La dernière tournée d’Ira Aldrige

A l’occasion de l’ouverture du festival d’Avignon, je souhaitais évoquer la figure d’Ira Aldridge, premier acteur afro-américain à renommée internationale, qui effectua la plus grande partie de sa carrière en Europe.

Aldridge est né en 1807 à New-York de parents libres : très vite, il acquiert une solide éducation, tant scolaire que théâtrale puisqu’il intègre la African Company, première troupe de théâtre uniquement composée d’acteurs Afro-descendants. Engagé dans la lutte contre l’esclavage et victime de discriminations, il finit par fuir les Etats-Unis pour Londres en 1824 en raison de son climat plus libéral. Après des débuts hésitants, il se fait remarquer au Royal Coburg Theatre en 1825 pour son interprétation d’Othello. Sa renommée devient alors grandissante et il ne cesse plus de jouer : il effectue plusieurs tournées dans le Royaume-Uni et à partir de 1852 se produit  en Europe Centrale et en Russie.

The Captive Slave, John Simpson, 1827, pour lequel Ira Aldridge a servi de modèle.

Si sa carrière anglaise est la mieux connue, ayant fait l’objet de plusieurs études par des historiens et biographes anglo-saxons, la fin de sa vie ne semble pas avoir bénéficié des mêmes faveurs, comme en témoigne sa notice Wikipédia relativement succincte. Entre novembre 1866 et 1867, il entame pourtant une tournée en France, dont se font le témoin les journaux de son temps, tournée que j’ai pu retracer grâce aux formidables potentialités du site Retronews

Photographie d’Ira Aldridge, c. 1867

Durant cette tournée, Aldrige, déjà âgé d’une soixantaine d’années (les journaux notent cependant qu’il paraît plus jeune), reprend le rôle qui l’a rendu célèbre, celui d’Othello. La troupe parisienne qui accompagne Aldridge est dirigée par  le metteur en scène Kushnick. Un curieux dispositif est donc mis en place pour donner la réplique à l’acteur américain : tandis que celui-ci parle en anglais, ses camarades lui répondent en français. Ce choix de mise en scène s’explique facilement : Othello, classique de la littérature, est souvent connu des spectateurs et à travers ces représentations, il s’agit moins d’écouter Aldridge que de venir le voir. Ce qui frappe avant tout le public, c’est le charisme de l’acteur : son port, sa démarche et surtout son implication émotionnelle et sa totale identification au rôle comme en témoigne la critique ci-dessous.

Critique de la Comédie, 26 février 1867.

La première représentation a lieu au théâtre de la ville de Versailles, le 23 novembre 1766 : Aldridge n’a pas réussi à trouver une salle parisienne et il ne jouera par conséquent jamais dans la capitale. Après cette première qui produit un grand effet, la troupe entame une tournée à travers la France : Aldridge passe par Angers, La Rochelle, Avignon avant de faire plusieurs villes de l’Est français, en remontant progressivement vers le Nord de la France. Après Lyon, c’est ainsi aux villes de Saint-Etienne, Châlon sur Saône, Reims et Saint-Quentin (Aisne) d’accueillir l’acteur. J’ai cartographié cette tournée sur l’outil UMap, n’hésitez pas à cliquer sur l’image pour retrouver toutes les sources et données !

Cliquez sur la carte pour accéder aux données interactives !

Cette tournée fait forte impression même si Aldridge semble enfermé dans le rôle d’Othello, comme le note un journaliste du Temps qui décrit un “tragédien nègre – ou plutôt mulâtre – prédestiné par conséquent au rôle d’Othello et condamné à ne jouer que celui-là” alors même qu’Aldrige excelle dans tout le registre shakesperien. Théophile Gautier, qui a assisté à une représentation moscovite en 1859, le préfère d’ailleurs dans le rôle du Roi Lear à celui d’Othello. Outre le grimage du comédien qui le fait passer pour blanc (excepté les mains, qui ne sont pas maquillées), il admire le jeu subtil d’Aldridge : “la voix, le geste, le pas, tout était octagénaire”. Pour sa tournée française, ces choix avant-gardistes de mise en scène ne seront pas retenus : Aldrige reste cantonné au rôle d’Othello, sans doute sous la pression du metteur en scène Kushnick comme le suggère le journal du Tintamarre.

Ira Aldridge en Othello

Après cette tournée français, Aldridge part pour la Pologne où il meurt quelques mois plus tard. Le flambeau artistique est ensuite repris par sa fille Luranah Aldrige, contralto, qui effectue une tournée parisienne en 1893.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.