Isaac et Placide Louverture : un conflit familial porté sur la place publique

Il y a deux semaines, nous avions laissé les deux frères Louvertures à leurs occupations respectives : tandis que Placide, bourgeois d’Astaffort, se mêle à l’élite rurale, Isaac entreprend depuis Bordeaux de redorer le blason de son père et entretient ses contacts avec Haïti. La distance n’empêche cependant pas les deux frères de continuer à se déchirer et leurs différences éclatent au grand jour à partir de 1821 : c’est en effet à compter de cette date qu’Isaac décide de contester à son demi-frère le patronyme de Louverture, que ce dernier a fait inscrire dans son acte de mariage la même année.

Signature d’Isaac Louverture

Les tenants et les aboutissants de ce conflit, ainsi que les arguments des deux partis, nous sont surtout connus grâce à deux sources : la correspondance personnelle d’Isaac tout d’abord et, dans un deuxième temps, par la lutte que continuent de mener les descendants des deux frères. En effet, presque soixante ans après la résolution de l’affaire, en 1893, Rose Louverture, fille de Placide et M. Gragnon-Lacoste, exécuteur testamentaire d’Isaac, tiennent chacun une tribune dans le journal parisien La Fraternité afin de défendre les droits respectifs des deux frères. Cette source est particulièrement précieuse pour nous faire comprendre la position du clan Placide Louverture, qui a laissé nettement moins d’écrits de son vivant.

Isaac est le premier à peaufiner ses arguments, qu’il développe dans une lettre à sa femme écrite en 1822 et rendue publique par Gragnon-Lacoste en 1893. Son premier argument, et celui qu’il n’aura de cesse de répéter, est de contester l’adoption de Placide par Toussaint Louverture. Il reproche également à son frère d’avoir fait de la diffamation sur le nom des Louverture, notamment en critiquant leur mère. Enfin, une dernière considération, plus insidieuse, peut également expliquer l’hostilité d’Isaac envers Placide : en 1893, Gragnon-Lacoste reproche ainsi à Placide sa couleur de peau, jugé trop claire pour se proclamer fils de Toussaint Louverture, ainsi que son mariage avec une femme blanche1.

Tribune de Gragnon-Lacoste au nom d’Isaac Louverture sur la Fratenité

Face à cette attaque, Placide a développé une autre série d’arguments que rapporte sa fille Rose Louverture en 1893 : il rappelle dans un premier temps que Toussaint le considérait comme son fils à part entière comme le prouve sa correspondance et suggère qu’Isaac agit surtout par jalousie, considérant la relation privilégiée qu’il entretenait avec Toussaint. Il a également conscience qu’on l’attaque en raison de son choix matrimonial. Placide adopte lui-même une attitude versatile à propos de sa généalogie en se disant tour à tour fils adoptif ou biologique de Toussaint Louverture selon les interlocuteurs. C’est cette dernière version qui est ainsi retenue par sa fille Rose en 1893, qui en profite également pour rajeunir son père de quelques années afin de de faire correspondance sa date supposée de naissance à l’union de Toussaint Louverture et de Suzanne-Simone Baptiste2

Mais pourquoi donc les deux frères se déchirent-ils avec autant de virulence sur cette question ? Ces revendications ne peuvent de fait se comprendre que si l’on songe au poids symbolique mais aussi économique induit par le nom “Louverture”. Symbolique tout d’abord : comme nous l’avons vu dans l’épisode 2 de cette saga, Isaac souhaite se positionner comme le seul héritier de Toussaint Louverture. Dès lors, il entreprend un travail de sape précoce à l’égard de son frère et n’a de cesse de rappeler que ce dernier n’est pas le “vrai” fils de Toussaint Louverture. Il milite ainsi pour que son frère reprenne le nom de son père biologique, Clère alors que Placide a bien été adopté par Toussaint.

Surtout, porter le patronyme “Louverture” se révèle être un grand avantage financier : Toussaint Louverture possède plusieurs propriétés en Haïti qui sont gérées depuis son décès par ses proches restés sur l’île, au nom de ses héritiers. Dès 1779, Toussaint Louverture était ainsi propriétaire d’une plantation de café au Petit-Cormier, un bien complété par la suite par d’autres achats à mesure qu’il s’enrichit, à l’instar de l’habitation Sarazard3 ou Rivière4. Faire déchoir son frère du patronyme Louverture, c’est donc assurer aussi à Isaac qu’il sera le seul bénéficiaire de ces revenus ultra-marins.

