Gustav Badin, un homme éclairé

Pour une fois, je sors un peu du cadre bordelais, et même français : je reste cependant au coeur de mon siècle favori, le XVIIIe siècle, pour vous parler du parcours singulier et relativement méconnu de Gustav Badin. Pas vraiment de contenu inédit donc mais une synthèse (en français !) des informations disponibles à son sujet1 !

 

Portrait de Gustav Badin, dessin d’Anton Ulrik Berndes, 1784

Avant de s’appeler Gustav, c’est sous le nom de Couchi que ce personnage vient au monde dans les années 1750. Afrique ou colonies danoises, le lieu de naissance n’a pas été établi avec certitude mais notre homme gardera toute sa vie un souvenir traumatique de son enfance, ayant assisté à de nombreuses violences. Il finit par être déporté vers le Danemark où il est offert tout jeune à la reine de Suède, Louisa Erika de Prusse. Désormais, son destin est étroitement liée à celui de la famille royale qui le renomme Gustav Badin lors de son baptême quelques années plus tard.

Louise Erika de Prusse est fortement imprégnée de l’esprit des Lumières et notamment des principes rousseauistes en matière d’éducation, vue comme un moyen pour l’homme de quitter l’état sauvage. Et pour prouver la fiabilité de cette théorie, la reine décide de se servir de Gustav Badin en lui dispensant une éducation poussée : ce dernier apprend ainsi plusieurs langues comme le latin, l’allemand, le français et le suédois. Surtout, il est pleinement intégré au sein de la famille royale, devenant un intime du futur roi Gustav III. Cette proximité lui permet de gravir progressivement les échelons de la hiérarchie curiale : à l’origine simple valet, il est fait secrétaire de cour puis finit sa vie en propriétaire de fermes après s’être marié deux fois. Esclave à l’origine, son statut évolue donc dans une zone d’entre-deux : il vit une existence assez libre, comme le prouve ses mariages successifs et son indépendance financière mais il m’a été impossible de retrouver la trace d’un affranchissement officiel.

 

Portrait de Gustav Badin par Gustav Lundberg, Courtesy of the NationalMuseum, Stockolm, c.1775

Au-delà de cette énumération de faits, Gustav Badin frappe surtout par son accomplissement intellectuel. L’éducation qu’il a reçu et son évolution au sein d’une élite cultivée font en effet de lui un vrai homme des Lumières. Véritable touche à tout, il se distingue dans plusieurs domaines : non content d’écrire de la poésie, qu’il rédige seul ou conjointement avec le poète de cour Bellmann, Gustav monte aussi sur scène et est un joueur d’échec reconnu. Il rédige également un journal intime de 1802 à 1807, aujourd’hui conservé à la bibliothèque universitaire d’Uppsala2 : outre des détails sur sa vie quotidienne, Gustav y couche ses réflexions identitaires et philosophiques. Enfin, en bon homme de lettres, Gustav est aussi un grand collectionneur de livres : il possède une bibliothèque personnelle de 800 ouvrages environ, dont la moitié sont en Français. Ces livres n’ont pas qu’une simple fonction de représentation mais sont aussi un support pour sa réflexion, que Gustav annote donc selon ses besoins.

 

Ouvrage de la bibliothèque personnelle de Gustav Badin

Ultime preuve de son intégration dans une société de salon, tournée vers l’émulation intellectuelle, Gustav Badin intègre les réseaux franc-maçonniques et les portraits qui nous sont parvenus de lui le représentent d’ailleurs souvent vêtu de ces attributs. Il meurt en 1822 âgé de 75 ans environ.

  1. Je me suis majoritairement appuyée sur Wikipédia et l’ouvrage Migrating the Black Body, The African Diaspora and Visual Culture par Leigh Raiford et Heike Raphael-Hernandez []
  2. Voir Badin’s Diary, an English translation par Eric Basir. Je vous aurai bien mis un lien vers la ressource numérisée de la bibliothèque mais il m’a en revanche été impossible d’en trouver une ! []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.