Des apprentis de couleur à Bordeaux

Après un premier article sur l’instruction des libres de couleur, c’est aujourd’hui sur l’apprentissage des Africains et Afro-descendants à Bordeaux que je veux me pencher afin de compléter cette mini-série de rentrée !

L’apprentissage d’un métier artisanal sous la férule d’un maître déjà versé dans cet art est un procédé largement répandu sous l’Ancien Régime pour former les jeunes gens à la pratique d’un métier technique. La formation des Afro-descendants dans ce cadre répond à plusieurs objectifs : lorsque les esclaves sont placés en apprentissage, il s’agit surtout de former une main d’oeuvre gratuite, corvéable à merci pour les travaux sur les plantations ou à la ville, faisant ainsi de ses « nègres à talents » une valeur ajoutée sur le marché esclavagiste. Pour les libres, l’apprentissage, comme l’instruction, permet d’effacer la macule servile en apprenant un métier plus ou moins prestigieux.

Si cet apprentissage peut se dérouler aux colonies, beaucoup de maîtres choisissent d’emmener leurs esclaves en métropole, notamment pour contourner une double législation contraignante : tandis qu’aux colonies certaines lois ferment l’accès de plusieurs métiers aux gens de couleur, placer son esclave en apprentissage en métropole permet également de prolonger le temps de séjour de ce dernier en France.

Article 6 de la déclaration du 15 décembre 1738, portant à 3 ans le temps de résidence des esclaves en métropole s’ils sont placés en apprentissage 

Cette méthode rencontre ainsi un franc succès : à Bordeaux en 1777, on dénombre au moins 45 apprentis de couleur d’après le recensement effectué la même année. Même si ces chiffres doivent être pris avec précautions car certains maîtres ont pu mentir dans leurs déclarations pour rester dans la légalité, ils donnent une assez bonne idée du dynamisme de ce phénomène à la fin du XVIIIe siècle. Bordeaux a en effet été un terreau particulièrement fertile pour de telles pratiques : la plupart des métiers y étaient exercés librement, ce qui permettait de libérer l’apprentissage des contraintes imposées par les corporations1.

Une fois de plus, le statut légal de l’apprenti pré-détermine à coup sûr le métier exercé : si les adolescents esclaves sont cantonnés dans des artisanats liés au service, comme la cuisine ou la coiffure, les libres de naissance et affranchis se tournent vers des artisanats plus prestigieux et rémunérateurs comme la forge, la charpenterie ou encore la sellerie.

Charley, bottier anglais peint par John Dempsey en 1823 (Tasmanian Art Museum) 

Un métier en particulier attise toutes les convoitises : celui de cuisinier. Alors que Bordeaux s’affirme progressivement comme une capitale gastronomique, il devient en effet de bon goût d’y envoyer ses esclaves se former afin de reproduire les recettes aux colonies. Le phénomène est tellement répandu que mêmes des voyageurs étrangers le remarquent comme Daniel Hallmann :


« on fait venir à Bordeaux des nègres, qui sont de jeunes esclaves. On les met en apprentissage chez des cuisiniers et on en fait des maîtres dans l’art de la cuisine »

Portrait d’Hercule, esclave cuisinier de Washington

Peu de sources nous sont cependant parvenues permettant de cerner les conditions de ces apprentissages : les métiers les plus dynamiques étaient souvent libres, ce qui permettait de se passer de contrat devant notaire. De plus, l’apprentissage des esclaves se déroulait la plupart du temps dans un cadre informel, sans qu’il en soit gardée une trace écrite. Les quelques contrats qui nous sont parvenus concernent donc principalement des métis libres mais offrent malgré tout des pistes intéressantes pour étudier la spécificité de l’apprentissage des gens de couleur.

Contrat d’apprentissage de Joseph auprès du maître patissier-rôtisseur Paul Lanes, officiant dans le Grand Hôtel de Richelieu, en 1781

Ainsi, si les termes du contrat restent traditionnels (l’apprenti est logé et nourri par le maître et lui doit obéissance), les sommes engagées le sont nettement moins et dépassent les moyennes, des conditions sans doute imposées par le maître d’art pour enseigner à un étranger. De plus, le temps d’apprentissage a tendance à être légèrement réduit par rapport aux pratiques habituelles, sans doute pour respecter la législation qui limite le temps de séjour en métropole. 

Malgré les nuances notées ci-dessus, le placement en apprentissage des adolescents racisés à Bordeaux est donc un procédé largement ancré dans les pratiques et les mentalités des élites bordelaises et il n’y a bien que les maîtres d’escrimes bordelais pour interdire l’accès à leur métier à des personnes de couleur. L’apprentissage offre à ces adolescents Afro-descendants un bagage non-négligeable pour la suite de leurs parcours : s’ils sont ou deviennent affranchis, c’est grâce au métier appris en métropole que la plupart d’entre eux gagnent ensuite leur vie.

  1. voir Bernard Gallinato, Les corporations de Bordeaux à la fin de l’Ancien Régime []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.