Des escrimeurs venus d’ailleurs

Un homme noir en position, manuscrit de Meyer, 1561, conservé au Bavarian National Museum (Munich)

Il y a quelques jours sur Twitter, je suis tombée sur une image assez inhabituelle : celle d’un homme noir, en train de réaliser des pas d’escrime, représenté dans un manuscrit germanique du XVIe siècle. Loin d’être une image isolée, il s’agit au contraire d’une figuration récurrente dans les manuels d’escrime de cette époque, comme l’a montré Jacob Deacon. Comme toujours, ces représentations soulèvent de nombreuses questions : s’agit-il d’une convention iconographique symbolique ? Au contraire, cette représentation fait- elle écho à une réalité avérée ? De fait, les manuels d’escrime n’étaient pas toujours fidèles à la pratique mais représentaient plutôt une version idéalisée de cet art. Pourtant, la simple figuration d’homme de couleur dans ces manuels permet d’avancer que cette situation était plausible et envisagée par les mentalités contemporaines, alors que, par ailleurs, plusieurs Afro-descendants sont attestés sur le sol européen à la même époque1. Dans cet article, j’aimerais donc une fois de plus faire le lien entre ces représentations et les archives : que nous disent ces dernières de la pratique de l’escrime chez les hommes noirs en Europe jusqu’au début du 19e siècle ? Je me concentrerai volontairement sur la France métropolitaine qui est mon terrain de prédilection mais si vous lisez l’anglais, je vous incite vivement à lire ce texte de Ben Miller qui propose une synthèse pour l’espace atlantique !

Les hommes de couleur et l’apprentissage des armes dans l’armée

Le maniement des armes pour les hommes de couleur ne va en effet pas de soi en France, notamment dans son espace colonial. Ainsi, alors que l’esclavage et le système de plantation sont adoptés au cours du XVIIe siècle aux Antilles, le Code Noir de 1685 se montre très clair : il est interdit pour les esclaves de porte une quelconque arme offensive qui pourrait les aider dans leur révolte.

Porter des armes, et savoir les manier, et donc le propre des hommes libres, qu’ils soient libres de naissance ou affranchis. Le lien entre le port d’un arme et le statut de libre est d’ailleurs si fort que certains esclaves ont pu bénéficier d’un affranchissement pour cause de service militaire. Ces affranchissements militaires disparaissent cependant progressivement et, au milieu du XVIIIe siècle, il faut bien être libre avant de pouvoir prétendre à porter des armes. Cela est règlementé très concrètement aux Antilles par la création en 1768, sous l’impulsion du gouverneur d’Estaing, de milices coloniales mêlant Blancs et libres de couleur. Enfin, la guerre d’Indépendance américaine officialise l’intégration des libres de couleur dans l’armée avec la création de bataillons de militaires de couleur2. C’est donc bien l’armée qui est, assez logiquement, le principal cadre de l’apprentissage des armes pour les hommes de couleur.

Jeune noir à l’épée, Puvis de Chavannes, 1850, conservé au musée d’Orsay. Bien que postérieur à la période étudiée, le peintre reprend ici le code de l’épée associé à l’homme libre.

Cette règlementation n’empêche pas une suspicion grandissante à la fin du XVIIIe siècle autour du port d’armes par les hommes Afro-descendants libres, dans la continuité d’une série de lois discriminatoires édictées à la fin des années 1770. En 1783, le gouverneur général de Martinique interdit ainsi aux libres de couleur de porter des armes dans l’espace public, hors du cadre réglementé de la milice (une disposition qui ne concerne bien sûr pas les Blancs)3. Il demeure cependant difficile de connaître la véritable application de cette loi.

Ce détour par les Antilles était nécessaire car, comme nous allons le voir, les hommes de couleur pratiquant l’escrime en France sont tous nés dans les colonies et ont donc été soumis à ces règlementations avant d’arriver en métropole. Ce contexte antillais est donc essentiel pour mieux comprendre leur parcours.

