Gorée : une île-symbole

Baie de Gorée

Parce qu’une thèse, ça se poursuit même lorsque c’est fini, j’ai décidé d’achever la route que j’avais commencé l’année dernière en Martinique en allant au Sénégal : ce voyage me semblait être depuis longtemps un passage obligé pour revenir au commencement de mon sujet d’étude. L’île de Gorée, qui fait aujourd’hui office de mémorial autour de la traite négrière au Sénégal, s’est ainsi imposée comme une étape obligatoire : au retour de mon voyage, je vous amène donc avoir moi découvrir son histoire.

L’île de Gorée a entretenu de longue date des relations commerciales avec les européens : les Portugais l’atteignent à la fin du XVe siècle alors que cette île est déjà habitée et les Hollandais y implantent un comptoir en 1588. Moins de cent ans plus tard, c’est au tour des Français d’y affirmer leur position : dès lors, Gorée devient un nœud commercial non-négligeable entre la Sénégambie et les puissances occidentales jusqu’à la moitié du XIXe siècle, époque à laquelle elle est progressivement supplantée par Saint-Louis.

Plan de l’île de Gorée, à retrouver sur Gallica : on y distingue la rade ainsi que les deux forts à chaque extrémité de l’île.

Si l’ile de Gorée a fait le commerce de produits locaux, notamment de la gomme, c’est aujourd’hui son rôle dans la traite négrière qui est le plus connu. Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, l’île a en effet été le point de départ d’environ 500 esclaves par an, une participation qui s’affaiblit ensuite avec le développement de nouvelles régions de traite plus au sud1. Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, on estime ainsi que 200 à 300 captifs en moyenne sont déportés chaque année sur l’île : cette réalité est notamment attestée en 1789 par Pruneau de Pommegorge, ancien employé de la Compagnie des Indes Occidentales pendant 20 ans, dans sa Description de la Négritie ainsi que par une série de mémoires contemporains2.

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, on peut ainsi estimer que près de 30.000 esclaves, principalement des Sérères et des Wolofs, y ont été vendus soit environ 10 % des Africains déportés depuis la Sénégambie3 : outre Gorée, cette région comptait en effet d’autres comptoirs négriers importants comme Saint-Louis, Joual ou Saloum.

A Gorée, les esclaves étaient rassemblés au sein de captiveries. Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, l’île en compte plusieurs en raison de l’importance du trafic négrier : on en recense ainsi trois principales, deux à l’intérieur des forts Saint-François et Saint-Michel et une au pied de la montagne.

Captiveries à Gorée durant le premier XVIIIe siècle. Carte à retrouver sur Gallica !

A la fin du XVIIIe siècle, suite à un incendie en 1758 et la destruction partielle du fort Saint-François en 1763, c’est désormais le fort Saint-Michel qui fait office de principal lieu de détention, auquel on peut rajouter une “captiverie du gouverneur” et quelques captiveries privées4

Emplacement de la captiverie au sein du fort Saint-Michel, carte trouvée sur Gallica

En attendant leur départ sur les navires négriers, ils étaient exploités sur sur l’île par les élites, une opération rendue possible par l’invention d’un instrument, le « collard », permettant d’attacher les esclaves par le cou et de libérer ainsi leurs mains et leurs pieds pour des travaux de force5. Loin de rester passifs, les esclaves déportés à Gorée se révoltent régulièrement comme en 1725, 1777 ou encore 1789, autant de révoltes dont se fait le témoin Pruneau de Pommegorge dans son ouvrage. En parallèle des captifs destinés à la déportation, l’île de Gorée a également été le lieu de résidence d’un contingent grandissant d’esclaves domestiques, principalement des femmes, qui travaillaient auprès des élites. Leur présence est de plus en plus marquée : alors qu’ils ne représentent qu’une centaine d’individus au début des années 1750, ils sont plus d’un millier à la fin des années 1770.

Gorée est également marquée par la mise en place d’une communauté multi-ethnique : les militaires et employés français côtoient ainsi des Africains libres, faisant souvent office d’ouvriers ou de marins, et une élite métissée. Au sein de cette dernière, il est important de noter le rôle qu’ont pu jouer les signares : ces dernières, concubines des Français et intermédiaires pour la traite, avaient un poids économique important en étant les propriétaires de la majorité des habitations et des esclaves de l’île6.

Dans les rues de Gorée

La réalité multi-ethnique de Gorée est confirmée par les récentes fouilles archéologiques : les différentes prospections ont ainsi permis de montrer le métissage des cultures matérielles et l’absence de ségrégation spatiale entre les différentes populations de l’île, un état de fait dû entre autre à l’exiguité de l’île et à une très dense occupation7.

L’île de Gorée est donc un symbole tout particulier dans l’histoire de la traite négrière : véritable microcosme, son histoire reproduit à petite échelle le commerce esclavagiste ayant cours en Afrique de l’Ouest et les nouveaux rapports de force qui en découlent. Ce poids dans l’imaginaire collectif a été renforcé par la mise en place d’un tourisme de mémoire dès les années 1970 : la création de plusieurs symboles sur l’île, à l’instar de la « Maison des esclaves » et de la porte du retour, contribue ainsi à matérialiser un discours visant à alimenter comme de juste la mémoire de la traite atlantique8.  

  1. Charles Becker, La traite au cours du XVIIIe siècle en Sénégambie, 1979, p.1-4, à retrouver ici : http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/num-dakar-02/010013428.pdf []
  2. Charles Becker, op.cit., p.5-10 []
  3. Nota : 12 millions d’esclaves ont été au total déportés dans la cadre de la traite atlantique, la Sénégambie représentant 8 % du trafic total. De fait, les grandes zones de traite étaient plus au sud : Côte d’Or, baie du Bénin, baie de Biafra, côte d’Angole. []
  4. Marie-Hélène Knight-Baylac, La vie à Gorée de 1677 à 1789, p.384 []
  5. Pruneau de la Pommegorge, Description de la Négritie, 1789, p.104 []
  6. Ndèye Sokhna Guèye, Splendeurs et misère des Signares, p.29 []
  7. Ibrahim Thiaw, “L’archéologie de l’île de Gorée” in La construction transatlantiques d’identités noires : entre Afrique et Amérique, p.50 []
  8. Hamady Bocoum et Bernard Toulier, « La fabrication du Patrimoine : l’exemple de Gorée », In Situ, 2013 https://journals.openedition.org/insitu/10303#tocto1n5 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.