Les “Black Poors” de Bordeaux (1784-1815)

Ce titre à moitié anglais – et je m’en excuse – n’est pas anodin : à l’heure actuelle, les études sur les “Black Poors” à l’époque moderne autrement dit les “Noirs pauvres” est un fait essentiellement anglophone. L’étude des populations noires précaires a notamment été introduite par un ouvrage fondateur de Stephen Braidwood paru en 1994, Black Poors and White Philanthropists : London’s Black and the Fondation of the Sierra Leone Settlement (1786-1791). Comme le sous-titre l’indique, cet historien a pu étudier le visage de cette population à Londres à la toute fin du 18e siècle grâce aux archives du Comitee for the relief of Black Poors qui a été à l’initiative de l’émigration plus ou moins forcée de plusieurs Afro-descendants londoniens, libres et indigents en Sierre Leone.

A la recherche des “Black Poors” de Bordeaux

Comme souvent, ces lectures anglaises agissent sur ma recherche comme un déclencheur : forcément, lorsque j’ai pris connaissance de cet ouvrage, j’ai voulu creuser ce sujet pour un terrain que je connais bien, celui de Bordeaux. L’étude de cette population est cependant plus difficile à faire alors que nous ne disposons pas d’un équivalent d’un “Comité pour le secours des pauvres Noirs” français. Comme j’aime à le rappeler, nos archives ne nous permettent en fait guère de cerner les extrêmes alors qu’au contraire nous avons beaucoup de renseignements sur les affranchis de classe moyenne, alors même que ce groupe ne représente que cent personnes, tout au plus, en 1789 à Bordeaux. Ils sont en fait sur-représentés dans les archives tout à la fois car ils ont désormais les moyens de passer devant un notaire et car cet acte, très symbolique, est aussi utilisé pour faire valoir leur nouveau statut de libres. A l’inverse, on a très peu de choses sur les deux autres bouts du spectre. Les fils de planteurs Afro-descendants, propriétaires eux aussi, passent régulièrement devant l’administration française mais cherchent autant que possible à effacer leur origine dans les actes et sont donc difficilement repérables car les notaires sont loin de faire systématiquement référence à leurs origines. A l’extrême opposé, les très pauvres, comme tous les précaires sous l’Ancien Régime, sont une masse qui échappent difficilement à notre regard. Cette population n’a pas les moyens de prendre la parole et ne surgit que via les archives de surveillance policière1.

C’est donc évidemment dans cette direction que j’ai creusé ma recherche. Pour la surveillance policière des Afro-descendants, nous pouvons distinguer deux types de moyen de contrôle : les premiers sont les Dépôts des Noirs, institués à partir de 1777, qui sont surtout pensés sur les esclaves. Les Noirs libres, eux, sont soumis aux mêmes dispositifs de coercition que les Blancs : c’est donc dans les archives de prison et de mendicité que l’on peut retrouver leur trace en traquant comme d’habitude toutes les mentions de couleur. Pour Bordeaux, tous les registres d’écrou et de dépôts de mendicité n’ont pas été conservés et je n’ai donc pu effectuer mon relevé que sur trois registres datés de 1784 à 1797 et conservés aux Archives Départementales de Gironde (mais ça tombe bien, il s’agit de ma décennie préférée)2. J’étudie à dessein les registres d’écrou et des dépôts de mendicité comme un seul et même ensemble car il y a une vraie porosité entre ces deux institutions qui visent à enfermer la population pauvre sous l’Ancien Régime3. Les dépôts de mendicité sont un dispositif d’enfermement à part entière, l’excuse de la mendicité et du vagabondage étant souvent un moyen d’exercer un contrôle sur les populations les plus précaires. Cette porosité est ainsi nettement visible dans les registres où certaines personnes placées dans le dépôt de mendicité le sont après un jugement prévôtal.