Les autres Chevaliers de Saint-Georges

Le maniement des armes en France s’inscrit donc systématiquement dans la continuité d’une carrière militaire entamée aux Antilles et constitue un débouché professionnel assez naturel une fois quittés les rangs de l’armée. La pratique des armes hors du cadre de l’armée est en effet rendue possible en métropole par une législation plus souple qu’aux Antilles. Une seule règlementation nationale se penche sur la question, en interdisant le port d’armes aux « domestiques et aux nègres » en 17794 : l’emploi du terme « nègre » fait ici tout à la fois référence à une couleur de peau et à une situation de dépendance et est en fait probablement employé à la place du terme « esclave » qui est assez mal vu par le Parlement de Paris notamment. La métropole se place donc, cent ans après le Code Noir, dans la continuité des Antilles. Les maîtres d’armes bordelais édictent également leur propre règlement en 1775, qui interdit l’apprentissage de l’escrime aux « nègres et sangs-mêlés ». A la fin du XVIIIe siècle, le questionnement sur le port des armes par les personnes de couleur se déporte donc lentement en métropole.

Malgré tout, cette règlementation est largement insuffisante : outre l’inefficacité assez généralisée des lois cherchant à encadrer la venue et le quotidien des gens de couleur en métropole tout au long du XVIIIe siècle, les deux règlementations laissent de fait une assez grande marge de manoeuvre avant 1775 et, même après cette date, la pratique des armes ou la tenue d’une salle d’escrime par les libres de couleur n’est toujours pas interrogée. Cette absence de législation explique ainsi les quelques mentions de ce métier faites dans les archives métropolitaines. De fait, si l’exemple du Chevalier de Saint-Georges est souvent le premier qui vient en tête, ce dernier ne représente en fait que l’aboutissement d’un processus entamé dans les décennies précédentes.

Image tirée de : The Art of Fencing represented in proper Figures exhibiting the several Passes, Marcellus Laroon, début du 17e siècle, conservé à la British Library.

La première mention d’un maître d’escrime noir officiant en France est ainsi celle de Guillaume Quenaut : né à Port-de-Paix, il arrive en France par le port du Havre dès 1716 et, en 1762, tient une salle d’armes à Paris rue Tiquetonne5. La même année, à quelques kilomètres de là, rue de Ménilmontant, officie un autre maître d’arme étranger : Lucidor André6. Ce dernier est né en Afrique à Azanda et a pu bénéficier d’un affranchissement en 1750 après plusieurs années de service militaire avec le statut d’esclave. Son cas est intéressant à plus d’un titre : en plus d’être le père de la révolutionnaire Marie-Thérèse Corbin, son inventaire après décès nous permet d’en savoir un peu plus sur sa salle d’escrime. On y apprend entre autre que les leçons dispensées coûtent 100 livres et que plusieurs de ses élèves doivent encore rembourser à sa veuve plus de 600 livres. Sa salle d’arme est donc bien fréquentée pendant quinze ans, depuis sa création en 1756 jusqu’à sa mort en 1771.

Au moment où Lucidor et Quenaut sont déjà des maîtres d’armes établis et reconnus, le chevalier de Saint-Georges n’est lui encore qu’un étudiant : recensé aussi en 1762 à Paris, il est alors âgé de 15 ans et a été confié au maîtres d’armes Benjamin de la Boissière pour son éducation militaire. Il se place là dans un contexte d’apprentissage résolument différent : alors que Lucidor et Quenaut ont fait de l’escrime le prolongement de leurs activités de soldats, Joseph de Saint-Georges est un libre de naissance, métis, qui peut bénéficier d’une éducation privée grâce au statut social de son père. C’est justement cet héritage qui lui permet de porter son art dans les plus hautes sphères de la société. En 1777, le baron Grimm, de passage à Paris, le désigne ainsi comme un « tireur d’armes ». Saint-Georges monnaie en effet son talent dans plusieurs duels, dont le plus célèbre est sans doute celui effectué le 9 avril 1787 contre d’Eon.

Duel entre Saint-Georges et D’Eon, peinture par Robineau, 1787.

Le XIXe siècle : fermer le métier aux seuls métis ?

Au début du XIXe siècle, une évolution se dessine dans la pratique professionnelle de l’escrime par les hommes de couleur en métropole. Alors que, nous venons de le voir, cette pratique était possible au XVIIIe siècle pour des libres de couleur assez différents du point de vue de leur couleur ou de leur origine, les quelques maîtres d’escrimes connus à partir de l’Empire sont tous issus du métissage. Cette hypothèse mériterait d’être consolidée avec des données supplémentaires mais s’inscrit en tout cas dans une tendance générale : sous l’Empire, Napoléon impulse une nouvelle hiérarchie sociale fondée sur la couleur. Parmi les libres de couleur, l’administration napoléonienne distingue ainsi nettement les métis des Noirs qui sont soumis à davantage de lois discriminatoires (interdiction des mariages mixtes par exemple). Cette situation a tendance à précariser les populations noires alors que les populations métisses continuent d’avoir accès à des professions plus reconnues socialement.

