Avant Dumas : Piis et Barbault Royer

Cela fait un petit moment que je n’avais pas trouvé le temps d’écrire pour ce blog de recherche, la parution de mon livre oblige. Maintenant que le livre est sorti depuis trois semaines, aux éditions Mollat, j’ai un peu plus de temps pour moi et j’espère pouvoir contribuer plus régulièrement dans ces pages !

Pour ce retour virtuel, j’avais envie de me pencher sur la vie de deux écrivains de couleur actifs sous la Révolution française. Si Alexandre Dumas est sans doute le premier auteur français d’origine africaine qui vient à l’esprit (et encore, cet aspect de sa vie est ignoré de beaucoup), il est important de rappeler que cela n’en fait pas un individu unique ou exceptionnel. Au contraire, son parcours s’inscrit dans des phénomènes anciens, visibles dès l’Ancien Régime, où plusieurs hommes issus du métissage ont pu accéder à une éducation et choisir de faire une carrière littéraire plus ou moins poussée. J’avais ainsi déjà évoqué sur ces pages l’activité d’Isaac Louverture ; pour aujourd’hui, on prend encore du recul sur la chronologie en s’intéressant à Auguste Piis et Pierre-François Barbault, actifs sous la Révolution Française : s’ils sont nés plus de 30 ans avant Alexandre Dumas, ils partagent pourtant avec le célèbre auteur la même catégorisation raciale par l’administration française et une activité prolifique d’écrivains.

Pour Piis, ce sont mes recherches qui seront évoquées principalement ici même si cet écrivain mériterait que l’on s’intéresse plus amplement à lui car sa biographie souffre de nombreuses zones d’ombres que mes rapides recherches n’ont pas permis de lever (avis aux amateur.ice.s !). Pour Barbault-Royer, je tire toutes mes informations d’un ouvrage paru récemment, et qui a d’ailleurs été à l’origine de ce billet de blog : Le métis révolutionnaire : Barbault-Royer, homme de lettres et voyageur engagé d’Annette Krief. Même s’il s’agit d’un ouvrage de littérature comparée qui se concentre surtout sur l’oeuvre de Barbault-Royer et de ses idées politiques, il a été aussi très précieux pour retracer la vie de cet écrivain que je connaissais pas encore. J’exposerai ici les faits qui ont retenu mon attention mais je vous incite bien évidemment à poursuivre ce compte-rendu personnel en allant voir l’ouvrage de plus près !

Piis et Barbault Royer : entre les colonies et la métropole

Commençons donc par Barbault-Royer, pour qui nous avons le plus de certitudes : ce dernier naît en 1767 sur le navire Le Dauphin qui fait le voyage de Lorient vers les Mascareignes. Il est le fils de Jean-Baptiste Barbeau et Dorothée Leblanc : cette dernière est originaire de Pondichéry et vit en France depuis 1755 avant leur départ aux Mascareignes. Le couple, libre, est au service du sieur Poivre, intendant de l’Ile de France (actuelle Ile Maurice). Le jeune Pierre-François est donc élevé dans la propriété du sieur Poivre, à Monplaisir sur l’île Maurice : cette propriété est d’ailleurs toujours visible aujourd’hui car Pierre Poivre est surtout connu pour y avoir fait planter un célèbre jardin d’acclimatation, le jardin des Pamplemousses. En 1772, la propriété est rachetée par le roi et toute la famille Barbeau en profite pour revenir en France métropolitaine : le couple Barbeau et leurs trois enfants s’installent d’abord à Lyon en 1773 puis à Paris où ils sont recensés en 1777 dans l’Etat des Noirs, comme “quarterons”1. Barbault-Royer est ensuite éduqué au collège de Lisieux de 1778 à 1789.

Vue du grand chemin des Pamplemousses par Milbert, tirée de Illustrations pittoresques de l’Ile de France (1812)

