Un « équipage bigarré » sur les navires bordelais

Du 8 au 14 juin 2017, L’Hermione, la réplique du navire qui conduisit La Fayette en Amérique en 1780, est amarrée dans la rade de Bordeaux après un périple autour de la Méditerranée. Le thème choisi pour ponctuer ce voyage, « Vivre ensemble » a notamment été l’occasion de faire appel à de nombreux gabiers francophones originaires d’Afrique centrale ou des Outre-Mers. Cet équipage bigarré1 n’est cependant pas chose nouvelle : les marins noirs ont toujours fait partie intégrante des navires occidentaux, un phénomène qui a pris son essor tout au long du XVIIIe siècle.

Si cette réalité a été assez bien étudiée pour l’espace anglophone2, cette étude reste encore à mener en France, dont à ma connaissance seul le port de Bordeaux a fait l’objet d’une recherche approfondie : le dépouillement des rôles d’équipage a ainsi permis de mettre en évidence plus d’une centaine d’Afro-descendants embarqués comme professionnels sur les navires en partance de Bordeaux entre 1764 et 17813.

Le Port de Toulon, Joseph Vernet, 1756, Musée du Louvre (détail du tonnelier noir)

A Bordeaux, la majorité de ces Afro-descendants sont embauchés pour servir en tant que domestiques sur les navires, au sein desquels on peut distinguer deux catégories. Le premier groupe est composé d’esclaves au service du capitaine de navire : jeunes, ils ont souvent été raflés sur les côtes africaines et remplissent des fonctions variées, endossant par exemple le rôle d’interprète comme Toscan. Le second groupe est celui, emblématique, des cuisiniers : la figure du cuisinier noir à bord des navires loin d’être un cliché, se vérifie également sur les bateaux bordelais4.

Naval scenes – or sketches afloat, n°3 cooking, 1831, National Maritime Museum,London

Les autres personnes de couleur travaillant sur les navires bordelais exercent comme de vrais professionnels de la navigation : si la plupart sont des matelots ou des mousses, quelques uns ont des fonctions plus qualifiés en étant forgerons ou tonneliers. La part des marins de couleur sur les bateaux bordelais augmente sensiblement durant la guerre d’Indépendance américaine (1775 – 1783) : à court de main d’œuvre, alors que l’océan devient un champ de bataille, les capitaines de navire font appel à plus de marins étrangers5. Souvent seule personne de couleur sur le navire, il arrive de manière exceptionnelle que plusieurs Afro-descendants travaillent sur le même bateau comme les trois guyanais Albenne Bogert, Noro King et Benjamin Foster sur le Saint-Jacques en 1777.

Extrait du rôle d’équipage Le Saint-Jacques à destination de Cayenne en 1777

Si l’on excepte les esclaves domestiques, la très grande majorité de ce personnel naviguant est libre. A ce titre, ces Afro-descendants reçoivent une paie égale ou supérieure à leurs homologues blancs dans la majorité des cas. Ces généralités ne doivent cependant pas faire oublier la précarité des marins noirs parfois victimes d’abus : en 1783, François Ferrand doit ainsi aller plaider devant le Parlement de Bordeaux pour obtenir le règlement complet de ses gages par l’armateur Laurent Roy.

En attendant d’autres dépouillements qui éclaireront peut-être d’un jour nouveau ce phénomène, cet exemple reste cependant l’exception qui confirme la règle. Sur mer, le critère de couleur semble bien souvent s’être estompé, à défaut de disparaître complètement : dans des équipages souvent internationaux, les hommes de couleur n’étaient finalement que des étrangers parmi d’autres.

  1. Selon les termes de Marcus Rediker, a « motley crew » []
  2. Voir notamment le travail de Charles Foy (Ports of slavery, ports of freedom, How slaves used northern seaports’ maritime industry to escape and create trans-atlantic identities, 1713-1783, thèse consultable en ligne) et de W. Jeffrey Bolster (Black Jacks, African American seamen in the age of sail)  []
  3. Archives consultables en ligne ici []
  4. Pour ceux qui veulent aller plus loin, voir cet article de blog sur les cuisiniers noirs à bord des navires (en anglais) []
  5. Charles Foy n’hésite pas à parler de de Black Revolution pour qualifier cette période []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.