Black Scotland

Ce carnet de thèse, vous le savez, est l’occasion pour moi d’explorer de nouvelles pistes de recherches : vous l’aurez remarqué, ces derniers mois je me suis éloignée de plus en plus du cadre bordelais pour m’intéresser à des expériences françaises et européennes. Ces excursions sont en effet l’occasion de découvrir de nouveaux parcours et, plus prosaïquement, d’enrichir ma bibliographie sur le sujet. Pour cette fin d’année, j’avais plus particulièrement envie de m’intéresser aux cas anglais et écossais : par facilité d’abord (rapport que je maîtrise la langue des universitaires s’intéressant à ce sujet), par intérêt académique (car ces territoires offrent de nombreuses similarités avec la France) et, je dois l’avouer, surtout par intérêt personnel. Pour bien faire les choses, j’ai décidé de commencer par l’Ecosse, pays avec lequel j’entretiens une relation toute particulière pour y avoir vécu quelques mois et pour avoir envie, depuis, de venir m’y installer. Bref, mon pays de coeur méritait bien que je lui consacre un article entier !

Des Africains en Ecosse : une arrivée précoce

Un pays pas si éloigné que ça de mon sujet de thèse puisque, de fait, les Africains et Afro-descendants ont été très tôt présents en Ecosse : dès le 16e siècle, on recense plusieurs domestiques noirs qui suivent la cour de James IV au château d’Edimbourg, d’Hollyrood et de Linlithgow. En 1504, deux femmes noires, Margaret et Elene, débarquent ainsi dans la capitale écossaise pour être dames de compagnie auprès de la fille illégitime du roi, Margaret Stewart, puis de Margaret Tudor, sa future épouse (ça fait beaucoup de Margaret, je sais). Le roi James IV garde également auprès de lui un homme africain, Petir le Maure1. La vie de ces domestiques noirs nous est connue grâce à la comptabilité royale qui liste leurs salaires ainsi que les dons, surtout vestimentaires, dont ils ont pu bénéficier. L’une des domestiques noires de Margaret Stewart a également fait l’objet d’un poème écrit par le célèbre William Dunbar à l’occasion d’un tournoi en 1508 : « Of Ane Blak-Moir » (littéralement, « A propos d’une Maure noire ») : s’il est loin d’être exempt de clichés racistes et réduit déjà le corps de la femme à un objet de fascination et d’érotisme, cet écrit est également la première trace littéraire conservée attestant de la présence précoce de femmes noires sur le sol écossais2.

John Blanke, trompettiste à la cour d’Henri VIII, illustre parfaitement l’existence de domestiques noirs dans les cours anglaises dès le XVIe siècle (détail du Westminster Tournament Roll)

Leur existence à la cour semble avoir été plutôt confortable et assez éloignée de la condition à laquelle seront par la suite soumis les esclaves africains : les vêtements qu’ils reçoivent sont de bonne facture et certains d’entre eux parviennent à fonder une famille sur le sol écossais. Leur mode d’entrée en Ecosse peut permettre d’éclairer cette situation assez exceptionnelle : au début du 16e siècle, la région n’est pas encore impliquée dans la traite négrière à grande échelle, qui repose encore essentiellement dans les mains des Portugais. Dès lors, deux explications peuvent être retenues pour comprendre leur arrivée en Ecosse : la possibilité la plus probable ait qu’ils aient été récupérés suite à la capture d’un navire portugais par les frères corsaires Barton. Margaret Tudor a également pu jouer un rôle d’intermédaire : elle arrive en effet en Ecosse en 1503 après avoir vécu au côté des domestiques noirs de sa belle-soeur Catherine d’Aragon, elle-même arrivée à la cour d’Angleterre en 1501. Ces domestiques noirs sont donc arrivés en Ecosse avec le statut d’esclave, statut qui aurait ensuite évolué vers une liberté de fait. Il ne faudrait cependant pas croire que la présence africaine ait été limitée aux palais écossais : les archives font par exemple également état d’un tambour Maure effectuant des tournées en Ecosse entre 1504 et 1506, en compagnie de quatre musiciens italiens.

Une région enrichie grâce au système esclavagiste

Comme dans le reste de l’Europe, la présence d’Africains et d’Afro-descendants en Ecosse, limitée à quelques individus au 16e siècle, est accentuée dans les siècles suivants par le développement de la traite négrière et l’économie de plantation, deux systèmes auxquels participent pleinement le pays malgré son relatif éloignement géographique. L’implication de l’Ecosse dans l’économie de traite est aujourd’hui bien connue des historiens qui se sont livrés à un travail de grande ampleur afin de mieux appréhender ce phénomène. Sa participation au commerce négrier est ainsi parfaitement visible sur la base de données Slave Voyages (qui est au passage un outil précieux pour tous les étudiants, enseignants etc …) : jusqu’en 1765, on recense ainsi près de 23 expéditions, majoritairement au départ de Glasgow et de son port Greenock, qui sont à l’origine de la déportation de 4.800 personnes. Ce chiffre est en fait à revoir à la hausse car les années postérieures à 1765, qui ont été les plus actives pour la traite européenne, n’ont pas encore été dépouillées pour cette région.

