Une petite histoire du rhum

Dans l’imaginaire populaire, le rhum a toujours été étroitement associé aux Antilles et ce n’est donc pas pour rien que la course maritime qui se déroule tous les quatre ans pour rallier Saint-Malo à Pointe-à-Pître tire son nom de ce célèbre breuvage. Alors que Francis Joyon a établi un nouveau record le 11 novembre 2018 après 7 jours de navigation, la course bat encore son plein, l’occasion rêvée de revenir sur l’histoire de cette boisson !

L’imaginaire populaire qui associe la production de rhum aux colonies antillaises n’est pas dénué de fondement. De fait, la commercialisation du rhum fut longtemps contrôlée en France car on ne souhaitait pas que cette production d’eau de vie de canne fasse concurrence aux eaux de vie de fruits produites dans toutes les régions françaises1 et seule l’importation du tafia, alcool de canne mauvaise qualité, était alors autorisé pour être utilisé comme monnaie d’échange durant les opérations de traite. Ainsi l’arrivée du rhum en France se fait encore par voie de contrebande tout au long du XVIIIe siècle. Loin de se limiter à une distribution le long de la façade atlantique, ce produit circule ensuite dans tout l’arrière-pays comme en témoignent plusieurs annonces de journaux. En 1778, c’est ainsi au tour de M. Dubosc, négociant officiant entre Rouen et Paris, de faire de la publicité dans la capitale pour les rhums qu’il a ramené des Antilles au détour d’une annonce visant à recruter des investisseurs.pour ces navires.

Gazette du commerce, Paris, 10 octobre 1778, à consulter sur Retronews

La consommation de cette boisson reste quoiqu’il en soit bien moindre en métropole que dans les colonies. Le rhum est en effet étroitement lié au contexte colonial où il est produit et dont il reflète les tensions économiques et sociales. Obtenu à partir du vésou, déchet produit dans la fabrication du sucre raffiné lors du broyage des cannes, la distillation de rhum est au coeur l’économie pré-industrielle esclavagiste. Les esclaves jouent donc un rôle de premier plan dans la production de cette boisson : dès 1659, Du Tertre raconte ainsi dans son Histoire générale des Isles Saint-Christophe, de la Guadeloupe et de la Martinique que la technique de terrage, consistant à produire plus de sirop grâce à un raffinage amélioré, a été importée dans les colonies françaises par deux esclaves brésiliens2. Pour les plus curieux sur les techniques de fabrication du sucre et son archéologie, je vous renvoie à l’article que j’avais écrit suite à mon séjour en Martinique et ma découverte du site la Caravelle !

Un moulin à broyer les cannes, illustration de l’Art de raffiner le sucre, Ludovic Simoneau, 1761 (Gallica)

La revalorisation du rôle des esclaves dans l’application voire l’amélioration des techniques de fabrication du rhum reste ainsi à faire, à l’instar d’autres objets de l’histoire culturelle et culinaire, et la question n’est pour l’instant étudiée que dans les sphères anglophones3. Cet aspect est en tout cas vérifiable également en métropole où les esclaves semblent avoir joué, avec d’autres acteurs, le rôle de passeur des techniques coloniales. A Bordeaux en 1777, on compte ainsi un raffineur noir tandis que La Rochelle a vu s’implanter un négociant en spiritueux, anciennement esclave.

Cette boisson, facile d’accès, a également un fort pouvoir symbolique auprès des populations Afro-descendantes : si le rhum est utilisé à l’origine par les colons comme récompense et “boisson exutoire” à des moments choisis et ponctuels, les esclaves ont tôt fait de s’approprier cet alcool, utilisé notamment pour réinvestir la spiritualité traditionnelle. Associé à d’autres aliments ou liquides, l’alcool de canne est ainsi utilisé dans des cérémonies rituelles ou pour sceller des alliances lors de soulèvements4.

Ce n’est véritablement qu’au cours du XIXe siècle que la consommation plus régulière de cet alcool se répand en métropole, souffrant jusque là, en plus des interdictions commerciales, d’une image d’alcool populaire qui a également freiné sa distribution. Ainsi, c’est véritablement au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle que l’importation de cette boisson explose à Bordeaux, au point de dépasser bientôt les importations de sucre5.

Publicité pour le rhum Mangoustan, c. 1880 (Gallica)

Cette brève histoire du rhum dans les colonies et la métropole, de sa fabrication à sa commercialisation, permet donc d’esquisser toutes sortes d’enjeux propres à cette période : l’histoire de l’alimentation, loin d’être une science pittoresque, s’avère comme bien souvent être un prisme particulièrement précieux pour percevoir et comprendre une multitude de phénomènes économiques et sociaux, ainsi que les tensions qui les traversent.

  1. Bertie Mendelblatt, L’Alambic dans l’Atlantique, dans Histoire, économie et société, 2011 []
  2. Stuart Schwartz, Sugar Plantations in the Formation of Brazilian Society : Bahia, 1550-1835, p. 119-120 []
  3. Jack Daniel’s Embraces a Hidden Ingredient : Help From A Slave []
  4. Frederick H. Smith, Rum, Oaths and Slave Uprising in the Age of Revolution []
  5. voir Yves Péhaut, Le commerce et l’industrie du rhum à Bordeaux, dans les Cahiers d’outre mers []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.