Enfermer les corps : le Dépôt des Noirs

Puisque mon dernier article sur la condition des esclaves bordelais avait bien plu, je reviens cette fois-ci pour décrire une institution particulière, mise en place par l’Etat français en 1777 dans le cadre de la Police des Noirs1 : le Dépôt des Noirs, décrit ci-dessous à l’article IV.

Extrait de la Déclaration du roi pour la police des Noirs de 1777, à consulter sur la bibliothèque numérique Manioc dans son intégralité

La création de ces dépôt avait pour but d’encadrer au mieux le temps de séjour des personnes de couleur sur le sol français : la loi de 1777 limitait en effet leur passage en métropole sur le modèle des ordonnances précédentes de 1716 et 1738. Cependant, rares étaient les propriétaires d’esclaves à respecter cette limitation et c’est pourquoi Poncet de la Grave, alors procureur général de l’Amirauté de France2, eût l’idée de créer de tels espaces d’enfermement dédiés aux minorités noires afin d’être certain que les esclaves ré-embarquent dans les colonies dans les meilleurs délais.

Le fonctionnement de ce dépôt est proche de celui des prisons : logés à plusieurs, les esclaves sur le départ disposent de quoi dormir et sont nourris simplement. Cette similarité de statut se retrouve d’ailleurs dans les locaux choisis pour installer le Dépôt des Noirs à Bordeaux : après avoir envisagé le dépôt des pauvres et l’Hôtel de la manufacture, c’est finalement dans les prisons du Parlement puis à l’Hôtel de Ville que les détenus noirs sont successivement enfermés3.

 

Gravure du palais de l’Ombrière, aujourd’hui disparu, ancien siège du Parlement de Guyenne, à voir en détail sur la bibliothèque numérique de Bordeaux

 

Plan du Palais de l’Ombrière, où cohabitent l’Amirauté, le Parlement avec ses salles d’audiences et les cellules des prisonniers

 

Les propriétaires bordelais ne s’y trompent pas et sont donc très réticents à y laisser leurs esclaves. Craignant pour la santé de ces derniers dans ces locaux mal famés, nombre d’entre eux réclament et obtiennent des dispenses, alléguant par exemple la nécessité de garder en bonne santé les nourrices. Au final, tous les esclaves de Bordeaux ne passent donc pas par ce Dépôt, d’autant que le déclenchement de la guerre maritime en 1781 rend caduc son fonctionnement, la guerre avec l’Angleterre empêchant les navires français de retourner aux colonies. Contrairement aux visées gouvernementales, le Dépôt des Noirs fonctionne donc de manière ponctuelle : seuls une quarantaine d’esclaves ont ainsi pu être officiellement identifiés comme des anciens détenus. Surtout, le Dépôt des Noirs de Bordeaux semble être moins un espace d’attente pour les esclaves repartant aux colonies qu’un espace d’enfermement privilégié pour certains propriétaires voulant s’assurer du retour de leurs esclaves : en effet, les maîtres sont toujours à l’origine du processus de détention4.

Ordre de détention pour l’esclave du Sieur Dupin, avocat au Parlement de Bordeaux

 

Malgré son influence assez limitée à Bordeaux, le Dépôt des Noirs connaît des dysfonctionnements : en 1783, c’est ainsi au tour de Polidor, pourtant affranchi – et théoriquement libre de ces mouvements – d’y être enfermé ! Cette anecdote montre que les Dépôts de Noirs, en lien avec les objectifs initiaux de la Police des Noirs, étaient bien pensés comme des espaces de contrôle de la circulation des personnes de couleur dans l’espace urbain. Isoler les esclaves, et même parfois les libres, du reste de la population apparaissait en effet essentiel pour garantir l’ordre social, en évitant aux nouveaux venus de frayer trop longuement avec la métropole et ses habitants.

  1. Cette expression, souvent mal comprise, nécessite d’être clarifiée : il ne s’agit pas d’une milice dédiée aux esclaves mais d’un arsenal législatif encadrant la venue et le séjour des personnes de couleur en métropole []
  2. L’Amirauté de France était l’institution chargé d’administrer les ports français mais aussi de rendre la justice pour les affaires liées à ces derniers []
  3. Julie Duprat, Présences noires à Bordeaux : passage et intégration des gens de couleur à la fin du XVIIIe siècle, thèse d’Ecole Nationale des Chartes, Paris, 2017, p.126 []
  4. Le fond du Dépôt des Noirs de Bordeaux peut être consulté aux Archives Départementales de Gironde, carton C 223 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.