Dominique Toscan : un Africain sur les navires bordelais

A l’occasion du départ de l’Hermione pour la Méditerranée, j’aimerais faire le portrait de l’un des nombreux marins africains présents sur les navires bordelais au XVIIIe siècle : ainsi en est-il de Toscan, né vers 1743 dans la région du Congo. Il est réduit en esclavage durant son adolescence puis acheté par Abel Castaing, un capitaine de navire négrier bordelais qui l’emploie très vite comme domestique et le débaptise de son prénom africain. Le désormais nommé Toscan suit son nouveau maître à Bordeaux où il réside quelques temps avant d’en partir le 12 octobre 1768 à bord de La Naïade. A cette occasion, Abel Castaing l’initie probablement aux rouages de l’interprétariat afin de faciliter les négociations avec les intermédiaires africains sur la côte. La Naïade, en partance pour la côte d’Angole, est en effet utilisée à des fins funestes puisqu’elle participe à déporter 257 esclaves vers Saint-Domingue1.

Comptoir de Malimbe, au nord de l’embouchure du Zaïre (via Gallica)

A la suite de cette première expédition négrière, Toscan parvient progressivement à s’imposer comme un rouage essentiel de la machine négrière des Castaing. En  1771, après avoir été baptisé sous le nom de Dominique,  il repart de Bordeaux à destination de Malimbe, un comptoir sur la côte d’Angole2. Toscan y sert toujours comme domestique et pour la première fois de manière officielle comme interprète, expertise pour laquelle il est rémunéré à hauteur de 30 livres par mois. L’Utile déporte 335 esclaves vers le Cap Français cette année-là.

Extrait des registres de passagers : on peut y lire l’office de Toscan à la troisième ligne (consultable ici)

Au terme de ce voyage, Toscan revient à Bordeaux au début de l’année 1772 d’où il assiste en 1775 à la mort d’Abel Castaing qui, dans son testament, demande l’affranchissement de son esclave. C’est chose faite le 6 avril 1775 devant le notaire Rauzan. Aussitôt libre, Toscan ne perd pas de temps et met le plus de distance possible entre lui et la famille de son ancien maître. En restant à Bordeaux, il prendrait en effet le risque de rester sous la coupe des Castaing et de continuer à travailler pour eux. Cette crainte explique sans doute sa hâte : dès avril 1775, il s’engage sur Le Fortuné, un autre navire de la flotte des Castaing, cette fois-ci à destination directe de Saint-Domingue.  Les archives, précisant qu’il paie son passage en travaillant à bord3, sont révélatrices : Toscan, après avoir effectué trois circuits triangulaires comme déporté puis interprète,  a sans doute beaucoup appris sur le fonctionnement des navires de commerce occidentaux et acquis durant ces voyages des solides compétences maritimes.

Pour citer cet article: Julie Duprat, "Dominique Toscan : un Africain sur les navires bordelais," in La petite histoire, 30/01/2018, https://minorhist.hypotheses.org/80.

  1. Eric Saugera, Bordeaux, port négrier, Karthala, 2002, p. 354 []
  2. Archives Départementales de Gironde, registres d’équipage, 6 B 470, consultable en ligne []
  3. Archive Départementales de Gironde, registre d’équipage, 6 B 507, consultable en ligne []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.