Catégorie : Révolution Française

0

Avant Dumas : Piis et Barbault Royer

Pour ce retour virtuel, j’avais envie de me pencher sur la vie de deux écrivains de couleur actifs sous la Révolution française. Si Alexandre Dumas est sans doute le premier auteur français d’origine africaine qui vient à l’esprit (et encore, cet aspect de sa vie est ignoré de beaucoup), il est important de rappeler que cela n’en fait pas un individu unique ou exceptionnel. Au contraire, son parcours s’inscrit dans des phénomènes anciens, visibles dès l’Ancien Régime.

0

Des escrimeurs venus d’ailleurs

Il y a quelques jours sur Twitter, je suis tombée sur une image assez inhabituelle : celle d’un homme noir, en train de réaliser des pas d’escrime, représenté dans un manuscrit germanique du XVIe siècle. Loin d’être une image isolée, il s’agit au contraire d’une figuration récurrente dans les manuels d’escrime de cette époque, comme l’a montré Jacob Deacon […] Dans cet article, j’aimerais donc une fois de plus faire le lien entre ces représentations et les archives : que nous disent ces dernières de la pratique de l’escrime chez les hommes noirs en France jusqu’au début du 19e siècle ?

0

Les militants noirs à Paris sous la Révolution

Il y a un mois, j’ai eu l’occasion de rédiger un billet de blog pour L’Histoire à la BnF à l’occasion de la célébration de la deuxième abolition de l’esclavage. J’avais choisi de parler des premiers militants noirs et métis ayant oeuvré à Paris pour l’abolition de l’esclavage. Alors que...

0

Les “Colons Américains”: un réseau dans Paris (2)

La semaine dernière, nous nous proposions d’analyser finement un document très précieux pour la Black History en France : une pétition signée en 1789 par 77 personnes de couleur à Paris. Après avoir proposé une analyse de leurs profils sociologiques, nous nous proposons de revenir aujourd’hui sur ce que cette archive nous dit de la constitution d’une “forme de communauté noire” à Paris.

1

“Les Colons Américains” : 1789, les libres de couleur entrent en politique (1)

Le 14 novembre 1789, un attroupement inhabituel se tient devant l’étude du notaire Lefébure de Saint-Maur : plusieurs dizaines de libres de couleur parisiens se sont rassemblés afin d’officialiser leur engagement politique. En effet, depuis l’été, ces derniers prennent part aux débats en essayant de faire valoir leur droit à la citoyenneté : ces « Colons Américains », comme ils se prénomment, ont ainsi choisi parmi eux six députés, dont cinq de couleur, qui portent leurs revendications à l’Assemblée nationale. L’acte signé ce 14 novembre 1789 – et son complément du 20 novembre – tiennent un rôle particulièrement important car ils permettent aux libres de couleur de construire une ligne de défense claire contre les colons blancs, les « Colons Français » qui multiplient les attaques à leur encontre. Ce document est aujourd’hui un précieux sésame pour l’historien : signé par près de 78 libres de couleur, il se révèle un instantané passionnant mais partiel de la communauté noire et métisse dans la capitale.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search