Casimir Fidèle : un chef noir à Bordeaux à la fin du XVIIIe siècle

Chose promise, chose dûe : je prends enfin le temps de vous écrire un article consacré à l’un des hôteliers les plus célèbres de Bordeaux à la veille de la Révolution. Et pour cause : aujourd’hui on va parler de Casimir Fidèle, un pâtissier et entrepreneur d’origine africaine. Je vous emmène aujourd’hui découvrir son parcours et son commerce, tous deux exceptionnels !

Casimir Fidèle donc, c’est un peu le fantôme de mon corpus : dans le monde de l’hôtellerie, tout le monde en parle mais personne ne s’attarde jamais sur ses origines, raison pour laquelle son parcours de vie est resté complètement inaperçu jusque ici. Si je ne me suis donc intéressée à son cas, c’est qu’une petite phrase de Caligiostro m’a mise sur cette piste : alors qu’il réside à Bordeaux, il indique dans une de ses lettres que l’hôtel de l’Empereur « est tenu par un nègre nommé Fidèle ».Cette indication a été à l’origine d’une série de découvertes en cascade. Son acte de baptême tout d’abord, qui confirme sa nationalité africaine et, on s’en doute, son ancien statut d’esclave. Cette archive est très précieuse : elle nous donne une région de naissance (Côte de Guinée), une date de naissance (1748) et une date d’arrivée en France (1756). On connaît également le nom de son premier propriétaire : le sieur Mary, capitaine de navire. Toutes ces informations nous permettent ainsi d’identifier l’opération de traite négrière à l’origine de la déportation du jeune enfant1, renommé Casimir à l’occasion de son baptême à Nantes. Il est mis en esclavage en Sierra Leone par le capitaine Anastase Guézille et quitte le continent africain le 11 janvier 1755 à bord du Furet pour Saint-Domingue. Il est finalement ramené en métropole et vendu au capitaine Mary : la connexion entre les deux capitaines est en fait rendue possible grâce à l’armateur Epivent de la Villeboisnet qui a financé plusieurs opérations de traite négrière et a embauché successivement les deux hommes pour les diriger. Jusqu’ici, rien d’exceptionnel : le parcours du jeune Casimir est exactement semblable à celui de milliers d’esclaves, amenés en métropole de force pour servir comme domestique.

Acte de baptême de Casimir Fidèle à Nantes, le 17 avril 1756. A retrouver en détail sur le site des Archives Municipales de Nantes.

Là où sa vie prend un tour différent, c’est que Casimir Fidèle est envoyé à Paris pour se former comme pâtissier. Mieux : il est placé chez la crème de la crème des pâtissiers parisiens, c’est à dire la communauté d’artisans des maîtres traiteurs-pâtissiers-rôtisseurs, qui sont encadrés et reconnus par le pouvoir royal. A ce jour, c’est un cas unique : les seuls apprentis de couleur que l’on connaissent placés chez des artisans reconnus sont tous libres, jamais esclaves. Casimir Fidèle bénéficie donc là d’un régime de faveur pour l’époque, sans doute à mettre sur le compte des relations de ses maîtres.

Les archives de cette corporation, comme de nombreuses corporations parisiennes, ont brûlé mais l’on peut se faire une idée de l’apprentissage du jeune Casimir grâce aux statuts de la communauté. Les pâtissiers sont habilités à réaliser toutes sortes de plats à base de pâte : il s’agit aussi bien de tourtes salés que de pâtisseries à proprement parler comme les gaufres ou les gâteaux de noces. Les rôtisseurs sont spécialisés dans la cuisson de la viande ; les traiteurs enfin sont les ancêtres des restaurateurs en recevant les clients dans leur domicile. Par cette seule description, on a déjà une bonne idée de l’éventail de compétences acquises par Casimir Fidèle lors de son apprentissage : pour obtenir sa maîtrise, il a du présenter en deux jours 5 plats salés et plusieurs centaines de gaufres (un air de Top Chef avant l’heure). Il n’y a donc pas à douter que Casimir Fidèle s’est formé au coeur des grandes cuisines parisiennes, dans une ambiance frénétique très bien illustrée dans l’Encylopédie.

