Les soeurs Raimond

Dans la famille Raimond, on cite surtout le fils Julien : ce dernier, né en 1744 à Haïti, était un “homme de couleur” selon les terminologies raciales de l’époque qui s’est fait connaître pour son rôle politique sous la Révolution française. Tout d’abord défenseur des droits des planteurs métisses, il devient ensuite abolitionniste, un double combat qu’il mène de part et d’autre de l’Atlantique, de Paris à Haïti. Son parcours nous est donc bien connu, notamment grâce à l’étude biographique de l’historien américain John Garrigus. Il n’est pourtant pas le seul qui mérite notre attention : Julien Raimond a en effet (au moins) 7 frères et soeurs ayant atteint l’âge adulte, tous issus de l’union entre le colon Pierre Raimond et la libre de couleur Marie Bégasse. Aujourd’hui, je vous propose donc de nous attarder sur la vie d’Agathe, Elisabeth et Geneviève.

L’adelphie Raimond

Au cours du 18e siècle, la famille Raimond fait partie de l’élite de couleur haïtienne : le père, Pierre Raimond, est un colon immigré d’Aquitaine qui s’installe à partir des années 1720 dans le sud de l’île. La mère, Marie Bégasse, est la riche héritière d’un planteur français et de sa femme Catherine, une femme noire libre. C’est donc la fortune des Bégasse, établis depuis plus longtemps à Haïti, qui permet ensuite au couple Raimond-Bégasse de développer leurs investissements terriens. A partir des années 1730, la famille s’installe définitivement dans la région d’Aquin où elle devient propriétaire de plusieurs plantations de coton et d’indigo et, par extension, de plusieurs centaines d’esclaves. Cette richesse terrienne fait donc d’eux des “colons américains”, une dénomination qu’ils préfèrent utiliser à la place du discriminant “gens de couleur” ; Julien Raimond lui-même indique d’ailleurs dans ses mémoires qu’un tiers des plantations sont, à la veille de la Révolution, entre les mains de cette élite métisse.

Plan d’une partie de la plaine et des hauteurs d’Aquin, années 1770-1789. On y distingue très nettement plusieurs plantations appartenant aux fils Raimond : deux à Julien, une à son frère François. A retrouver sur Gallica.

Le couple Raimond-Begasse a un autre atout : huit de leurs enfants (au moins) survivent jusqu’à l’âge adulte. La vie des autres frères Raimond est un peu mieux connue, grâce notamment aux travaux de Jacques de Cauna qui a étudié l’activité de planteur de François et Guillaume1. Jean-Baptiste Raimond réapparaît aussi régulièrement dans les archives car il accompagne son frère Julien en métropole à partir de 1787 et fait partie des signataires de la pétition de 1789 réclamant l’égalité civile entre les Blancs et les libres de couleur. La vie des filles Raimond est passée en revanche (ô surprise) largement sous les radars. Question de genre ? De lieu de résidence ? Car les filles Raimond ont une particularité par rapport à leurs frères : contrairement à ces derniers, leur vie adulte ne se passe pas en Haïti, dans la gestion de la plantation, mais bien en métropole.

Arbre généalogique de la famille Raimond

Geneviève, Agathe et Elisabeth : une construction entre Saint-Domingue et la métropole

La vie des trois soeurs est marquée par l’espace atlantique : leur existence se construit entre les deux pôles que sont Saint-Domingue, où est née leur mère et la métropole, d’où est originaire leur père, deux espaces entre lesquels elles font des allers-retours réguliers. En effet, comme toutes les élites coloniales de l’épique, Raimond et Bégasse décident d’envoyer leurs enfants en métropole pour y recevoir une éducation poussée. Ce voyage se fait en deux temps : Julien et son frère François font un premier voyage en 1763 ; ils sont suivis trois ans plus tard par Jean-Baptiste et Guillaume, leurs cadets, menés par Geneviève et Elisabeth qui leur servent probablement de chaperons comme aînées de la famille. A cette occasion, la fratrie bénéficie déjà d’une certaine invisibilisation raciale : dans les archives, on se contente de désigner les enfants Raimond comme de simples “créoles”, un adjectif qui sert à désigner toute personne née aux Iles, quelque soit sa couleur.

Agostino Brunias, A West Indian Flower Girl and Two other free women of color, c.1769, Yale Center for Britsh Arts. Le peintre Brunias représente très fréquemment dans ses tableaux les riches familles métisses de la Dominique, pays voisin de Saint-Domingue.

Durant leur bref séjour, les deux jeunes femmes sont utilisées pour renforcer le réseau familial. Le 6 juin 1766, Elisabeth devient ainsi la marraine de l’esclave Marie-Louise, âgée de 23 ans, baptisée à l’église Sainte-Croix de Bordeaux. Marie-Louise est l’esclave d’Agathe Vincent : cette dernière est une cousine de la famille Raimond2 dont la soeur, Marie-Magdelaine, a épousé la même année l’aîné de la fratrie Raimond. Cette nouvelle relation de marraine et filleule se manifeste très concrètement quatre jours plus tard : Marie-Louise repart à Saint-Domingue avec les enfants Raimond, pour lesquels elle sert de domestique durant la traversée3.

Le prochain voyage vers la métropole a lieu 10 ans plus tard, un voyage sans doute précipité par la mort de leur père en 1772. Le décès de Pierre Raimond déstabilise en effet considérablement les finances de la famille : malgré leurs finances très confortables, sa mort implique de diviser l’héritage en huit parts, soit autant que le nombre de ses enfants. Pour pallier cette difficulté, une véritable stratégie familiale se met donc en place autour des filles aînées de la famille : tandis que leurs frères récupèrent chacun la gestion d’une ou deux plantations, elles sont envoyées en métropole pour se marier.