Pour Piis, il est plus compliqué de retracer son enfance car nous ne disposons pas pour l’instant d’un travail de fond comme celui qu’Annette Krief a fait pour Barbault-Royer. A l’heure actuelle, sa notice Wikipédia est ainsi un copier/coller presque parfait d’une notice biographique rédigée en 18622 et le faisant naître en 1755 à Paris, sans aucune mention de ces origines afrodescendantes. Pourtant le même Piis est identifié en 1791 par l’administration bordelaise, dans les registres de passagers, comme “quarteron”. Outre cette identification dans les registres de passagers bordelais, cette thèse est confirmée par plusieurs indices : tout d’abord, Auguste Piis est un enfant naturel, dont les origines illégitimes sont rappelés par ses contemporains pour le discréditer3. Par ailleurs, son père, le baron de Piis et chevalier de Saint-Louis, a exercé dans l’armée à Saint-Domingue de 1766 à 1779 et est également propriétaire au Dondon d’après son dossier aux Archives nationales d’Outre-Mer. L’identité de sa mère, enfin, est inconnue. Quelque soit le véritable lieu de naissance d’Auguste Piis, il est très rapidement pris en charge par son père qui, malgré ses origines illégitimes, l’envoie en France pour le fait éduquer notamment à Paris au collège d’Harcourt.

Registre des passagers à l’arrivée de Bordeaux identifiant Piis comme un “quarteron”.

Le parcours des deux hommes comporte donc de nombreuses similitudes : tous deux identifiés comme “quarterons”, ils bénéficient d’un parcours assez classique de promotion sociale via une éducation à la française, une stratégie observée pour d’autres familles métisses.

Deux auteurs prolifiques

Forts de cette éducation, les deux jeunes hommes se lancent dans une carrière littéraire. Piis est le premier à publier : en 1776, il collabore ainsi pour sa première oeuvre avec Barré et propose une parodie d‘Alceste intitulée La Bonne femme. La collaboration entre les deux hommes va durer un long moment : ils écrivent ensemble une vingtaine de vaudevilles pour la Comédie italienne, qui se caractérisent par de nombreux passages chantés. Leurs pièces sont ensuite proposées à la foire Saint-Germain au début des années 1780 et les deux amis finissent par fonder en 1792 le théâtre du Vaudeville, rue Chartres-Saint-Honoré.

Intégrale des pièces composées par Piis et Barré, publiée en 1785. Exemplaire de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris

Barbault-Royer s’illustre quant à lui dans un genre tout à fait différent et préfère au genre théâtral celui de l’essai politique. Plus jeune, il entame sa carrière d’auteur sous la Révolution, en 1791. Il se fait le spécialiste d’une littérature politique, prenant la forme de romans ou de dialogues. Son premier ouvrage reflète son parcours de vie atypique et ses convictions : dans Créon et les trois opprimés, il met ainsi en scène trois formes d’oppression dont celle de Zaafar, un prince africain réduit en esclavage. Son activité d’écrivain se met ensuite au diapason de la Révolution : il publie de nombreuses pétitions ou essais pour faire passer ses idées politiques, notamment sa méfiance envers la religion catholique ou encore son adhésion à la réforme du calendrier. Farouchement républicain, il approuve la mort de Louis XVI tout en ne souhaitant pas être associés au régime de la Terreur. Tout au long de sa carrière, il publie ainsi une vingtaine de textes politiques (sans compter les rééditions).

Barbault-Royer, Observations sur l’Espagne, vers 1793. Exemplaire de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris.

Si Barbault-Royer peut vivre de son activité d’écrivain grâce à une rente paternelle, Piis devient secrétaire du comte d’Artois de 1784 à 1789.

Des citoyens de couleur sous la Révolution

Ce qui m’a surtout intéressée dans le parcours de Barbault-Royer et Piis c’est de voir comment la Révolution et ses multiples débats sur le statut juridique des libres de couleur semble soudainement renvoyer les deux écrivains à leurs origines.

Ce phénomène est ainsi très nettement visible chez Barbault-Royer. Si l’on excepte sa mention comme “quarteron” dans les archives administratives en 1777, ses origines semblent en effet avoir été un non-sujet pour une bonne partie de son adolescence puisque les archives n’y font pas référence. Un changement s’opère pourtant à partir du 28 septembre 1791, date qui signe l’entrée des gens de couleur nés de parents libres, comme Barbault-Royer donc, dans le groupe des citoyens français. A partir de cette date et jusqu’à l’abolition de l’esclavage, Barbault-Royer se voit ainsi accoler l’adjectif “Indien” dans les signatures de ses textes.

Outre cette assignation externe, Barbault-Royer se rapproche du reste de la communauté des libres de couleur de la capitale. Il est notamment proche de Julien Raimond qui le recommande en 1792 pour être le secrétaire de Galbaud, missionné au Cap-Français. Cette expérience ultramarine sera de courte durée avec la destitution de Galbaud et Barbault-Royer est réintégré comme employé civil du ministère de la Marine, à Rochefort. Barbault-Royer revient une seconde fois à Saint-Domingue en 1796, cette fois-ci directement en compagnie de Julien Raimond. De nouveau, le séjour est écourté en raison de la guerre civile ; ce voyage signe par ailleurs la rupture entre les deux hommes, Barbault-Royer défendant le parti mulâtre de Villatte quand Julien Raimond soutient plutôt une position de neutralité. A son retour en France, Barbault-Royer fait ainsi un rapport presque journalistique des évènements observés au Cap, un texte qui est publié en 1797.