Atelier du pâtissier, dans l’Encyclopédie à retrouver sur Gallica
Les outils du quotidien pour Fidèle : fers et moules pour la confection des gateaux. Planche de l’Encyclopédie à retrouver sur Gallica

En raison de la similarité de ces métiers, qui manient les mêmes aliments et proposent tous de la vente au détail de plats préparés, ces trois corps de métier sont rassemblés en une seule communauté à partir de 1776. C’est donc comme maître traiteur-pâtissier-rôtisseur que Casimir Fidèle est dûment enregistré à Paris en 1779, statut qu’il fait ensuite confirmer à Bordeaux. Cette formation lui permet en outre d’apprendre à lire, écrire et compter, savoirs indispensables pour tenir un commerce : on sait en en effet que Casimir Fidèle est alphabétisé, fait rare pour les esclaves à l’époque.

Un vendeur ambulant de pâtés et pâtisseries en Guadeloupe : nous n’avons pas conservé de portrait de Casimir Fidèle mais cette image donne une idée de ce à quoi il pouvait ressembler aux yeux des contemporains ! A retrouver en détail sur Manioc.

Il est affranchi au terme de cet apprentissage : lorsqu’on retrouve sa trace en 1777, vingt ans après son arrivée à Nantes, il est désormais libre et officie comme cuisinier chez la famille Soissons, à Bordeaux. Sa formation parisienne va cependant jouer un rôle crucial dans sa carrière bordelaise : très vite, il est connu non pas comme « Casimir Fidèle, nègre » comme c’est souvent le cas à l’époque mais bien comme « le sieur Fidèle, traiteur de Paris ». Le terme de sieur est d’ailleurs hautement révélateur : aux colonies, il est en théorie interdit de l’utiliser pour désigner des libres de couleur. Si cette règle tient moins en métropole, son emploi montre cependant la réputation acquise par Casimir Fidèle. Ce qui compte, aux yeux de ses contemporains, c’est bien sa formation et ses qualités de cuisinier, avant ses origines. En plus de son apprentissage parisien qui l’a mis au contact d’une cuisine française raffinée, sa formation de pâtissier lui a permis d’apprendre à accommoder les nouveaux produits venus des colonies, de plus en plus recherchés par les élites pour leur consommation : savoir cuisiner le sucre, le café, le chocolat … sont ainsi de véritables atouts. Casimir Fidèle se fait donc le représentant de cette cuisine moderne à Bordeaux et devient sans doute une figure symbolique en incarnant cette influence des produits coloniaux.

Un représentant d’autant plus visible qu’en 1779, à l’âge de 31 ans, il devient le nouveau cuisinier en charge de l’hôtel de l’Empereur, sur le cours de Tourny (actuelles avenue Georges-Clémenceau). Cet hôtel fait partie des plus beaux de Bordeaux : il tire son nom de son plus fameux client, l’empereur Joseph II d’Autriche qui y réside en 1777 lors de son tour d’Europe. On s’en doute donc, cet hôtel a donc un certain standing, que maintient Casimir Fidèle. Concrètement, comme il l’indique dans la première publicité qu’il passe dans les journaux bordelais, son hôtel propose :

« Des appartements garnis, écuries et remises »

Avis et annonces de Bordeaux, 4 mai 1780. L’annonce d’origine est à retrouver ici.

Et puisque une image vaut mieux que mille mots, voilà à quoi ressemble cet hôtel : la façade extérieure est contractuelle et j’ai choisi pour illustrer l’intérieur quelques images tirées de Gallica reprenant des aménagements décrits dans les archives de Fidèle.

L’hôtel de l’Empereur tel qu’il est conservé aujourd’hui, vu de l’extérieur (13-15 avenue Georges Clémenceau, Bordeaux)
Hôtel avec cheminées et trumeaux : des aménagements que l’on retrouve dans l’hôtel de l’Empereur. A voir plus en détail sur Gallica.