Au-delà de ces chiffres désincarnés, les institutions publiques écossaises gardent aujourd’hui la trace de plusieurs familles impliquées dans ce commerce, notamment dans les nombreux fonds d’archives privées. Les papiers de la famille Hamilton, conservés aux Archives Nationales d’Ecosse, conservent ainsi une liste des endroits où « faire la traite » en Afrique ; on retrouve également de telles mentions à la Bibliothèque Nationale d’Ecosse avec la correspondance du capitaine négrier écossais Richard Holden.

L’implication de l’Ecosse dans le commerce négrier se poursuit jusque dans le Nouveau Monde : les Ecossais possèdent ainsi près de 30 % des plantations esclavagistes en Jamaïque, des traces aujourd’hui conservées jusque dans les noms de rues ou les noms des Afro-descendants3. Les voyageurs contemporains avaient déjà conscience de cette réalité, comme Lady Nugent qui voyage en Jamaïque en 1801 :

“Almost all the agents, attornies, merchants and shopkeepers, are of that country [Scotland] and really do deserve to thrive in this, they are so industrious.”

Cette histoire est d’ailleurs bien documentée dans les fonds privés écossais : une rapide recherche dans le catalogue des archives permet ainsi de découvrir les papiers de la famille Urquhart dans l’Aberdeenshire ou encore ceux de la famille Stewart à Ardvorlich qui possédaient toutes deux un pied dans le Nouveau Monde grâce à leurs plantations en Jamaïque. Vous pouvez retrouver la majorité de ces propriétaires sur le site Legacies of Bristish ownership qui recense près de 400 familles écossaises.

Cette double implication de la région dans la traite négrière et l’économie de plantation est fondamentale pour l’histoire économique de l’Ecosse puisqu’elle permet à ce pays de passer de l’une des économies les plus pauvres d’Europe à l’une des plus prospères. Toute la région est ainsi durablement transformée : à Edimbourg, le nouveau quartier de « New Town », conçu par les élites urbaines, est en grande partie construit grâce aux profits engendrés par le système esclavagiste comme l’observe le professeur Geoff Palmer.

Des esclaves en Ecosse au XVIIIe siècle

La deuxième conséquence de cette implication est (et vous l’aurez deviné si vous êtes des lecteurs réguliers de ce blog) l’arrivée d’Afro-descendants sur le territoire écossais, parmi lesquels les esclaves sont les plus nombreux. A défaut d’avoir pu trouvé une monographie consacrée à ce sujet, je vous livre donc ici les quelques parcours de vie que j’ai pu glaner au fil de mes recherches. Ces derniers ne représentent bien sûr que la partie immergée de l’iceberg et plusieurs centaines de noms ont déjà été repérés dans les archives.

Scipio Kennedy fait partie des premiers esclaves écossais pour lesquels nous disposons d’informations précises : né en Afrique, il arrive en Ecosse en 1702 à l’âge de 8 ans et entre au service de la famille Kennedy, établie à Culzean Castle. Il y reste vingt ans avant d’être affranchi en 1725 mais comme souvent, cet affranchissement n’est que de façade : si Scipio est libre de ses mouvements, il ne dispose en fait pas des ressources suffisantes pour être pleinement autonome et il fait donc le choix de travailler encore vingt ans pour les Kennedy, pour un salaire bas. Cet affranchissement lui permet toutefois de se marier et de fonder une famille puis d’augmenter progressivement ses revenus. Il finira par mourir en 1774, âgé de 80 ans, habitant toujours sur les terres du château de Culzean mais dans sa propre maison4.

Culzean Castle, où vécut Scipio la majeure partie de sa vie

L’histoire de Scipio est représentative du parcours de vie de nombreux domestiques noirs en Europe : sa naissance en Afrique puis sa déportation, ses relations complexes avec les Kennedy qui continuent à le contrôler même après son affranchissement, sa progressive autonomie aidé par son mariage … sont tout autant de traits caractéristiques que j’ai par exemple retrouvé à Bordeaux. Comme Scipio, d’autres esclaves noirs ont servi de domestiques en Ecosse, à Paxton House ou encore à Inveresk Lodge5. Ces domestiques esclaves vont d’ailleurs se nicher jusque dans les événements les plus marquants de l’histoire écossaise et un page noir a ainsi été repéré sur une tapisserie commémorant la bataille de Culloden !

