De William Hogarth au petit écran : représenter le Londres noir

A la surprise de personne, vous apprendrez que je suis une grande – grande – consommatrice de séries historiques, sujet pour lequel je peux me montrer intraitable. Récemment, j’ai découvert la série britannique Harlots qui, comme bon nombre de séries historiques anglaises, se défend bien : j’avais été attirée par son synopsis de départ (une plongée dans le Londres prostitutionnel des années 1760) et son actrice principale, Jessica Findlay (souvenez-vous, c’est Sibille dans Downtown Abbey) mais si je vous en parle aujourd’hui, c’est pour sa représentation des minorités noires londoniennes. Très vite, j’ai en effet été frappée par la variété des personnages Afro-descendants, qui recoupait une bonne part de mes lectures. Aujourd’hui donc, je vous propose de partir à la découverte des minorités noires de Londres, au prisme de la série Harlots !

Les créatrices de la série, Alison Newman et Moira Buffini, se sont visiblement bien renseignées sur le sujet : dès le générique, leur univers visuel se réclame en effet de l’artiste William Hogarth (une de ses séries d’estampes, Harlots, inspire d’ailleurs le nom de la série).

Si son nom est inconnu en France, sa renommée est beaucoup plus grande dans son pays d’origine : il s’impose en effet au XVIIIe siècle comme le dessinateur des couches populaires. Ses gravures s’attachent à décrire le petit-peuple londonien dans des mises en scène plus ou moins exagérées mais dans lesquelles il s’efforce toujours de représenter la diversité des groupes sociaux les plus pauvres. De manière très récurrente, il s’attache ainsi à figurer des minorités noires qui sont alors une composante essentielle de la société londonienne1. Et pour cause ! A défaut de disposer de chiffres exacts, les historiens anglais s’accordent ainsi pour dire que plusieurs dizaines de milliers d’Afro-descendants vivaient à Londres à la fin du XVIIIe siècle, dont environ 20.000 domestiques ce qui représentait un peu moins de 5 % de sa population totale2.

Cette population noire connaît bien sûr une très grande variété de sorts et de destins. La série Harlots, en raison de son sujet central qu’est le monde de la prostitution, se concentre sur ses composantes plus populaires : ces dernières constituent de toute manière la majorité de la population Afro-descendante à Londres. En effet, mis à part les élites créoles, la majorité des minorités noires de la capitale sont soit esclaves, soit libres et réduites à l’exercice de métiers assez dépréciés comme la domesticité, la prostitution, la marine, voire la mendicité. Depuis 1731, les minorités noires de Londres sont en effet sous le coup d’une interdiction qui les empêche d’apprendre un métier et donc d’accéder à l’artisanat3. Emerge ainsi au cours du 18e siècle toute une communauté de “Black poor” qui constitue, à mon sens, un des personnages principaux de la série Harlots : cette communauté est identifiée dès l’époque par les autorités administratives qui essaient à partir des années 1780 de trouver des solutions pour contrôler cette population4.

La série s’efforce de représenter cette masse travailleuse pauvre et pour ce faire, fait un choix scénaristique : les esclaves, qui constituent pourtant la majorité de la population noire londonienne, sont relégués au second plan, dans des rôles de figuration. Les vrais héros noirs de la série sont libres car ils possèdent, supposément, une plus grande capacité d’action, ce qui permet donc d’envisager des nombreux ressorts scénaristiques. Cette précision importante mis à part, la série Harlots dresse de manière assez juste le portrait des “Black Poor” de Londres : à travers les différents métiers exercés par les protagonistes s’égrènent autant de possibilité de survie pour les Noirs libres de la capitale.

La prostitution, qui constitue le thème central de la série, est du même coup le métier le plus fréquemment endossé par les Afro-descendants de la série Harlots même si cette profession ne représentait qu’une fraction de leurs fonctions. L’un des personnages les plus emblématiques de la série, Harriett Lennox, est directement inspirée de la figure de “Black Harriott“, seule mère maquerelle noire de Londres identifiée par les historiens. Cette figure historique permet de construit l’arc narratif de son alter-ego fictif : Harriett débute la série comme la concubine d’un colon, avec le statut d’esclave, puis acquiert sa liberté en gravissant progressivement les échelons des maisons closes londoniennes. Cette réussite, attestée par les archives, ne doit cependant pas faire oublier que la majorité des prostituées noires de Londres vivaient dans une situation beaucoup plus précaire, une réalité que s’efforce de reproduire la série en mettant en scène de nombreuses prostituées noires parmi les personnages secondaires ou les figurants à l’instar de Violett Cross ou Limehouse Nell. Là encore, cette représentation à l’écran rejoint un des grands thèmes de prédilection de William Hogarth qui a fait de nombreux dessins de prostituées londoniennes, parmi lesquelles des travailleuses du sexe noire. Ces personnages ont aussi été enrichies de recherches en archives : le personnage de Violett Cross, prostituée et voleuse, s’inspire ainsi du parcours d’Ann Duck, une métisse condamnée à la pendaison dans les années 1740 pour violence.

