Catégorie : XVIIIe siècle

0

Les soeurs Raimond

Dans la famille Raimond, on cite surtout le fils Julien : ce dernier, né en 1744 à Haïti, était un “homme de couleur” selon les terminologies raciales de l’époque qui s’est fait connaître pour son rôle politique sous la Révolution française. Il n’est pourtant pas le seul qui mérite notre attention : Julien Raimond a en effet (au moins) 7 frères et soeurs ayant atteint l’âge adulte, tous issus de l’union entre le colon Pierre Raimond et la libre de couleur Marie Bégasse. Aujourd’hui, je vous propose donc de nous attarder sur la vie d’Agathe, Elisabeth et Geneviève.

3

D’esclaves à danseurs sous l’Ancien Régime

Faire de la recherche en histoire, c’est souvent une question d’alignement : le hasard, sans doute un peu provoqué, met plusieurs éléments sur notre route, qui force à s’intéresser à une question en particulier. En l’occurrence, en juin, le décès de l’historienne Sylvie Granger et la découverte d’une très beau tableau, m’a forcé à m’intéresser de plus près aux maîtres de danser affranchis exerçant en métropole.

0

Les “Black Poors” de Bordeaux (1784-1815)

Ce titre à moitié anglais – et je m’en excuse – n’est pas anodin : à l’heure actuelle, les études sur les “Black Poors” à l’époque moderne autrement dit les “Noirs pauvres” est un fait essentiellement anglophone. L’étude des populations noires précaires a notamment été introduite par un ouvrage fondateur de Stephen Braidwood. Comme souvent, ces lectures anglaises agissent sur ma recherche comme un déclencheur : forcément, lorsque j’ai pris connaissance de cet ouvrage, j’ai voulu creuser ce sujet pour un terrain que je connais bien, celui de Bordeaux.

0

Des escrimeurs venus d’ailleurs

Il y a quelques jours sur Twitter, je suis tombée sur une image assez inhabituelle : celle d’un homme noir, en train de réaliser des pas d’escrime, représenté dans un manuscrit germanique du XVIe siècle. Loin d’être une image isolée, il s’agit au contraire d’une figuration récurrente dans les manuels d’escrime de cette époque, comme l’a montré Jacob Deacon […] Dans cet article, j’aimerais donc une fois de plus faire le lien entre ces représentations et les archives : que nous disent ces dernières de la pratique de l’escrime chez les hommes noirs en France jusqu’au début du 19e siècle ?

0

De William Hogarth au petit écran : représenter le Londres noir

A la surprise de personne, vous apprendrez que je suis une grande – grande – consommatrice de séries historiques, sujet pour lequel je peux me montrer intraitable. Récemment, j’ai découvert la série britannique Harlots qui, comme bon nombre de séries historiques anglaises, se défend bien : j’avais été attirée par son synopsis de départ (une plongée dans le Londres prostitutionnel des années 1760) et son actrice principale, Jessica Findlay (souvenez-vous, c’est Sibille dans Downtown Abbey) mais si je vous en parle aujourd’hui, c’est pour sa représentation des minorités noires londoniennes. Très vite, j’ai en effet été frappée par la variété des personnages Afro-descendants, qui recoupait une bonne part de mes lectures. Aujourd’hui donc, je vous propose de partir à la découverte des minorités noires de Londres, au prisme de la série Harlots !

0

Black Scotland

Ce carnet de thèse, vous le savez, est l’occasion pour moi d’explorer de nouvelles pistes de recherches : vous l’aurez remarqué, ces derniers mois je me suis éloignée de plus en plus du cadre bordelais pour m’intéresser à des expériences françaises et européennes. Ces excursions sont en effet l’occasion de découvrir de nouveaux parcours et, plus prosaïquement, d’enrichir ma bibliographie sur le sujet. Pour cette fin d’année, j’avais plus particulièrement envie de m’intéresser aux cas anglais et écossais : par facilité d’abord (rapport que je maîtrise la langue des universitaires s’intéressant à ce sujet), par intérêt académique (car ces territoires offrent de nombreuses similarités avec la France) et, je dois l’avouer, surtout par intérêt personnel. Pour bien faire les choses, j’ai décidé de commencer par l’Ecosse, pays avec lequel j’entretiens une relation toute particulière pour y avoir vécu quelques mois et pour avoir envie, depuis, de venir m’y installer. Bref, mon pays de coeur méritait bien que je lui consacre un article entier !

1

Gorée : une île-symbole

Parce qu’une thèse, ça se poursuit même lorsque c’est fini, j’ai décidé d’achever la route que j’avais commencé l’année dernière en Martinique en allant au Sénégal : ce voyage me semblait être depuis longtemps un passage obligé pour revenir au commencement de mon sujet d’étude. L’île de Gorée, qui fait aujourd’hui office de mémorial autour de la traite négrière au Sénégal, s’est ainsi imposée comme une étape obligatoire : au retour de mon voyage, je vous amène donc avoir moi découvrir son histoire.

1

Des apprentis de couleur à Bordeaux

Après un premier article sur l’instruction des libres de couleur, c’est aujourd’hui sur l’apprentissage des Africains et Afro-descendants à Bordeaux que je veux me pencher afin de compléter cette mini-série de rentrée ! L’apprentissage d’un métier artisanal sous la férule d’un maître déjà versé dans cet art est un procédé...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search