La Réole, 1815 : une histoire de rebelles Noirs

Après 6 mois d’absence sur ce blog, je reviens avec une histoire croustillante que j’ai eu l’occasion de creuser pour la publication de ma thèse (si tout se passe bien, elle sera sur vos étals au printemps 2021). J’ai pour la première fois découvert cette anecdote en fouillant le catalogue des bibliothèques municipales de Bordeaux qui mentionnait un ouvrage paru en 1907 à Agen, avec pour titre “Florian et ses bandes de partisans en 1814 et 1815” et pour sous-titre “La bande de Beaupuy dite des nègres “, qui causa des incidents à La Réole en juillet 1815” : il n’en fallait pas plus pour piquer ma curiosité !

Comme souvent, un rapide détour par Rétronews m’a permis de confirmer cette anecdote : le récit de ces révoltes, qui a considérablement marqué l’opinion publique, y est bien détaillé au fils des mois dans différents journaux comme la Gazette nationale ou le Moniteur universel. Par la suite, les archives du procès ont permis de compléter ces informations en fournissant, entre autres, le nom des coupables. J’avais enfin toute la matière sous la main pour reconstituer le fil des évènements !

Notre histoire commence en juillet 1815, dans un contexte politique particulièrement tendu : si vous vous souvenez bien de vos cours d’histoire, ce mois signe la fin des Cent-Jours, bref interlude durant lequel Napoléon Bonaparte tente de revenir au pouvoir après son exil. A la fin du mois de juillet donc, la monarchie est définitivement rétablie ce qui n’est pas au goût de tout le monde notamment pour les partisans de Napoléon, particulièrement nombreux parmi les anciens militaires. L’été est ainsi marqué par toute une série de révoltes dans tout le territoire français pour défendre le parti impérial1 . Parmi, toutes ces révoltes, celle de la Réole a considérablement marqué les esprits et pour plusieurs raisons : en plus d’avoir été initiée par deux chefs jumeaux charismatiques, les frères Faucher, elle se distingue des autres par le nombre important d’Afro-descendants qui y participent.

Maison des frères Faucher à la Réole, photographie anonyme, Bibliothèque municipale de Bordeaux

Au mois de juillet, on assiste donc au rapprochement de plusieurs groupes qui vont s’unir pour s’attaquer aux royalistes. Les frères Faucher, anciens militaires et cadres fonctionnaires impériaux, lancent le mouvement et sont rejoint par Casimir Duclos : originaire de Sainte-Lucie, cet Afro-descendant, s’il est artisan en 1815, est aussi un ancien lieutenant du bataillon colonial2. Il rallie derrière lui vingt autres Afro-descendants, qu’il a sans doute déjà commandé car ces derniers sont tous issus du premier bataillon colonial comme lui. Ces derniers ont un profil similaire : alors que Casimir Duclos est âgé de 46 ans et plus installé, ces suiveurs sont plus jeunes d’une dizaine d’années ou moins et surtout beaucoup plus précaires. Majoritairement domestiques ou marins, leur immigration en France est plus récente : beaucoup d’entre eux sont ainsi originaires de Guadeloupe ou d’Haïti. Une seule exception notable est à relever : on retrouve parmi eux Louis Silvestre, né à Bordeaux, pour lequel j’ai déjà dressé le portrait de son père, aubergiste sous l’Ancien Régime.

Thomas Williams, a Black Sailor, dessin de John Downman, c. 1815, Tate Museum;

Outre leur statut d’anciens soldats, plusieurs raisons peuvent expliquer leur ralliement à la cause bonapartiste. Ainsi, même si Napoléon Bonaparte a rétabli l’esclavage dans les colonies en 1802, en métropole, la présence généralisée d’esclaves est bien un fait d’Ancien Régime. Principal opposant aux royalistes, Napoléon reste donc en partie perçu comme un défenseur des idéaux républicains. De plus, tous ces hommes ont de bonnes raisons de se trouver en Gironde en juillet : au printemps, Napoléon avait en effet créé une éphémère “Compagnie des gens de couleur”, basée à Bordeaux, pour l’aider dans sa reconquête. Tous ces hommes, partisans bonapartistes, sont d’autant plus échauffés à l’été 1815 qu’ils n’ont pas été payés depuis un moment : à la mi-juillet, tous les ingrédients sont donc réunis pour que la révolte éclate.