Le recensement de 1807, visant à comptabiliser le nombre d’Afro-descendants, liste ainsi deux maîtres d’armes métis en France. Le premier, Aimé Siouk, réside à Versailles après avoir été employé dans le premier régiment d’infanterie légère. Le deuxième, Sottie Grattien, est à Bordeaux : résidant au Fort Louis, il fait partie des nombreux soldats déportés des Antilles et met à profit son expérience militaire pour donner des cours d’escrime. Le recensement de Paris ayant été perdu, il est probable cependant que les maîtres d’armes de couleur soient plus nombreux que ce que laissent apercevoir ces archives.

Le maître d’arme le plus célèbre – et que j’ai justement découvert en préparant cet article – reste cependant Jean-Louis Michel. Né à Saint-Domingue (l’actuelle Haïti) en 1785, d’une femme noire libre et d’un père inconnu, il sert dans les armées de Napoléon comme de nombreux autres Antillais. Il se démarque cependant grâce à ses talents de duelliste qui lui permettent d’être nommée Premier Maître d’Armes précocement, à l’âge de 27 ans en 1815. De nombreux récits, bien postérieurs à la période napoléonienne, nous sont parvenus pour conter ses exploits : ils doivent être regardés avec prudence mais ils permettent de montrer qu’à la fin du XIXe siècle, la légende de Jean-Louis Michel est toujours vivace7. Quelle que soit la part de fait avérés ou inventés, Jean-Louis Michel, fonde, en tout cas sa propre salle d’armes à Montpellier en 1816 puis en 1830. S’il n’a pas écrit son propre manuel d’escrime, il est connu dans la tradition orale et via ses disciples pour avoir renouvelé les tactiques d’escrime et c’est d’ailleurs à ce titre que plusieurs salles d’armes portent toujours son nom.

La pratique et l’enseignement des armes est donc possible pour les hommes de couleur libres vivant en métropole grâce à une législation permissive : si je me suis volontairement concentrée pour cet article sur les tireurs et les maîtres d’armes établis, il est en tout cas certains que d’autres Afro-descendants avaient une pratique quotidienne de l’épée, notamment ceux exerçant dans l’armée ou en gendarmerie. Certains d’entre eux sont également directement impliquées dans la confection de ces épées : les recensements de 1777 et 1807 mentionnent en effet deux autres libres de couleur armuriers.

Enfin, vous l’aurez forcément remarqué mais cet article s’est exclusivement focalisé sur les hommes de couleur pratiquant l’escrime, pour lesquels nous avons le plus d’informations ; il n’est cependant pas à exclure que certaines femmes de couleur aient pu exceptionnellement se livrer à ce sport. Parmi les récits courant autour de Jean-Louis Michel, on trouve par exemple mention d’une fille qu’il aurait formé et qui se serait frotté à de nombreux duels. A l’heure actuelle, l’identité de cette duelliste métisse n’est cependant pas complètement avérée, entre autre car selon les registres officiels, le couple formé par Jean-Louis Michel et sa femme n’ont pas eu d’enfants. Si cette histoire vous titille, je vous incite en tout cas à poursuivre votre lecture le blog Cimetières de Montpellier qui a mené sa petite enquête en archives !

Pour aller plus loin

Desch Obi, Fighting for Honor : the History of African Martial Art in the Atlantic World

  1. Voir Otele, African Europeans, An Untold History, 2020 et Kaufmann, Black Tudors, 2017 []
  2. Gainot, Les officiers de couleur dans les armées de la République et de l’Empire, 2007, p.16-17 []
  3. Pierre-Louis, Les libres de couleur face au préjugé : franchir la barrière de couleur en Martinique au XVIIIe siècle, thèse à l’Université des Antilles-Guyane, 2015 []
  4. Le Lec, Les armes en Bretagne sous l’Ancien Régime, master 2 à l’Université de Rennes, 2015, p.91 []
  5. Noël (dir), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne, 2011, p.88 []
  6. Noël (dir), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne, 2011, p.28 []
  7. Vigeant, Un maitre d’armes sous la Restauration, 1883 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search