Une entrepreneuse créole : Marie-Louise Charles

Comme souvent, nous savons peu de choses de la jeunesse de Marie-Louise Charles. Elle naît en Guadeloupe, sur la paroisse de la Trinité rattachée à la ville du Petit-Bourg. Ses parents, dont nous ne connaissons que les prénoms, Charles et Marie, sont a priori tous deux esclaves. Sa date de naissance est plus incertaine et peut être située vers 1765 – et ce malgré les dires contraires qu’elle fera en 1807, se rajeunissant d’une dizaine d’années lors du recensement commandité par l’administration napoléonienne1).

Petit-Bourg, lieu de naissance de Marie-Louise Charles (carte dressée en 1764 à consulter sur Gallica)

Après cette enfance créole, nous retrouvons Marie-Louise à Bordeaux en 1784, âgée d’une vingtaine d’années et désormais libre. Et pour cette première apparition dans les archives, Marie-Louise fait fort puisqu’elle achète aux architectes Laclotte un « commencement de bâtisse » dans un quartier alors en plein expansion à Bordeaux, autour de la basilique Saint-Seurin2. Elle payant cette maison 4.000 livres, elle se place parmi les investisseurs les plus fortunés du quartier où le coût des achats est en moyenne trois fois inférieur. L’origine de cette aisance matérielle nous est inconnue et est peut-être à mettre en relation avec Bernardin Brunelot, bourgeois de Bordeaux originaire de Saint-Domingue qui se porte garant pour elle3.

Maison achetée et agrandie par Marie-Louise Charles, aujourd’hui au 21 rue Albert de Mun.

Quelque soit l’origine de cette fortune (don ou économies personnelles), Marie-Louise a très vite à coeur de faire fructifier cet investissement : elle décide en effet d’agrandir cette maison en y rajoutant un étage et un grenier et moins de trois ans plus tard, elle finit par la revendre pour deux fois son prix d’achat au traiteur Casimir Fidèle !4. Entre-temps, Marie-Louise apprend à écrire, peut-être à lire,  comme en témoigne la signature apposée avec application sous le contrat. Cette première alphabétisation agit comme un marqueur social et lui permet de marquer sa nouvelle autonomie.

Signature de Marie-Louise Charles

Son mariage en 1790 vient parachever cette ascension : elle épouse en effet François Hardy, coiffeur de son état et métis. Comme aux colonies, cette alliance avec un Afro-descendant plus clair de peau est un marqueur de richesse et un moyen d’éloigner le spectre de la servitude5. Lors de ce mariage, c’est elle qui fournit la plus grande partie du patrimoine mis en commun : tandis que François n’apporte que 200 livres, Marie-Louise se présente avec une créance de 3.000 livres due par le sieur Fidèle ainsi que du mobilier estimé à plus de 1.400 livres. Elle possède en effet un lit complet et une armoire en noyer, deux meubles imposants qui sont des véritables investissements sous l’Ancien Régime. En plus de ce mobilier traditionnel, elle montre son aisance à travers des objets de représentation : une bergère, un bureau mais aussi des indiennes importées d’Angleterre et des couverts en argent. L’intérieur de Marie-Louise Charles est ainsi typique des goûts de la bourgeoisie urbaine à la veille de la Révolution.

Elements décoratifs adoptés par Marie-Louise Charles dans son intérieur : bergère et tissu en indienne du XVIIIe siècle

Elle a par ailleurs à coeur de conserver la main sur la gestion de ses biens : elle fait ainsi rajouter une clause dans le contrat de mariage pour que son futur époux reconnaisse que ces meubles -ou leur équivalent en argent- restent à son profit.

Après ces cinq années bien connues grâce aux archives, c’est le calme plat jusqu’en 1807. Lors du recensement napoléonien, elle vit au 9 rue Colignon avec une autre femme noire et ses deux enfants. Elle officie alors comme lingère, une profession qui semble montrer une dégradation de ses conditions de vie et il n’est fait aucune mention de son mari qui a peut-être échappé au recensement grâce à son métissage.

Quoiqu’il en soit, son parcours avant la Révolution est exceptionnel : alors qu’elle aurait pu être contrainte par son statut de jeune femme noire, elle réussit à s’affranchir de cette condition et s’assimile même un temps à la bourgeoisie bordelaise, un tour de force rendu possible grâce à sa capacité à gérer elle-même sa fortune.

Pour les amateurs de balade architecturale, je conclus cet article en mettant un lien vers une carte UMap qui répertorie les différents lieux d’habitation de Marie-Louise Charles entre 1784 et 1807 à Bordeaux !

  1. Toutes ces informations nous sont fournies dans son contrat de mariage, signé le 29 mai 1790 à Bordeaux devant le notaire Nauville (AD de Gironde 3 E 21607 []
  2. Acte de vente des frères Laclotte à Marie-Louise Charles, 10 juin 1784 devant le notaire Collignan, AD de Gironde, 3 E 24282 []
  3. Il fait partie des colons secourus après la perte d’Haïti : http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/pdf/f12-2740-a-k.pdf []
  4. Contrat de vente passé entre Casimir Fidèle et Marie-Louise, 13 janvier 1787 devant le notaire Collignan, AD de Gironde, 3 E 24288 []
  5. Aujourd’hui encore, le colorisme, c’est à dire la valorisation des Afro-descendants à la carnation plus claire, est un vrai sujet dans la communauté noire []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.