Tout commence à la Réole, où les frères Faucher sont en poste : le 22 juillet, sous leur impulsion et celle de Casimir Duclos, leurs troupes lacèrent le drapeau blanc, symbole des royalistes, qui venait d’être exposé dans la ville. Impunis et encouragés par d’autres habitants de la ville, ils se rendent ensuite devant la maison du curé, également acquis à la cause du roi pour le menacer mais ne parviennent pas à y entrer. Espérant apaiser les tensions, le sous-préfet tente d’acheter les soldats en donnant 100 francs à Casimir Duclos. En vain car leur révolte n’est pas qu’économique mais aussi politique et qu’elle prend de l’ampleur : bientôt, les frères Faucher et Duclos sont rejoints par deux autres leaders, Joseph Varret et Viot dit la Bombance. Ces derniers encouragent vivement les soldats noirs à continuer la révolte, assurant qu’ils seront rejoints par 200 Blancs. Après une nuit agitée à la Réole, les chefs se mettent alors d’accord sur une autre cible et décident d’aller s’attaquer à d’autres royalistes en ayant recours à une tactique éprouvée : le pillage.



Montagoudin est leur première cible dès le lendemain : ils y rentrent par effraction grâce aux talents de Louis Silvestre, volent de l’argent, du linge et des chevaux ; puis c’est au tour de la commune de Beaupuy où ils demandent des vivres au maire. Ils finissent finalement par être arrêtés à Marmande par la garde nationale : les frères Fauchers sont conduits à la Réole et tous les autres à Agen. Finalement déférés à Bordeaux, c’est dans le tribunal de première instance de la ville qu’ils seront tous jugés le 18 décembre 1815.

Gazette de France, 23 septembe 1815

A priori, on pourrait se dire que ce procès s’annonce mal : bonapartistes, Noirs pour la plupart, les anciens soldats coloniaux partent avec plusieurs difficultés, surtout au vu de la gravité des chefs d’accusation : complot contre ordre royaliste ; attentat ou complot tendant à exciter la guerre civile ; dévastation, massacre et pillage d’une ou plusieurs communes ; tentatives d’assassinat, tentative de meurtre, vol à force ouverte, pillage, vol avec effraction extérieur en intérieur3. Et pourtant ! Ceux qui sont le plus durement jugés sont en fait les frères Faucher : accusés d’avoir fourni les armes et clairement anti-royalistes, ils sont fusillés le 27 septembre 1815. Les autres chefs échappent à ce sort : figures politiques moins dangereuses que les Faucher, Duclos, Varret, Bombance et Silvestre écopent de plusieurs années de travaux forcés ou de bannissement en fonction de leur implication plus ou moins importante. Enfin, tous les autres sont condamnés à cinq ans d’emprisonnement : il est très clair que le tribunal a retenu plusieurs circonstances atténuantes pour ces Afro-descendants, considérant qu’ils étaient de simples suiveurs, plus motivés par des critères économiques que politiques.

Je ne sais pas ce qu’il arrive par la suite des différents accusés mais j’ai trouvé cette histoire passionnante : elle illustre une fois de plus la progressive politisation des Afro-descendants métropolitains, qui ne s’arrête pas à la Révolution. Et pour faire définitivement sortir de l’anonymat ces rebelles oubliés, en bonus, une petite liste de leurs noms !

Tableau des soldats jugés par le tribunal de Bordeaux en décembre 1815

Casimir Duclos Sainte Lucie Tailleur de pierre 46 ans
Hyacinthe Duval Haïti Tourneur 40 ans
Louis Silvestre Bordeaux Sans état 25 ans
Jean-Baptiste Rives Cayenne Cuisinier 49 ans
Jean-Baptiste Clément Haïti Matelot 30 ans
Jean Jackson New York sans état 26 ans
François Joseph   Voilier 30 ans
François Daniel   Matelot 36 ans
Sciption Meck Egypte Domestique 26 ans
Sebastien Masson Guadeloupe Marin 34 ans
Pau Louis Saintes Cuisinier 29 ans
Raphael Jura Guadeloupe Maçon 40 ans
Jean Manin Guadeloupe   34 ans
Frédéric Monier Guadeloupe Tailleur 32 ans
Jean-Pierre Guadeloupe Marin  
Charles Datis Haïti   27 ans
Charles Tetu Port-au-Prince Tailleur 35 ans
Jean-Louis Côte de Guinée Décrotteur  
Louis Etienne Benjamin   Boucher 48 ans
Jean-Baptiste Pierre Haïti Marin 23 ans
Louis Tarin Ile Maurice Perruquier 34 ans
       

  1. Jacques Hantraye, « Les prises d’armes de 1814-1815, signe et facteur de la politisation des ruraux », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 118-4 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 05 novembre 2020.  []
  2. Les bataillons coloniaux, créés en 1803 par Napoléon, ont mené des missions dans les colonies pour les défendre contre les Anglais mais aussi en Europe []
  3. Le dossier du jugement peut être consulté aux Archives Départementales de Gironde, 2 U 850 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search