Et les affaires marchent très bien ! L’hôtel est couru par les élites : le colon réunionnais Panon-Desbassyens témoigne ainsi dans son journal intime qu’il ne parvient pas à s’y loger lors de son voyage à Bordeaux en 1785 car l’hôtel est complet. Casimir Fidèle réalise plusieurs milliers de livres de chiffre d’affaires par an : ces sommes lui permettent notamment de se porter acquéreur de plusieurs propriétés, ainsi que de faire des dons en argent à ses proches. Il serait trop long de tout détailler mais pour vous donner un ordre d’idée : j’ai plus d’archives notariales concernant Casimir Fidèle que pour l’ensemble des autres libres de couleur de Bordeaux qui me sont connus pour l’instant ! Il achète entre autres une maison à Marie-Louise Charles, à laquelle j’ai par ailleurs déjà consacré un article.

Maison rachetée par Casimir Fidèle à Marie-Louise Charles en 1787, au 21 rue Albert de Mun

Cet achat auprès de Marie-Louise Charles est son seul lien connu avec la communauté noire bordelaise. Tout son quotidien est en fait tourné vers l’entretien de son réseau blanc : outre les liens noués avec les aristocrates qui fréquentent son hôtel, il a également une famille puisqu’il se marie en 1778 avec une veuve originaire du Limousin dont il aura un fils, Jean-Baptiste. Cette cellule familiale est solide : il est notamment proche de sa belle-mère qui l’aide dans son commerce en lui faisant des avances sur l’héritage de sa fille, estimé à 10.000 livres environ.

Acte de mariage entre Casimir Fidèle et Ursule Lachèze, 15 mars 1778

Son commerce ne semble pas connaître de difficultés notables, jusqu’à la Révolution : son hôtel est alors victime d’un incendie en 1789 et il doit sûrement faire face à des difficultés financières en raison de la fuite de nombreux nobles. Cela pourrait expliquer la vente d’une partie de ses possessions durant la décennie 1790. Casimir Fidèle reste en tout cas à la tête de l’établissement de 1779 jusqu’à sa mort, en 1796. Il se trouve alors à Paris : son retour dans cette ville est sans doute lié aux débats politiques qui animent alors les libres de couleur lors de la Révolution et auxquels Casimir Fidèle a pu vouloir participer.

Comptes rédigés suite à l’incendie de l’hôtel de l’Empereur, Archives Municipales de Bordeaux

Si Casimir Fidèle est un cas exceptionnel, ce n’est pas le seul en France : vous trouverez sur cette carte une liste de tous les commerces de bouche tenus par des personnes de couleur en France, d’après le recensement de 1807, entre autres. Cliquez sur l’image pour tous les découvrir !

Pour ceux qui souhaiteraient creuser le sujet, un article va paraître dans quelques mois, qui reprend une des mes récentes interventions en colloque. Outre Casimir Fidèle, j’y évoque Laurent Tarquin et Louis Saint-Silvestre en analysant les ressemblances et différences dans leur parcours de vie, avec moult références archivistiques et bibliographiques.

  1. grâce à la base Slave Voyages : le recoupement des informations nous permettent d’identifier cette opération de traite négrière comme le n° 30674 dans la base. Toutes les informations sur le voyage peuvent être retrouvées sur cette base []

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Xavier Desforges dit :

    I am Xavier Raymond Albert Desforges, and a direct descendant of Casimir Fidèle. This article is amazing.

  2. Farrugia dit :

    Passionnant
    La vie par bien des aspects n’est qu’un eternel recommencement heureusement réinvente à chaque génération
    Merci bcp pour ce partage

    Jean Patrick farrugia

  3. Nocandy dit :

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour ce voyage à travers l’histoire. Je l’ ai trouvé très inspirant et positif. Continuez! J’ ai été éditeur pendant 7 ans… Et je trouve que vous devriez écrire des petits livres d’ une centaine de pages pour faire connaître ces histoires et inspirer d’ autres génération. Je veux bien vous accompagner sur un projet comme celui.
    Tout de bon!
    Jean-Claude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search