Négoce & métissage à Bordeaux à la veille de la Révolution

« un mulâtre, âgé de seize à dix-sept ans, qui écrit & chiffre bien, dont le père est employé au service du Roi, voudroit se placer en qualité d’apprenti chez quelque marchand droguiste, épicier ou clincailler ; ce jeune homme est d’un très bon caractère & donnera de bons répondans ; s’adresser au bureau d’Avis. »1

Portrait d’un jeune homme, sans doute libre, lié à la famille Roubeau (négociants en Guadeloupe), fin XVIIIe siècle, Musée d’Art Décoratif de Bordeaux.

Cette courte annonce, parue dans les Annonces, affiches et avis divers pour la ville de Bordeaux le 11 novembre 1779, illustre l’existence précoce en France d’une élite métissée et versée dans le négoce. Ce phénomène n’est d’ailleurs que la transposition en métropole d’une réalité toute coloniale : de nombreux libres de couleurs aux Antilles ou à la Réunion bâtissent en effet leur fortune sur le contrôle de plantations et le commerce à grande échelle qui en découle. Pour ne citer que le plus célèbre, le « quarteron » Julien Raimond à Saint-Domingue possède des plantations d’indigo et de coton exploitées par une centaine d’esclaves et traite 40  % de ses affaires à l’international2. Il se constitue ainsi une fortune considérable, évaluée à plus de 200.000 livres coloniales lors de son remariage en 1782.

Le phénomène se répète selon les mêmes principes en métropole : c’est la combinaison de deux privilèges, une ascendance blanche plus ou moins marquée et une fortune appréciable, qui assoit la légitimité des Afro-descendants et tend à les rapprocher du groupe des Blancs3.

A cet égard, le mariage de Jean-François Février à Bordeaux en janvier 1788 est significatif : fils illégitime d’un négociant bordelais, le sieur Texandier, et d’une métisse, Elisabeth Thècles, il épouse pourtant la veuve Nancy Draveman, fille d’un armateur bordelais4. Le réseau de relations commerciales tissé par la famille de son épouse lui permet d’avoir de prestigieux témoins lors de la signature du contrat de mariage : on retrouve notamment les protestants Boyer-Fonfrède, les catholiques Journu ou encore les Juifs portuguais Perpigna, tous représentatifs d’un microcosme religieusement varié mais homogène par ses pratiques commerciales et familiales5. En étant présents lors de la rédaction de ce contrat, les plus grandes familles commerçantes bordelaises ratifient ainsi cette union et par conséquent, l’entrée dans leur cercle social d’un nouveau-venu.

Jean-Baptiste Boyer-Fonfrède, défenseur de la cause anti-esclavagiste, présent lors de la signature du contrat. 

Il faut dire que Jean-François n’arrive pas les mains vides : il apporte 30.000 livres tournois, composées d’argent, de billets et de bons de commerce que son père vient de lui céder. Si cette somme ne lui permet pas d’égaler les fortunes de bon nombre des témoins de ce contrat, elle le place cependant dans la moyenne des négociants bordelais et lui permet surtout de se rattacher une réputation et d’effacer une double macule : celle d’être né bâtard et d’avoir des origines africaines. Car si sur le papier Jean-François Février est assimilé aux Blancs, la réalité est sans doute plus nuancée : son union tient ainsi beaucoup à la volonté de sa fiancée qui, majeure, décide de passer outre l’opposition de sa famille6. L’existence même d’une telle union permet cependant d’ouvrir de nouvelles perspectives sur les possibilités d’assimilations des libres de couleur à l’élite métropolitaine et leurs liens avec le milieu négociant.

Témoins présents à la signature du contrat (page 1): on aperçoit la signature des mariés, des Boyer-Fonfrède et des Journu.

Pour citer cet article: Julie Duprat, "Négoce & métissage à Bordeaux à la veille de la Révolution," in La petite histoire, 18/01/2018, https://minorhist.hypotheses.org/36.

  1. Bibliothèque municipale de Bordeaux, archive consultable sur la plateforme Séléné ici []
  2. Dominique Rogers, L’origine du préjugé de couleur en Haïti, in Outre-mers, t.90, 2003, p.90 []
  3. voir notamment la thèse de Jessica Pierre-Louis, Les libres de couleur face au préjugé : franchir la barrière de couleur en Martinique au XVIIIe siècle, thèse de doctorat, Université Antilles-Guyane, 2015, chapitre « Qu’est-ce qui fait la blancheur ? » et suite » []
  4. Contrat de mariage de Jean-François Février et Nancy Draveman, 19 janvier 1788 devant le notaire Gatellet, 3 E 20389, Archives Départementales de Gironde []
  5. Paul Butel, Les négociants bordelais, l’Europe et les Iles, Paris, Editions Aubier-Montaigne, 1974, p.322-323. []
  6. Paul Butel, Vivre à Bordeaux au XVIIIe siècle, Paris, Librairie Académique Perrin, 1999, p.218. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.