Dans les prisons bordelaises

Avant toute chose, il est important de rappeler que cette population précaire noire ne représente qu’une infime partie des prisonniers à la fin de l’Ancien Régime et sous la Révolution : un dépouillement exhaustif des trois registres ne permet de trouver que trente mentions sur plusieurs centaines d’enfermé.e.s, sachant que l’on retrouve parfois les mêmes personnes au fil des années. On y retrouve indifféremment des hommes et quelques femmes, qui ont en commun un même profil social : il s’agit toujours d’Afro-descendant.e.s libres vivant de petits métiers. Les hommes sont marins, domestiques, portefaix ; les femmes couturières ou domestiques. Leur séjour dans les prisons bordelaises est temporaire, d’un mois à un an maximum et les raisons de leur sortie sont variables : le terme de l’enfermement peut-être échu mais il arrive aussi régulièrement que les prisonniers décèdent en prison ou qu’ils soient transférés dans un autre lieu d’enfermement, notamment au fort du Hâ ou à l’Hôtel de ville.

Un tonnelier Noir au travail sur les quais, détail de la Vue du port de Toulon par Joseph Vernet, c. 1760, Musée National de la Marine

La raison de leur enfermement est plutôt uniforme et permet de toucher du doigt la situation économique de ces populations.

Dans les registres de mendicité, cette condamnation permet de contrôler des populations perçues comme vagabondes (notamment les marins) ou agit comme une mesure sanitaire pour isoler les malades vénériens. La prison intervient de son côté après un jugement prévôtal même si les registres ne mentionnent hélas pas la cause de cette décision. Une recherche plus poussée en archives serait donc nécessaire mais en attendant, on peut raisonnablement faire l’hypothèse que l’écrou fait souvent suite à des vols. Le profil des condamnés rejoint ainsi ceux déjà repérés par Léo Elisabeth lorsqu’il indique que le séjour le plus long dans la prison bordelaise est ainsi effectué par un Noir ayant volé avec deux autres femmes une pièce de tissu en 1760 : il passe trois mois en prison avant d’être transféré à la Conciergerie4. De fait, ce délit est souvent la seule issue de secours pour des populations précaires qui ne trouvent pas toujours des moyens de subsistance.

Ces registres qui courent sur plusieurs années permettent de repérer certains résidents précaires de Bordeaux, qui font l’objet d’enfermement réguliers. Louis Rouffier, métis originaire de l’Ile de France vivote de petits métiers. Domestique puis portefaix, il est est enfermé deux fois à l’écrou bordelais : un mois en 1787 puis six mois en 1789 avant de finir par quitter Bordeaux pour aller à Montpellier. D’autres indigents sont aussi des habitués des prisons bordelaises au début de la Révolution comme Isabeau Juliette qui est plusieurs fois emprisonnée pour maladie vénérienne entre 1793 et 1794. Cette affection est sans doute le signe que cette couturière, âgée de 20 ans et originaire du Cap-Français, doit également se prostituer pour subvenir à ses besoins.

L’affranchissement n’est donc pas systématiquement l’occasion d’une amélioration des niveaux de vie : au contraire, cet évènement peut être l’occasion d’une marginalisation renforcée si les Afro-descendants bordelais sont privés de tout soutien financier ou humain. L’affranchissement des domestiques âgés en raison de leur incapacité physique est ainsi un phénomène attesté dans les archives, comme le montre cette observation d’un voyageur anonyme à Bordeaux dans le Courrier des planètes du 5 juin 1788 :

“J’ai vu un vieux nègre qui se tient habituellement sous la galerie de la Comédie estropié d’une jambe et probablement abandonné par son barbare de maître”.

Courrier des planètes, 5 juin 1788 (lien)
Portrait de Billy Waters (c. 1778-1823) par David Wilkie, c. 1810, National Maritime Museum

A la veille de la Révolution, plusieurs Afro-descendants libres à Bordeaux font donc l’objet d’enfermement réguliers, une sanction qui vient mettre en lumière leurs difficultés économiques quotidiennes.

