières de la pratique de l’escrime chez les hommes noirs en France jusqu’au début du 19e siècle ?

0

La Réole, 1815 : une histoire de rebelles Noirs

Après 6 mois d’absence sur ce blog, je reviens avec une histoire croustillante que j’ai eu l’occasion de creuser pour la publication de ma thèse (si tout se passe bien, elle sera sur vos étals au printemps 2021). J’ai pour la première fois découvert cette anecdote en fouillant le catalogue des bibliothèques municipales de Bordeaux qui mentionnait un ouvrage paru en 1907 à Agen, avec pour titre “Florian et ses bandes de partisans en 1814 et 1815” et pour sous-titre “La bande de Beaupuy dite des nègres “, qui causa des incidents à La Réole en juillet 1815” : il n’en fallait pas plus pour piquer ma curiosité !

0

Les militants noirs à Paris sous la Révolution

Il y a un mois, j’ai eu l’occasion de rédiger un billet de blog pour L’Histoire à la BnF à l’occasion de la célébration de la deuxième abolition de l’esclavage. J’avais choisi de parler des premiers militants noirs et métis ayant oeuvré à Paris pour l’abolition de l’esclavage. Alors que...

0

D’Astaffort à Bordeaux : les vies séparées des fils Louverture

Il y a deux semaines, nous avions laissé Placide et Isaac en 1817, respectivement âgés de 36 et 31 ans, alors que leur mère vient de mourir. Cette année est une vraie charnière : à partir de ce moment-là, les deux frères entérinent leur séparation en s’éloignant géographiquement l’un de l’autre. Leur attitude à l’égard de leur pays de naissance est également radicalement différente et témoigne de deux méthodes bien distinctes de survie en Aquitaine : tandis que Placide s’assimile de plus en plus à l’élite blanche et locale du pays, Isaac continue d’entretenir un lien très fort avec Haïti. Il est cependant important de noter que tous deux bénéficient d’une pension versée par le ministère de la Marine qui leur permet d’avoir une certaine stabilité financière.

0

Placide et Isaac Louverture : une enfance en partage

Si Toussaint Louverture commence à être une figure historique de plus en plus connue, sa famille reste encore largement dans l’ombre alors même que ses enfants, exilés d’Haïti en même temps que lui, ont fini leur vie en France. Pour pallier ce manque, je souhaitais donc vous faire découvrir la vie de ses deux fils légitimes : Isaac et Placide qui ont connu une enfance assez semblable mais ont ensuite suivi deux trajectoires radicalement opposées

0

Les “Colons Américains”: un réseau dans Paris (2)

La semaine dernière, nous nous proposions d’analyser finement un document très précieux pour la Black History en France : une pétition signée en 1789 par 77 personnes de couleur à Paris. Après avoir proposé une analyse de leurs profils sociologiques, nous nous proposons de revenir aujourd’hui sur ce que cette archive nous dit de la constitution d’une “forme de communauté noire” à Paris.

1

“Les Colons Américains” : 1789, les libres de couleur entrent en politique (1)

Le 14 novembre 1789, un attroupement inhabituel se tient devant l’étude du notaire Lefébure de Saint-Maur : plusieurs dizaines de libres de couleur parisiens se sont rassemblés afin d’officialiser leur engagement politique. En effet, depuis l’été, ces derniers prennent part aux débats en essayant de faire valoir leur droit à la citoyenneté : ces « Colons Américains », comme ils se prénomment, ont ainsi choisi parmi eux six députés, dont cinq de couleur, qui portent leurs revendications à l’Assemblée nationale. L’acte signé ce 14 novembre 1789 – et son complément du 20 novembre – tiennent un rôle particulièrement important car ils permettent aux libres de couleur de construire une ligne de défense claire contre les colons blancs, les « Colons Français » qui multiplient les attaques à leur encontre. Ce document est aujourd’hui un précieux sésame pour l’historien : signé par près de 78 libres de couleur, il se révèle un instantané passionnant mais partiel de la communauté noire et métisse dans la capitale.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search