Paroles de propriétaires dans les bouches des esclaves : de l’usage de faux discours durant la Révolution

Une fois de plus, l’inspiration pour ce nouvel article de blog me vient directement de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, mon (nouveau) lieu de travail. Pour la 18emiste que je suis, et, il faut l’avouer, la compulsive amatrice de Révolution depuis quelques années, cette bibliothèque contient une documentation inestimable : en l’occurrence, des milliers d’imprimés révolutionnaires, que j’ai donc tâchés d’explorer au prisme des présences noires en France. Cette exploration m’a permis de compléter ma marotte du moment, dont on reparlera bientôt dans ces pages : les discours politiques écrits et tenus par les Afro-descendants en France entre 1789 et 1799. C’est ainsi que je suis tombée sur une brochure assez rare : “André mulâtre, né à Cayenne, à la Convention nationale“. Absent des collections de la BnF, ce court texte est également signalé dans les collections de la bibliothèque universitaire des Antilles mais sa numérisation demeure inaccessible.

Ce très court texte de 3 pages a été rédigé le 15 ventôse an II c’est à dire le 4 mars 1794, un mois à peine après la première abolition de l’esclavage. L’auteur affiché de cette déclaration se nomme donc André : ce dernier se présente comme un affranchi, cet évènement ayant eu lieu avant le décret national d’abolition de l’esclavage. Il vit à Paris et se place sous la protection d’une famille de bienfaiteurs, les Larivière et de son professeur, le citoyen Chambly ; s’il prend la parole en 1794, c’est pour les défendre. La veuve Larivière et Chambly sont en effet en état d’arrestation en 1794, ce dont s’insurge André au nom de leur adhésion pleine et entière aux principes républicains.

André, à la Convention nationale, 1794, Bibliothèque historique de la Ville de Paris
André, à la Convention nationale, 1794, Bibliothèque historique de la Ville de Paris

Le problème, après une première lecture, c’est que plusieurs éléments ne collent dans ce récit. Ce qui met d’abord la puce à l’oreille c’est la différence entre le discours policé d’André, très argumenté et son âge réel. En effet, d’après le même opuscule, André, né le 12 août 1784, est en réalité âgé de seulement 10 ans au moment des évènements. On l’imagine donc mal à l’initiative de ce discours très policé. D’autres éléments ne sont également pas cohérents, et, en premier lieu, la cellule familiale décrite par André. Ce dernier commence en effet par exposer qu’il a une mère et des frères, affranchis comme lui ; très vite cependant, ce foyer originel disparaît complètement pour ne laisser la place qu’à la veuve Larivière et le citoyen Chambly qu’André revendique même comme ses parents adoptifs.

Toutes ces constatations permettent ainsi de se rendre compte que ce discours est un faux : André est ici une marionnette muette, à travers laquelle les Larivière tentent de faire entendre leur voix, pour leur bénéfice. Tâchons donc de dénouer l’écheveau de propagande monté par ces derniers. André même a t-il vraiment existé ? Rien n’est moins sûr. D’après ses dires, il arrive en France en 1788 avec la veuve Larivière pour recevoir une éducation auprès du citoyen Chambly (derrière ce patronyme révolutionnaire adopté en 1794, il faut en réalité lire René Charles François La Tour Dupin Chambly). Le problème, c’est que pour la région parisienne notamment, la documentation devient assez éparse après la borne que représente le recensement de 1777. La consultation des trois Dictionnaires des gens de couleur sous la France d’Ancien Régime ne permet ainsi de repérer aucun esclave ou affranchi répondant à ce prénom et dépendant des Larivière ou des Chambly à la veille de la Révolution. Ce qui est certain en revanche, c’est que la famille Larivière était bien une famille de colons, installés en Guyane : ces mêmes dictionnaires permettent ainsi de repérer deux esclaves des Larivière, en partance ou en provenance de Cayenne. Le premier à apparaître dans les archives est un certain Jean-Baptiste, qui part de Bordeaux en 17681 ; le second s’appelle Lubin et est temporairement emprisonné à Nantes en 1783 à l’âge de sept ans2.

La ville de Cayenne, détail de Vue de la Rivière et Ile de Cayenne, 1760 (source : Gallica)

Cette fausse prise de parole est donc clairement là pour servir les intérêts du clan Larivière : de colons guyanais sous l’Ancien Régime, ils deviennent soudainement des républicains dans l’âme à la Révolution qui auraient permis l’affranchissement et l’éducation d’une dizaine d’esclaves que leur emprisonnement laisserait démunis. Cette interprétation louable reste cependant à prendre avec des pincettes. Il est plus probable que la vie d’André ait été assez différente de ce récit idyllique : les séparations familiales forcées étaient ainsi monnaie courante, ce qui expliquerait l’absence de sa mère dans ce récit. Par ailleurs, nous n’avons pour l’instant aucune preuve d’affranchissement d’esclaves par les Larivière. Cette réinterprétation des faits reste cependant sans effet : le citoyen Chambly est ainsi guillotiné moins d’un mois après ce réquisitoire.

Cette fausse prise de parole d’élites blanches à travers la bouche d’Afro-descendants n’est en tout cas pas un fait nouveau. Ces derniers sont ainsi instrumentalisés dès le mois de novembre 1789 avec un soi-disant discours des “Nègres libres”, publié dans la Gazette Nationale et le Journal Universel3. Contrairement à ce qu’indique le titre, il s’agit en réalité d’une production du Club de Massiac, écrite en réaction à la pétition signée le même mois par les libres de couleur de la capitale, réclamant l’égalité politique. Ce lobby colonial espérait, avec cette fake news, diviser le groupe des libres de couleur en attribuant aux affranchis un discours très radical, susceptible d’effrayer les élites de couleur propriétaires et aux intérêts économiques proche des Blancs.

Une “fake news” par le Club de Massiac, Gazette nationale ou Moniteur Universel, 29 novembre 1789

  1. Dictionnaire des gens de couleur, tome 3, notice ? []
  2. Dictionnaire des gens de couleur, tome 2, notice 5026 []
  3. 29 novembre 1789, Gazette nationale et 30 novembre 1789, Journal Universel ou Révolution des royaumes. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.