Catégorie : Billets

0

De William Hogarth au petit écran : représenter le Londres noir

A la surprise de personne, vous apprendrez que je suis une grande – grande – consommatrice de séries historiques, sujet pour lequel je peux me montrer intraitable. Récemment, j’ai découvert la série britannique Harlots qui, comme bon nombre de séries historiques anglaises, se défend bien : j’avais été attirée par son synopsis de départ (une plongée dans le Londres prostitutionnel des années 1760) et son actrice principale, Jessica Findlay (souvenez-vous, c’est Sibille dans Downtown Abbey) mais si je vous en parle aujourd’hui, c’est pour sa représentation des minorités noires londoniennes. Très vite, j’ai en effet été frappée par la variété des personnages Afro-descendants, qui recoupait une bonne part de mes lectures. Aujourd’hui donc, je vous propose de partir à la découverte des minorités noires de Londres, au prisme de la série Harlots !

0

Black Scotland

Ce carnet de thèse, vous le savez, est l’occasion pour moi d’explorer de nouvelles pistes de recherches : vous l’aurez remarqué, ces derniers mois je me suis éloignée de plus en plus du cadre bordelais pour m’intéresser à des expériences françaises et européennes. Ces excursions sont en effet l’occasion de découvrir de nouveaux parcours et, plus prosaïquement, d’enrichir ma bibliographie sur le sujet. Pour cette fin d’année, j’avais plus particulièrement envie de m’intéresser aux cas anglais et écossais : par facilité d’abord (rapport que je maîtrise la langue des universitaires s’intéressant à ce sujet), par intérêt académique (car ces territoires offrent de nombreuses similarités avec la France) et, je dois l’avouer, surtout par intérêt personnel. Pour bien faire les choses, j’ai décidé de commencer par l’Ecosse, pays avec lequel j’entretiens une relation toute particulière pour y avoir vécu quelques mois et pour avoir envie, depuis, de venir m’y installer. Bref, mon pays de coeur méritait bien que je lui consacre un article entier !

0

Isaac et Placide Louverture : un conflit familial porté sur la place publique

Il y a deux semaines, nous avions laissé les deux frères Louvertures à leurs occupations respectives : tandis que Placide, bourgeois d’Astaffort, se mêle à l’élite rurale, Isaac entreprend depuis Bordeaux de redorer le blason de son père et entretient ses contacts avec Haïti. La distance n’empêche cependant pas les...

0

D’Astaffort à Bordeaux : les vies séparées des fils Louverture

Il y a deux semaines, nous avions laissé Placide et Isaac en 1817, respectivement âgés de 36 et 31 ans, alors que leur mère vient de mourir. Cette année est une vraie charnière : à partir de ce moment-là, les deux frères entérinent leur séparation en s’éloignant géographiquement l’un de l’autre. Leur attitude à l’égard de leur pays de naissance est également radicalement différente et témoigne de deux méthodes bien distinctes de survie en Aquitaine : tandis que Placide s’assimile de plus en plus à l’élite blanche et locale du pays, Isaac continue d’entretenir un lien très fort avec Haïti. Il est cependant important de noter que tous deux bénéficient d’une pension versée par le ministère de la Marine qui leur permet d’avoir une certaine stabilité financière.

0

Placide et Isaac Louverture : une enfance en partage

Si Toussaint Louverture commence à être une figure historique de plus en plus connue, sa famille reste encore largement dans l’ombre alors même que ses enfants, exilés d’Haïti en même temps que lui, ont fini leur vie en France. Pour pallier ce manque, je souhaitais donc vous faire découvrir la vie de ses deux fils légitimes : Isaac et Placide qui ont connu une enfance assez semblable mais ont ensuite suivi deux trajectoires radicalement opposées

0

Les “Colons Américains”: un réseau dans Paris (2)

La semaine dernière, nous nous proposions d’analyser finement un document très précieux pour la Black History en France : une pétition signée en 1789 par 77 personnes de couleur à Paris. Après avoir proposé une analyse de leurs profils sociologiques, nous nous proposons de revenir aujourd’hui sur ce que cette archive nous dit de la constitution d’une “forme de communauté noire” à Paris.

0

“Les Colons Américains” : 1789, les libres de couleur entrent en politique (1)

Le 14 novembre 1789, un attroupement inhabituel se tient devant l’étude du notaire Lefébure de Saint-Maur : plusieurs dizaines de libres de couleur parisiens se sont rassemblés afin d’officialiser leur engagement politique. En effet, depuis l’été, ces derniers prennent part aux débats en essayant de faire valoir leur droit à la citoyenneté : ces « Colons Américains », comme ils se prénomment, ont ainsi choisi parmi eux six députés, dont cinq de couleur, qui portent leurs revendications à l’Assemblée nationale. L’acte signé ce 14 novembre 1789 – et son complément du 20 novembre – tiennent un rôle particulièrement important car ils permettent aux libres de couleur de construire une ligne de défense claire contre les colons blancs, les « Colons Français » qui multiplient les attaques à leur encontre. Ce document est aujourd’hui un précieux sésame pour l’historien : signé par près de 78 libres de couleur, il se révèle un instantané passionnant mais partiel de la communauté noire et métisse dans la capitale.

0

Un petit peuple noir au début du XIXe siècle : réalité et représentation

Lors de mon stage à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, je suis tombée au détour de ses collections sur une jolie estampe du début du XIXe siècle figurant une femme noire, vendant des maquereaux dans la capitale. Cette image, loin d’être anecdotique, m’a paru la porte d’entrée idéale pour vous parler de plusieurs phénomènes  : à l’instar des autres images présentées dans les Cris de Paris, elle interroge en effet à la fois un réalité sociale et ses codes de représentation