Lire et signer : un marqueur de liberté

La rentrée des classes a sonné : si certains vont peut-être retourner sur les bancs de l’école à reculons, l’occasion est trop belle pour montrer qu’il y a déjà deux siècles, l’apprentissage, tant scolaire que professionnel, était vécu comme un véritable moyen de s’extraire d’une condition de servitude. Pour ce mois de septembre, je vous réserve donc deux articles qui reviendront sur l’alphabétisation et la professionnalisation des minorités noires bordelaises !

Aujourd’hui, la rentrée à l’école élémentaire est marquée par un apprentissage symbolique : celui d’apprendre à lire et à écrire. Il importe de rappeler dans un premier temps que cette instruction n’allait pas de soi à la veille de la Révolution : dans la région bordelaise par exemple, seuls 30 % des mariés sont capables de signer leur contrat ou leur acte de mariage1. Il est évident que l’accès à cette éducation est plus difficile encore pour les minorités de couleur, bien souvent d’origine servile … mais pas impossible comme nous le prouvent plusieurs signatures retrouvées dans les archives bordelaises. Ces signatures, si elles ne sont pas forcément le reflet d’une alphabétisation poussée, témoignent cependant d’un stage élémentaire d’instruction, souvent situé entre la maîtrise de la lecture et de l’écriture2.

Un certain nombre de personnes de couleur, bien souvent affranchies, sont ainsi familiarisées avec l’écriture à Bordeaux : nous avons pu identifier plus d’une vingtaine d’hommes et de femmes, qui, pour la fin du XVIIIe siècle, peuvent apposer leur signature en bas de divers type de documents (contrats de mariage, d’apprentissage etc …). Ces signatures ne sont évidemment pas toutes de qualité égale et se font donc le reflet de parcours de vie variés.

Les plus belles d’entre elles, légèrement calligraphiées, sont quasiment systématiquement le fait de métis : ces derniers exercent à Bordeaux des métiers artisanaux de qualité et peuvent également être propriétaires aux colonies comme Anne Lafitte.

Signature des frères Duvigneau, adolescents créoles, au bas de leur contrat d’apprentissage

Leur ascendance blanche leur a sans doute permis de bénéficier d’une éducation précoce : il était en effet fréquent d’envoyer les jeunes gens de couleur se former en métropole, afin de favoriser leur ascension sociale3. A Bordeaux, le cadre privilégié de cette scolarisation reste la mise en pension (comme c’est d’ailleurs la mode à l’époque pour les enfants issus de la bourgeoisie4 ) et le recensement de 1777 énumère ainsi plusieurs écoliers métis logés chez des particuliers.

Extrait du recensement des gens de couleur libres résidant à Bordeaux en 1777, où Colombe Serga et François Dalphonce, “mulâtresses”, sont toutes deux listées comme pensionnaires.

 

Le reste du corpus est composé de signatures plus appliquées, témoignant d’une familiarisation moins poussée avec l’écrit. De fait, les origines sociales des signataires sont beaucoup plus variées puisque l’on retrouve aussi bien des Africains que des Créoles, des artisans que des domestiques. Un point commun cependant : à une ou deux exception près, ces signataires semblent tous avoir été esclaves à un moment donné de leur vie et affranchis plus ou moins tardivement.

Signatures de deux affranchis bordelais, Marie-Louise Charles et Casimir Fidèle, apposées au bas d’un contrat de vente

Dans cette perspective, l’apprentissage de l’écriture était bien souvent un fait privé, sans doute à l’initiative du maître qui se préoccupait parfois d’instruire ses plus proches domestiques, comme les valets de chambre, entre autre chargés de faire circuler le courrier. Apprendre à écrire pouvait également être à l’initiative du tout nouvel affranchi qui marquait ainsi par ce geste symbolique sa nouvelle autonomie et sa capacité à prendre des décisions. L’exemple le plus marquant, et que je cite d’ailleurs souvent, est celui de Marie-Louise Charles : cette jeune africaine apprend progressivement à signer au cours des années 1780 comme le prouvent les contrats successifs qu’elle signe chez le notaire. Une inconnue demeure : où ces affranchis, déjà adultes, apprenaient-ils ces bases élémentaires d’instruction ? Vos hypothèses sont les bienvenues !

 

Au delà de Bordeaux, la question de l’alphabétisation des minorités de couleur est en tout cas un sujet passionnant et je vous encourage à découvrir plus amplement le parcours de deux figures littéraires, Gustav Badin et Phillis Wheatley !

  1. Jean-Pierre Poussou, La méthode Maggiolo et la mesure d’alphabétisation du Sud-Ouest de la France à la fin du XVIIIe siècle []
  2. François Furet, La croissance de l’alphabétisation en France (XVIIIe-XIXe siècles []
  3. Ce fut d’ailleurs le cas pour Julien Raimond, instruit à Toulouse []
  4. Marcel Grandière, L’éducation en France à la fin du XVIIIe siècle : quelques aspects d’un nouveau cadre éducatif, les “maisons d’éducation”, 1760-1790 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.