Les réfugiés antillais sous l’Empire

Encore assez peu nombreux à la fin du 18e siècle, cette population noire et précaire prend une nouvelle dimension au début du 19e avec l’arrivée de nombreux réfugiés antillais. En 1802, 531 personnes de couleur sont ainsi recensées comme réfugiées à Bordeaux5. Ayant tout quitté ou perdu aux Antilles, ces réfugiés, notamment les femmes et les personnes âgées, sont largement dépendants des petits subsides fournies par la mairie, versés irrégulièrement. La majorité de ces réfugiés, notamment les hommes en état de travailler, deviennent quant à eux journaliers. A ces difficultés économiques s’ajoute la mise en place d’espaces urbains dédiés à l’accueil de ces réfugiés qui viennent marginaliser un peu plus ces nouveaux arrivants. Plusieurs lieux sont dévolus à l’hébergement des réfugiés : une partie sont logés à l’Hôtel de la Monnaie ou au fort Louis mais le lieu le plus marquant reste le couvent de la Chartreuse (actuelle préfecture de Police) où sont regroupés au moins une centaine de réfugiés. Cet ancien couvent, situé près des marais, est notoirement connu pour son inconfort et plusieurs voyageurs se font l’écho des difficultés rencontrées par les réfugiés :

Ces malheureux, entassé à fond de cale, ont reçu asile derrière les murs du couvent. Ils sont entretenus aux frais du gouvernement. Dans l’ombre des cellules souillées d’ordures, hommes, femmes, et enfants, blancs et noirs grouillent pêle-mêle. Quelques cellules moins sordides sont occupées par les insulaires de race blanche.

Méaude de Lapouyode, “Voyage d’un allemand à Bordeaux en 1801”.

Ce phénomène n’est pas propre à Bordeaux et se retrouve sur tout la façade atlantique : le même flux migratoire est attesté à Londres par exemple où certains soldats créoles font montre d’une grande originalité pour gagner leur vie : le cas le plus célèbre est celui de John Johnson, mendiant et chansonnier.

Cette grande précarité économique se répercute dans les registres d’enfermement, où les condamnations pour vol dans la population afro-descendante augmentent : plusieurs Antillais.e.s sont ainsi écroué.es en 1811 aux motifs de vol, escroquerie ou mendicité6. Cette décennie se traduit aussi par l’apparition des plaintes pour faux billets qui permettent à certains réfugiés d’acheter de la nourriture. Certains de ces délits ont parfois une publicité inattendue comme lorsque Magloire, prévenu du crime de faux tente de s’échapper des prisons bordelaises en novembre 1804, un essai narré par le Courrier des spectacles le 16 novembre 1804.

Les formes de la précarité des Afro-descendants bordelais sont donc similaires aux profils des indigents observés sur le reste du territoire français : ce groupe est cependant plus important numériquement sous l’Empire, une situation délétère qui se maintient jusqu’en 1816. A cette date, les relations maritimes entre la France et Haïti sont désormais officieusement rétablies et permettent à bon nombre de réfugiés de reprendre la route de leur pays alors que le séjour bordelais a été vécu, pour beaucoup, comme une exil.

  1. Jean-Pierre Gutton, “Les pauvres face à la pauvreté : le cas français, 1500-1800” dans Pauvreté, cultures et ordre social []
  2. Archives Départementales de Gironde, Registre de mendicité de 1784 à 1786 (C 1131), registre d’écrou de 1786 à 1794 (C 1133) et registre de mendicité de 1792 à 1787 (C 1134) []
  3. Christine Peny, “Les dépôts de mendicité sous l’Ancien Régime et les débuts de l’assistance aux malades mentaux (1764-1790)”, Revue d’Histoire de la protection sociale, 2011 []
  4. Léo Elisabeth, p.67 []
  5. Archives Nationales d’Outre-Mer Gen 634 / 2743 – Liste des gens de couleur qui sont actuellement à Bordeaux []
  6. Archives de Bordeaux Métropole, Registre d’écrou du dépôt de la mairie à retrouver en ligne, 4812 I/2 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.