Maternité et esclavage à Bordeaux

Lorsque l’on pense esclavage, on a souvent en tête l’image de personnes isolées, privées de soutien familial.  La maternité reste pour autant une réalité aux colonies pour les femmes esclaves dont les enfants naissent en dehors du cadre traditionnel de la famille nucléaire : ces derniers peuvent avoir pour père un autre esclave de la plantation, vivant en concubinage avec leur mère, ou le maître du domaine, qui a bien souvent initié une relation sexuelle abusive. Cette réalité trouve comme souvent un écho en métropole : ainsi à Bordeaux, trente-six esclaves débarquent avec leur enfant entre 1762 et 17921.

« Toi enfant sera heureux » (Rollet, c.1794, gravure en taille douce, conservée au Musée d’Aquitaine)

Bordeaux est aussi le cadre de reproduction des réflexes coloniaux puisque certaines esclaves deviennent mères sur place. Isolées en métropole, il est bien évident que cette maternité a pour origine une relation sexuelle obtenue sous la contrainte. Les domestiques noires, plus encore que leurs homologues blanches, sont en effet particulièrement exposées à cette situation de par leur triple statut de servantes, d’immigrantes et de personnes Afro-descendantes. Ces abus trouvent un écho direct dans les registres paroissiaux où l’on repère plusieurs mères célibataires de couleur, victimes de l’exploitation sexuelle des maîtres ou des autres domestiques. Ces dernières représentent sans doute la moitié des cas de maternité à Bordeaux dans la communauté des femmes de couleur comme en attestent les premiers relevés2. Ces mères sont clairement en situation de dépendance, esclave ou domestique comme Rose, au service de M. Raynal, capitaine d’infanterie des colonies françaises, qui fait baptiser sa fille en 1775 à Saint-Seurin3. Le parrain n’est autre que M. Raynal, qui exprime sans doute par là sa paternité.

 

Portrait de Choiseul-Meuse et de sa famille à la Martinique, Le Masurier, vers 1775, huile sur toile, Musée d’Aquitaine

A côté des mères esclaves, les nourrices incarnent une autre façon de vivre une forme de maternité en tant qu’esclave à Bordeaux. De nouveau, nous nous trouvons ici face à une reproduction des codes coloniaux où la nourrice noire – et esclave – fait partie intégrante de la famille du maître comme premier interlocuteur avec les jeunes enfants. Ce rôle particulier, au coeur de l’intimité familiale, induit bien souvent une forte proximité affective avec les enfants du maître. comme le montre le cas de Marie : d’origine Fon et esclave des Frigières, elle arrive à Bordeaux dès 1750 où elle élève les dix-huit enfants de la famille. Affranchie en 1763, elle reçoit en 1778 la somme de 1000 livres à la mort de son maître4. Au lieu de toucher cette somme confortable, qui lui aurait permis de louer sa propre chambre à Bordeaux, voire de se porter acquéreuse d’un petit logis, Marie décide de reverser cet argent à la fille de son ancien maître, Luce Frigières, contre la contrepartie d’être logée et nourrie par cette dernière jusqu’à sa mort. Cet arrangement est justifié par Marie avec les mots suivants : « voulant manifester sa reconnaissance pour la mémoire dudit feu sieur Frigières de son bienfaiteur et son attachement pour sa famille en la personne de Luce Frigière ».

« J’en accepte l’heureux présage (détail) » (Philippe Trière, c. 1776, eau-forte)

Etre tout à la fois esclave et mère est donc un fait relativement fréquent à Bordeaux. En sortant des schémas familiaux traditionnels , cette maternité est toutefois douloureuse, vécue dans le cadre de relations de dépendance vis-à-vis de la famille du maître, qu’elles soient mères contraintes, suite à une relation abusive, ou mère de substitution auprès d’enfants qui ne sont pas les leurs.

  1. Julie Duprat, Minorités noires à Bordeaux : passage et intégration des gens de couleur, thèse d’Ecole Nationale des Chartes, 2017, p.91 []
  2. Les autres cas de maternité, relevés chez des femmes de couleur libres, font jouer d’autre ressorts car les enfants naissent alors hors d’un quelconque rapport de force, dans le cadre d’un concubinage ou d’une relation légitime []
  3. Archives de Bordeaux Métropole, GG 807, 21 avril 1775 []
  4. Pour vous donnez une idée de la valeur de cette somme sous l’Ancien Régime, vous pouvez utilisez ce très utile convertisseur de monnaie ! []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *