De la presqu’île de la Caravelle au port de la Lune : itinéraire d’esclaves

Sous ce titre poétique, se cache une réalité douloureuse : le voyage forcé des esclaves Dubuc de la Martinique vers Bordeaux. A l’occasion d’un voyage aux Antilles, j’ai souhaité retracer leurs parcours à travers l’Atlantique.

La famille Dubuc trouve son origine en Normandie mais s’implante dès 1657 en Martinique. Comme tant d’autres colons, les Dubuc tirent leur fortune de deux activités : la production puis la revente de produits manufacturés en métropole. Cette famille possède plusieurs plantations en Martinique et à la fin du XVIIIe siècle, on compte une dizaine d’habitations à leur nom, très majoritairement concentrée autour de la commune de la Trinité1.

Emplacement des propriétés des Dubuc : en rouge, celles qui sont aujourd’hui visitables. Carte trouvée  sur Gallica !

Parmi ces habitations, plusieurs sont aujourd’hui toujours visibles sous forme de ruines. J’ai ainsi eu l’opportunité de visiter deux d’entre elles : le « Château Dubuc », ancien site de production de sucre et de café et l’îlet Chancel, site industriel de poterie et de chaux fondé en 1777.

Les ruines les plus impressionnantes sont sans doute celle du Château Dubuc, sur l’île de la Caravelle : on y voit l’ancienne maison de maître mais surtout l’ampleur du site industriel, divisé en deux entre le traitement du sucre (moulin à bœuf pour extraire le jus de canne, cuves de fermentation, distillerie, sucrerie) et du café. Lors du recensement effectué en 1771 au moment de la succession, on y dénombre 373 esclaves2.

A l’îlet du Chancel, les ruines sont beaucoup moins mises en valeur, cet îlet étant malheureusement surtout visité pour ces iguanes. Pourtant, de nombreuses traces sont facilement visibles comme les baraquements à esclaves dont on devine aisément la grandeur, reflétant le nombre d’esclaves possédés par les Dubuc sur cet îlet. La petite taille de ce dernier et son sol marécageux empêchant la mise en place d’une grande exploitation extensive, les Dubuc louent ces esclaves pour des travaux de force aux autres propriétaires en manque de main d’œuvre tandis qu’une petite partie d’entre eux est affectée à la production de chaux. L’îlet du Chancel est donc une vraie prison flottante, destinée à exercer un vrai contrôle coercitif sur les esclaves qui y sont exploités : les ruines des anneaux dans les dortoirs ou celles du cachot sont encore là aujourd’hui pour le prouver …

Plusieurs esclaves des Dubuc sont passés par Bordeaux dans le cadre de courts voyages d’affaires effectués par leurs maîtres. En mai 1777, c’est ainsi au tour de François et Louise d’accompagner le couple Dubuc Bellefond à Bordeaux pendant deux semaines : ils ont sans aucun doute connu l’habitation de l’île de la Caravelle décrite plus haute car leurs maîtres contrôlent alors cette habitation depuis six ans. Quelques années plus tard, en 1784, ce sont cette fois-ci les domestiques Marianne, Constance et Baptiste qui sont choisis pour accompagner ce même couple3.

Ces quelques indications permettent de donner plus de chair aux nombreux esclaves passés par Bordeaux dont nous ne connaissons que le prénom et dont le parcours demeure difficile à retracer. Avoir en tête leur cadre de vie quotidien permet aussi de prendre conscience du choc culturel que devait être pour ces esclaves le passage par un port aussi cosmopolite que celui de Bordeaux, différent des habitations esclavagistes plus visiblement irriguées par la violence du système esclavagiste. Pour les férus de l’histoire martiniquaise, je vous renvoie plus amplement vers le très bon blog Tan Listwa que j’ai eu la chance de rencontrer durant mon séjour !

  1. Pour les curieux, je renvoie plus amplement vers l’excellente base de données des ANOM qui répertorie les lieux liés à l’histoire coloniale française []
  2. Merci à l’audioguide du site! []
  3. Voir les registres de passagers bordelais déposés aux AN et les déclarations effectuées à l’Amirauté de Gironde, consultables aux AD []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.