Se réinventer : Louis Saint-Silvestre

Nous avons pour la première fois connaissance de Louis le 7 juillet 1784, alors qu’il présente son nouveau-né sur les fonds baptismaux de la basilique Saint-Seurin1. Les informations dont nous disposons à cette occasion sont lacunaires : qualifié de « nègre libre », nous ne connaissons ni son lieu de naissance, ni son âge. Il porte alors le patronyme L’Espérance, officie comme cuisinier et est marié à Marie Avard, a priori blanche. Ces quelques indications permettent d’esquisser un premier tableau : Louis a probablement été affranchi assez tardivement, comme c’est la coutume pour les domestiques de couleur2, et s’est marié avec une femme issue des couches populaires. Il fait donc partie de ces nombreux libres de couleur, qui, toujours liés à la domesticité, aussi facilement engagés qu’ils peuvent être congédiés, ne peuvent s’assurer un confort de vie qu’en misant sur leur réputation. En plus de ses liens avec les familles bordelaises, qui l’ont exploité et l’emploient désormais, il entretient des liens forts avec le reste de la communauté noire de Bordeaux puisqu’il choisit comme parrain et marraine pour son fils Jean un couple de couleur, qui vit également dans la paroisse Saint-Seurin. Jean ne restera pas longtemps fils unique et le couple formé par Louis L’Espérance et Marie Avard aura encore deux enfants par la suite.

Quelques années plus tard, Louis change de nom. Il n’y a bien que les esclaves pour s’appeler L’Espérance, un sobriquet souvent utilisé (ironie de l’histoire) par les capitaines de navire pour nommer les captifs lors des opérations de traite3. Désormais, il se fera donc appeler Louis Belard Saint-Silvestre, ce dernier patronyme ayant peut-être été choisi en raison de la portée symbolique associée à cette fête religieuse. Ce nouveau nom est de fait le reflet de sa récente ascension sociale : lorsque nous le retrouvons en 1788, Louis a réussi à se constituer un pécule suffisant pour tenir sa propre auberge, près de la porte d’Aquitaine.

Porte d’Aquitaine à Bordeaux, avant le réaménagement de la place

Tout près des anciens remparts de Bordeaux, son établissement voit passer de nombreux voyageurs issus des couches populaires, dont sans doute quelques Afro-descendants : marins, fuyards peut-être, tous immigrés et déracinés, attirés par les prix attractifs pratiqués par leur compatriote et un certain esprit de communauté. Marguerite Victoire fait partie de ceux-ci : elle aussi a appris l’existence de cet aubergiste noir et c’est tout naturellement qu’elle cherche refuge chez lui. Guinéenne, récemment arrivée à Bordeaux, et jeune femme de 22 ans, elle cumule les difficultés et cherche de l’aide. Domestique chez les Decases, elle souhaite se marier ; mais en sa qualité de mineure4, cette cérémonie lui reste interdite sans l’aval d’un parent – ou en son absence, d’un tuteur. Louis prend rapidement la situation en main : il devient son curateur devant le lieutenant général de Guyenne, et quelques semaines plus tard, la jeune femme peut épouser Bernard Labaye, qui appartient aussi à la communauté noire5. Quatre ans plus tard, c’est au tour de Pierre et Madeleine, tous deux créoles, de choisir Louis Belard comme témoin pour leur mariage, signe de la respectabilité toujours d’actualité de ce dernier6.

Les années suivantes ne font que confirmer cette ascension. Durant la Révolution, Louis a désormais une assise financière suffisamment importante pour acheter une terre dans les colonies, un investissement auquel ont d’ailleurs fréquemment recours les libres de couleurs. En 1800, son épouse Marie Avard figure ainsi, avec 39 autres personnes de couleur ou foyers mixtes, dans la liste des colons bordelais secourus par la République7 dont l’archive peut être consultée ici : elle reçoit à ce titre une indemnisation financière pour les terres acquises à Saint-Domingue et perdues lors des événements révolutionnaires.

Ces informations éparpillées sur une dizaine d’années permettent donc de retracer le destin singulier de Louis Silvestre à Bordeaux : passé de cuisinier indépendant à aubergiste et propriétaire dans les colonies, il a pris soin de remodeler son identité pour affirmer son indépendance. C’est d’ailleurs cette réinvention qui m’a longtemps empêchée de reconstituer le puzzle de sa vie et seule la mention de son épouse Marie Avard m’a permis de faire le lien entre deux personnes jusque-là distinctes : Louis L’Espérance, le cuisinier affranchi, et Louis Saint-Silvestre, l’aubergiste établi.

Pour citer cet article: Julie Duprat, "Se réinventer : Louis Saint-Silvestre," in La petite histoire, 12/01/2018, https://minorhist.hypotheses.org/9.

  1. Baptême de Jean L’Espérance, 7 juillet 1784, GG 813, Archives de Bordeaux Métropole []
  2. Julie Duprat, Présences noires à Bordeaux : passage et intégration au XVIIIe siècle, thèse d’Ecole des chartes, 2017, p.217 []
  3. Gabriel Debien, Les esclaves aux Antilles, Société d’Histoire de la Guadeloupe et de la Martinique, 1974, p.72 []
  4. La majorité sous l’Ancien Régime est établie à 25 ans pour les filles, 30 ans pour les garçons. []
  5. Contrat de mariage de Marguerite Victoire et Bernard Labaye, 18 juin 1788, 3 E 17874, Archives Départementales de Gironde []
  6. Archives de Bordeaux Métropole, acte de mariage de Pierre et Madeleine, église de Saint Seurin, 13 juillet 1792 []
  7. Colons secourus à Bordeaux, an IX, 101 Q 1, Archives de Bordeaux Métropole []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19/02/2018

    […] plus amplement cette question dans un autre post, je vous invite à lire mes articles sur Louis Belard Saint-Silvestre et Jean-François Février, tous les deux concernés par ce phénomène […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.