La prostitution n’est pas qu’une affaire de femme dans la série Harlots avec le personnage de William North, compagnon d’une mère maquerelle. Faisant office de protecteur de la maison close, son personnage est surtout l’occasion d’évoquer une autre réalité sociale des Noirs londoniens : contrairement à la majorité des autres personnages Afro-descendants de la série originaires des colonies, William North, fils d’esclave, est un londonien depuis sa naissance. La série rappelle ainsi à travers son personnage l’existence d’une population noire native à Londres ou dans les ports anglais, dont le poids démographique va croissant au cours du XVIIIe siècle. Sa relation avec Margaret Wells permet également d’évoquer la réalité des unions mixtes, des enfants métis et des familles recomposées en Angleterre à l’époque moderne5. J’ai d’ailleurs trouvé un écho direct entre le personnage de William North et la figure historique de Casimir Fidèle à Bordeaux : tous deux sont mariés à une femme blanche veuve dont ils ont un enfant, tout en ayant une relation étroite avec les enfants issus du premier lit. Une fois encore, l’inspiration des scénaristiques est à chercher directement dans les archives : la figure de William North fait ainsi écho à un personnage de William Hogarth mais aussi à certains parcours de “self-made man” comme celui de Georges Scipio Africanus qui finit, après avoir été esclave, finit sa vie en tenant une entreprise de location et de prêt d’argent6.

La série ne s’arrête pas au milieu de la prostitution et n’hésite pas à brosser le portrait d’autres catégories professionnelles. Plusieurs soldats démobilisés croisent ainsi le chemin des protagonistes : la série, dont l’action se tient rappelons-le durant les années 1770, semble ici anticiper le retour des soldats loyalistes Noirs en Angleterre suite à la fin de la guerre d’Amérique, un phénomène qui se développe donc qu’après 1783. Ce parti pris a cependant le mérite d’intégrer cette soldatesque Afro-descendante au tableau des Black Poor londoniens. C’est le personnage de Noah Webster qui endosse ce rôle : sorti de l’armée, il tisse des liens avec le monde de la boxe. Là encore, les scénaristes se sont appuyées sur des références attestées dans les archives : Noah Webster fait ainsi très clairement écho à Bill Richmond, qui, après avoir participé à la guerre d’Indépendance américaine, entame une carrière de boxeur professionnel à Londres au début du XIXe siècle7. La thématique de l’ascension sociale par le sport, en l’occurrence la boxe, devient encore plus centrale en saison 3 avec l’apparition de nouveaux personnages de boxeurs : ce parti pris permet ainsi de rappeler l’importance de ce sport de combat dans l’histoire des populations Afro-descendantes.

Enfin, la série n’oublie pas d’évoquer le fait qu’être Noir à Londres au XVIIIe siècle, c’était aussi, marginalement, ne pas appartenir aux “Black Poor”. Noah Webster se fait ainsi passer pour un riche commerçant au cours d’une scène de la saison 2 : son déguisement n’est pas éventé et ne suscite pas trop d’étonnement. Encore une fois, les scénaristes semblent avoir bien travaillé le dossier : de fait, on observe souvent que les fortunes individuelles permettaient aux Afro-descendants de s’affranchir d’un certain nombre de préjugés raciaux en Europe. Le cas d’Ignatius Sancho est ainsi resté célèbre : après avoir été affranchi, il tient un épicerie à Londres qui devient très vite le point de repère de nombreux artistes, Sancho étant lui-même poète, dramaturge et musicien.

En conclusion, j’ai été très agréablement surprise dans Harlots par le traitement des minorités noires. Le fait de piocher des éléments dans les archives courant de 1730 à 1830 pour reconstituer le Londres des années 1770 est très loin d’être gênant : ce siècle est ainsi souvent retenu par les historiens pour faire de l’histoire coloniale ou atlantique en raison de sa cohérence. Par ailleurs, les scénaristes ont fait l’effort notable d’aller se renseigner directement à la source pour construire leurs personnages noirs, une matière archivistique qui leur permet d’avoir des protagonistes forts et variés, très loin de la caricature. Harlots est ainsi pour moi l’exemple parfait qu’il est possible d’inclure de la “diversité” dans les séries historiques : faire cela n’est pas tordre la réalité et bien souvent, cette dernière dépasse d’ailleurs la fiction ! J’attends désormais de pied ferme des fictions historiques françaises de la même qualité ; et pour la saison 4, je serai intéressée pour voir aussi des parcours d’esclaves urbains : ces derniers ont mis en place de nombreux mécanismes de survie qu’il serait intéressant d’explorer.

  1. voir David Dadybeen, Hogart’s Blacks : images of Blacks in 18th century Art, Manchester University Press, 1987 et Sara D. Schotland “Africans as Objects : Hogart’s Complex Portrayal of Exploitation” in Journal of African American Studies, 2009 []
  2. Kathleen Chater, Untold History : Black People in England and Wales during the period of the British Slave Trade, c.1660 – 1807, New York, Routeledge, 2007 []
  3. Thomas L Blair, The Shaping of Black London to the 21st Century []
  4. Stephen Braidwood, Black Poor and White Philantropists : London Black’s and the Fondation of Sierra Leone settlement, 1786 – 1791 []
  5. Daniel Livesay, Children of Uncertain Fortune : Mixed-Race Jamaicans in Britain and the Atlantic Family, 1733 – 1833, University of North Carolina Press, 2019 []
  6. Kathleen Chater, article “Georges Scipio Africanus”, Oxford Dictionary of National Biography []
  7. Vincent Carreta, article “Bill Richmond”, Oxford Dictionary of National Biography []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.