Louis et Rosalie : une histoire d’amour (extra)ordinaire

A force de passer son temps le nez plongé dans les archives, on finit toujours par rentrer dans l’intimité des personnes que l’on étudie : c’est sans doute l’un des moments les plus jouissifs d’une recherche, sentir qu’on lève le pan sur quelque chose, ou plutôt sur quelqu’un, et que cette personne n’aura dès lors de cesse de nous accompagner.  Des histoires d’amour, vécues il y a deux cent ans résonnent ainsi de manière très vives pour moi et je voulais en partager une avec vous : d’abord parce que le jour s’y prête mais aussi parce que parler de l’intimité de ces hommes et femmes, c’est leur redonner toute leur épaisseur et leur dignité.

Gravure représentant un couple noir, tirée de Gallica

Louis Lafleur et Rosalie sont sans doute ceux qui m’ont le plus touchée. Tous les deux sont africains et ont sensiblement le même âge, naissant dans les années 1720 : le premier vient de la côte de Guinée, la seconde est de nation Congo. Ils connaissent tous deux les affres de l’esclavage, passent aux colonies françaises puis finissent comme tant d’autres par débarquer à Bordeaux, Louis à l’âge de 25 ans, Rosalie ayant la quarantaine déjà bien tassée. Ils sont employés comme domestiques dans des familles différentes1 et leurs chemins finissent par se croiser, on ne sait pas trop comment : leurs maîtres se fréquentaient-ils ? Allaient-ils dans la même paroisse ? Ils se rencontrent cependant, et ils s’aiment. Cette histoire se conclut en 1784 par leur mariage, tous les deux ayant largement dépassés la soixantaine : un mariage très tardif donc, rendu uniquement possible par leur affranchissement respectif, survenu en fin de service2.

Contrat de mariage de Louis Lafleur et Rosalie

Malgré leur vieil âge, leur contrat de mariage garde toute la fraîcheur de leurs sentiments : dans mon corpus, seul leur contrat de mariage, parmi d’autres, fait une référence explicite à leur affection mutuelle. A une époque où l’on se marie surtout pour des questions patrimoniales, c’est écrit noir sur blanc : “en raison de la sincère amitié que lesdits futurs époux ont respectivement l’un pour l’autre”, ils partagent tous leurs biens et désignent l’autre comme héritier universel. Je trouve leurs parcours de vie parallèles, puis leur rencontre, particulièrement émouvants, cette sensation de trouver en bout de course un autre soi, quelqu’un qui nous ressemble de l’autre côté du monde.

Louis Lafleur et Rosalie ne sont pas les seuls Africains à se marier à Bordeaux : on compte au moins neuf autres couples de couleur dans les années 1780 et autant de mariages interraciaux !  Dans ce dernier cas, dans une vision inversée de la réalité coloniale, ce sont des Afro-descendants qui épousent des femmes blanches. En attendant de développer plus amplement cette question dans un autre post, je vous invite à lire mes articles sur Louis Belard Saint-Silvestre et Jean-François Février, tous les deux concernés par ce phénomène !

Pour citer cet article: Julie Duprat, "Louis et Rosalie : une histoire d’amour (extra)ordinaire," in Noire métropole, 14/02/2018, https://minorhist.hypotheses.org/98.

  1. Archives Départementales de Gironde, recensement de 1777, C4457 []
  2. Archives Départementales de Gironde. contrat de mariage de Louis Lafleur et Rosalie devant le notaire Banchereau, 31 mai 1784 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.