L’Ecosse commence également à connaître de mieux en mieux l’histoire des Africains et Afro-descendants qui ont très tôt décidé de se rebeller. Le cas le plus connu est sans conteste celui de Joseph Knight Dundee. Né en Afrique puis esclave en Jamaïque, il arrive en Ecosse âgé de quinze ans. Baptisé, alphabétisé, il noue a priori des liens privilégiés avec son maître qui lui promet de l’affranchir en Jamaïque . La perspective de cet affranchissement reste cependant lointaine et Joseph décide de réclamer des gages à son maître, ce qui lui est refusé. Il est alors arrêté et conduit devant la justice … Procès qu’il finit en fait par gagner car l’esclavage n’est pas officiellement reconnu par la loi écossaise6 ! Cette révolte a également été portée par des acteurs plus anonymes : le projet Runaway Slaves in Britain, qui répertorie toutes les fuites d’esclaves au Royaume-Uni, recense ainsi au moins 67 fuites en Ecosse entre 1725 et 1770 ! Cette recherche, passionnante, a également le mérite de dessiner en creux d’autres réalités : celle du nombre de personnes détenues comme esclaves dans la région et qui n’ont pas pu s’enfuir ainsi qu’une géographie des propriétaires d’esclaves, notamment à Edimbourg et à Glasgow.

Un exemple d’avis de recherche pour l’esclave Samuel, qui s’est enfui de près de la ville d’Arbroath, dans l’Angus (23 juillet 1760 dans l’Edinburgh Evening Courant)

Une élite métissée en Ecosse

Comme dans toute société en lien avec les colonies, ces mouvements de population amènent également à l’émergence d’une élite écossaise métisse, bien souvent née d’un père écossais et d’une mère créole. Ces enfants métis, lorsqu’ils sont libres, se voient bien souvent dotés d’une pension afin d’améliorer leur existant : Campbell, la fille d’une créole jamaïcaine et d’un colon écossais, hérite ainsi de 1.000 livres à la mort de son père alors qu’elle est âgée de 17 ans, un héritage qu’elle devra ensuite défendre.

Au-delà du don d’argent, le réflexe de bon nombres de pères écossais est d’envoyer leurs enfants métis sur le Vieux Continent afin de parfaire leur éducation : plusieurs collèges écossais accueillent donc des étudiants noirs en Ecosse à la fin du 18e siècle et au début du 19e siècle. Là encore, une rapide recherche dans les catalogues des archives nous montre à quel point ce phénomène était courant : Allan Williams, fils illégitime de MacPherson adresse ainsi plusieurs lettres à son père entre 1823 et 1824 depuis le collège de Dupplin, près de Dundee. Cet envoi en Ecosse n’est pas réservé qu’aux descendants mâles : sir John Lindsay envoie ainsi au Royaume-Uni ses filles issues de relations sexuelles avec plusieurs femmes esclaves et libres de couleur. La plus connue d’entre elles, Dido Belle, est élevée en Angleterre mais sa soeur, Elizabeth Palmer, revient quant à elle s’établir dans la région paternelle et s’établit à Edimbourg. De très nombreux Ecossais à la double culture et nationalité naviguent donc dans les sphères bourgeoises voir nobiliaires de la bonne société.

Dido Belle Lindsay, fille de Belle, esclave, et de John Lindsay, militaire écossais (tableau attribué à David Martin, vers 1776)

Dès lors, il n’est pas étonnant de voir que l’Ecosse continue d’être un foyer d’attraction pour les minorités noires libres au 19e siècle : Frédérick Douglass fait ainsi deux tournées dans la région, en 1846 et en 1860, pour défendre l’abolition de l’esclavage. Quant à Darwin, il apprendra l’art de la taxidermie auprès de John Edmonstone, un affranchi installé à Edinburgh …

Je conclurai ici cet article : à défaut d’avoir pu accéder à toute la bibliographie anglophone sur ce sujet, j’ai surtout voulu proposer une première synthèse en français sur la question, avec des renvois vers des recherches plus approfondies et des pistes d’archives à explorer. Je voulais aussi montrer que, comme d’habitude, l’histoire atlantique touche toutes les régions européennes. J’ai en tout cas était frappée, à titre personnel, par la prégnance des Afro-descendants en Ecosse : leur présence est un vrai phénomène de société qui ne s’arrête pas aux grands centres urbains mais est au contraire également très rapidement ancré dans la ruralité. Pour ceux qui voudrait aller plus loin, je vous laisse une carte des points d’intérêt mentionnés et je vous renvoie vers le Black History Walking Tour, organisé par la Edinburgh Carribean Association !

  1. Onyeka Nubia, « Africans in England and Scotland, 1485 – 1625 », in Oxford Dictionary of National Biography, 2019 []
  2. Sue Niebzrydowski, The sultana and her sisters : Black Women in the British Isles before 1530, in Women Historic Review 2006 []
  3. David Dobson, Scots in Jamaica, 1655-1855 []
  4. Pour ceux qui voudraient plus de détails sur son histoire, National Trust of Scotland a publié une série de 8 articles sur Scipio, dont le premier épisode est à retrouver ici : https://www.nts.org.uk/stories/exploring-culzean-castle-the-life-of-scipio-kennedy-part-1 . Au delà du cas personnel, c’est surtout un excellent travail de contextualisation, tout en nuances []
  5. Billy Kae, « It Wisnae Us », Scotland’s Black History BBC []
  6. Joseph Knight Dundee, in Oxford Dictionary of National Biographies []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search