La Révolution joue donc un rôle très important dans le parcours politique de Barbault-Royer : si ses écrits ne tournent pas qu’autour de ses origines, Barbault-Royer s’empare régulièrement de ce sujet et s’identifie clairement comme un citoyen de couleur. Deux oeuvres en particulier ont retenues mon attention : Fernando en Espagne, publiée en 1794, propose une autobiographie déguisée de Barbault-Royer où il met en scène son double fictif, un Indien nommé Sierra de Guadamarra ; la seconde est une lettre ouverte publiée le 23 octobre 1797 dans La Clef du cabinet des souverains où il replace l’Egypte et par extension l’Afrique, au centre de l’histoire occidentale.

Pour Piis, la situation est différente : les débats révolutionnaires impactent sa vie et ses écrits, mais dans une forme plus intime que l’oeuvre de Barbault-Royer. Son retour à Saint-Domingue en 1790 n’est ainsi pas liée à sa carrière mais à un drame personnel : la même année, son père meurt et il part donc régler la succession de ce dernier au Dondon. Son séjour est de très courte durée, puisqu’il est renvoyé en France par ordre de l’assemblée provinciale du Nord quelques semaines plus tard (d’ailleurs, si quelqu’un sait comment mettre la main sur les archives de cette assemblée, je prends !). Son retour à Paris est l’occasion pour Piis de composer des chants seul, sans être associé à Barré. Ces textes ont une teinte nettement plus politique et sont chantés aux Tuileries ; parmi ces derniers, l’un a été rédigé en faveur de l’abolition de l’esclavage, quatre jours après le vote de la loi. Ce texte est intéressant à plus d’un titre : outre un déroulé argumentatif assez classique, on retrouve aussi dans les derniers paragraphes une influence de la grammaire et du vocabulaire créole qui prouve une certaine familiarité de Piis avec cette langue. Le texte de Piis vient ainsi compléter le corpus de chants composés par des Afro-descendant.e.s aux lendemains de la première abolition.

Pierre-Antoine-Augustin de Piis, La liberté des nègres, 1794. A l’avant-dernière strophe, on observe l’emploi d’un langage créole/créolisé lorsque Piis s’adresse à Zizi. Exemplaire de la BHVP.

Et si vous voulez entendre ce que ça donnait, vous pouvez retrouver ce chant sur Youtube !

La Révolution est donc l’occasion pour les deux hommes de se positionner par rapport aux débats politiques, chacun dans le genre littéraire qui lui correspond : tandis que Barbault-Royer publie plusieurs essais et offre une réflexion poussée sur sa situation de citoyen de couleur, Piis propose une seule production, populaire, dans la droite ligne de ses écrits théâtraux à destination d’un large public. Malgré la diversité de leur production littéraire, la similarité de parcours de ces deux hommes se retrouve jusque dans la mort : Barbault-Royer décède en 1831 et Piis un an plus tard, après avoir tous deux fini leur carrière comme fonctionnaire sous la Révolution et l’Empire. Ses similarités ont-elles été suffisantes pour leur permettre de se croiser ? Aucune archive n’est là pour le prouver mais il est sûr que ces deux hommes de couleur n’étaient quoiqu’il en soit pas isolés dans Paris. Les productions littéraires de Barbault-Royer et Piis ne sont ainsi qu’une des formes de l’émulation intellectuelle et politique des libres de couleur dans les années 1790, aux côtés des pétitions des citoyens de couleur comme Julien Raimond, des députés de Saint-Domingue ou encore des Afro-descendants engagés dans l’armée – autant de groupes sociaux qui sont loin de s’ignorer.

  1. Erick Noël, Dictionnaire des gens de couleur dans la France de l’époque moderne : tome 1, Paris et sa région, Paris, Genève, Droz, 2011, p.209 []
  2. Jean-Christian-Ferdinand Hoefer, Nouvelle biographie générale, tome 40, Paris, Firmin Didot frères, 1862 []
  3. Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la France, Louis Petit de Bachaumont, 1781, p.207-208 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search