Des soutiens en métropole

Cette stratégie a plusieurs avantages : elle permet de mettre à l’abri Agathe et Elisabeth tout en renforçant les liens de la famille avec le Sud-Ouest de la France, dont ils sont originaires.

La première à se marier est Elisabeth, malgré sa volonté originelle d’entrer dans les ordres : son union avec Jean François Daroles, procureur du roi, a lieu à Toulouse, dans l’église Saint-Etienne le 19 juin 1776. L’acte de mariage mentionne qu’un contrat de mariage a été passé et plus important, qu’une dispense de mariage a été nécessaire : cette précision est peut-être liée aux origines d’Elisabeth même si l’interdiction officielle des mariages mixtes en métropole n’intervient qu’une année plus tard, en 1777, au moment de la mise d’un nouvel arsenal législatif baptisé “Police des Noirs”.

Deux ans plus tard, c’est au tour d’Agathe Raimond de se marier : elle épouse à 36 ans le sieur Jacques Lamonta(i)gne, médecin, le 7 octobre 1778, dans l’église Saint-Eloi à Bordeaux. Le contrat de mariage passé le 30 septembre devant le notaire Bene interroge : Agathe n’apporte “que” 1.000 livres de bien, une somme qui ne se mesure pas aux plantations de ses frères, évaluées à plusieurs milliers de livres. Une recherche plus approfondie dans les registres notariés bordelais permettrait sans doute d’y voir plus clair (je me le note pour un prochain passage aux archives !). Aucune descendance n’est en tout cas connue à ces deux mariages.

Ces mariages dans la petite bourgeoisie et la noblesse de robe permettent donc surtout d’ancrer la famille Raimond dans deux grandes villes du commerce du Sud-Ouest, Agathe et Elisabeth devenant par la même occasion des relais commerciaux pour leurs frères restés à Saint-Domingue. Agathe est celle qui a sans doute le rôle le plus stratégique puisqu’elle réside à l’année à Bordeaux, lui permettant ainsi d’être un intermédiaire privilégiée avec sa famille haïtienne : c’est par ce port que transitent les nouvelles mais aussi et surtout les produits d’exportation envoyés depuis les plantations familiales. Agathe elle-même fait d’ailleurs un dernier aller retour à Haïti en 1779.

Ce soutien se poursuit ensuite sous la Révolution, où on observe une bascule financière. Julien rencontre notamment de nombreuses difficultés : après avoir racheté une plantation à l’un de ses frères en 1781, il mène depuis son arrivée en France en 1787 un grand train de vie et se retrouve endetté4. Le 30 août 1790, il vend donc trois de ses propriétés à la famille Delamain5 mais les acheteurs prennent du temps à lui payer le prix de la vente. Face à cette situation tendue, c’est Agathe qui vient au secours de son frère : elle lui prête ainsi la somme de 16.000 livres et, plus d’un an plus tard, réalise une procuration pour récupérer cette somme : son frère s’engage à lui rembourser 6.000 livres par lettre de change tandis qu’elle se fera directement rembourser par les Delamain, qui n’ont pas encore payé tout leur dû, les 10.000 livres restantes6. Cet épisode permet ainsi de considérer sous une autre perspective le rôle des femmes de couleurs sous la Révolution : alors que très peu d’entre elles signent les pétitions, voir prennent la parole en public, l’exemple d’Agathe montre que le soutien aux entreprises familiales – en l’occurrence l’entretien de son frère qui réside à Paris pour faire avancer ses idées politiques – peut prendre des formes plus variables et discrètes.

J’espère que ce court article vous aura permis de voir sous un autre jour les soeurs Raimond : c’est en tout cas une invitation à poursuivre ce travail plus loin : je me suis contentée de synthétiser les connaissances sur le sujet, en partant des notices disponibles dans les différents dictionnaires7 et de divers articles consacrés à la famille Raimond et en y rajoutant quelques éléments glanés au fil de mes archives bordelaises. Il y a ici un vrai sujet de mémoire, qui pourra séduire les apprenties chercheuses et qui permettrait, en croisant des sources haïtiennes, bordelaises et toulousaines, notamment les écrits du for privé, de retracer le parcours d’Agathe, Elisabeth et même Geneviève et leurs relations au reste de la fratrie.



Citer ce billet
Julie Duprat (2022, 21 novembre). Les soeurs Raimond. Noire métropole. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ve2m

  1. Jacques de Cauna, L’Eldorado des Aquitains []
  2. La mère d’Agathe Vincent est la soeur de Marie Bégasse []
  3. Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne, volume 3 : le Midi, Droz, Genève, 2017, notice 2672 []
  4. (John Garrigus, “Opportunist or Patriot ? Julien Raimond and the Haitian Revolution”, Slavery & Abolition, 2007, p.13 []
  5. Pierre Bardin, “Vente d’habitations à Aquin par Julien Raimond“, Généalogie et histoire de la Caraïbe, mis en ligne le 29 août 2017 []
  6. Archives Départementales de Gironde, procuration du 1er octobre 1791 passée devant le notaire Collignan []
  7. Dans le Dictionnaire des gens de couleur, volume 1 : notice 400 consacrée à Julien, 447 à Jean-Baptiste ; dans le Dictionnaire des gens de couleur volume 3 : notice 2171 consacrée à François, 2668 à Elisabeth, 2670 à Geneviève, 2671 à Guillaume []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search