Carte d’Haïti, milieu du XIXe siècle, à retrouver sur Gallica

Le débat relancé en 1893 à travers les journaux ne dit pas autre chose : dans la lettre d’Isaac recopiée par Gragnon et dans l’argumentaire développé par Rose Louverture, c’est bien la considération économique qui apparaît comme l’élément central de cette affaire. Tous deux évoquent ainsi expressément les biens haïtiens des Louvertures ; par ailleurs Isaac fait un dernier reproche à Placide, celui d’entretenir volontairement le flou sur sa généalogie afin de récupérer tout à la fois les successions de ses pères biologiques et adoptifs. Le choix même du journal montre que la question haïtienne, et de son économie, est centrale : créé à Paris, La Fraternité adopte en effet une ligne éditoriale consacrée aux “intérêts d’Haïti et de la race noire”.

Dans ce conflit ouvert, tous les moyens sont bons pour consolider ses arguments. Isaac se montre le plus proactif. Dans un premier temps, il essaye de conclure le conflit par un règlement à l’amiable : cette première tentative, refusée par Placide, est un échec et se conclut donc par un acte de non-conciliation devant le juste d’Astaffort. Isaac change alors de stratégie et décide d’attaquer son frère en justice en réunissant le plus possible de témoins en sa faveur. Il dépêche alors sa femme Louise Chancy en Haïti auprès d’anciens proches afin qu’elle obtienne d’eux des témoignages prouvant que Placide n’aurait pas été adopté. Le voyage de Louise Chancy dure près de deux ans, au cours desquels elle rentre en contact avec les gestionnaires des biens Louverture. Bien qu’elle ne rentre qu’à la fin de l’année 1824, son déplacement, et la correspondance qu’elle entretient tout du long avec son mari, finit par payer : dès le 2 mai 1823, Isaac Louverture est ainsi reconnu devant le tribunal d’Agen comme le seul à pouvoir porter le nom de Louverture.

Louise Chancy, femme Louverture, huile sur toile, vers 1816, Haïti

La mention de ce patronyme dans l’acte de mariage de son demi-frère est barrée et remplacée par celle de son frère biologique5. Ce jugement signe la rupture définitive des deux frères qui finissent donc leur vie séparément : Placide Louverture meurt le 16 janvier 1841 à Agen, perclus de rhumatismes, tandis qu’Isaac décède moins de quinze ans plus tard à Bordeaux, le 27 septembre 1854. Si les journaux nationaux se sont fait l’écho de la mort de ce dernier, ils restent en revanche totalement silencieux sur celle de Placide : au milieu du XIXe siècle, c’est donc Isaac qui a réussi à se maintenir dans le souvenir collectif, comme il le souhaitait, grâce à son travail mémoriel incessant et sa visibilité dans la sphère publique.

L’acte de mariage de Placide Louverture le 16 mai 1821, où la mention de son adoption a été biffée

Pour terminer cette saga de trois articles, nous voulions également souligner à quel point ce conflit est également révélateur de l’engagement des femmes Louverture. Loin de rester passives, ces dernières aident en effet leur mari, pour Louise Chancy, ou leur père, pour Rose Louverture, dans leurs intérêts respectifs. Le cas de Louise Chancy est particulièrement intéressant : après avoir aidé Isaac Louverture en se rendant pour lui en Haïti, elle continue après la mort de son mari à entretenir une correspondance régulière avec les élites politiques haïtiennes et notamment ses présidents successifs6. Elle surveille également de très près les propriétés du couple : en 1871, quelques mois avant sa mort, elle obtient devant le tribunal des Gonaïves d’être de nouveau citoyenne haïtienne et, à ce titre, d’être rétablie dans toutes ses propriétés7. Rose Louverture, comme sa tante, se montre également très engagée à partir de la mort de son père, étant désormais la seule descendante officielle en métropole de la famille Louverture : c’est donc à ce titre qu’elle défend les intérêts posthumes de Placide. Loin de s’éteindre avec les frères Louverture, le souvenir haïtien de cette famille emblématique est donc désormais assumé par les femmes Louverture, qui, grâce à leur grande longévité, prennent le relais de la mémoire familiale jusqu’à la fin du XIXe siècle.

  1. La Fraternité, n° du 15 juin 1893 []
  2. La Fraternité, n° du 31 mai 1893 []
  3. Lettre de Philippe Guerrier à Louise Louverture, fonds Gragnon-Lacoste []
  4. Jugement du tribunal des Gonaïves pour le rétablissement de la citoyenneté à Mme Louise Chancy, veuve Louverture, 1871 []
  5. Jacques de Cauna, Toussaint, Le Grand précurseur []
  6. Fonds Gragnon-Lacoste []
  7. BnF, Ms NA 12409, “Jugement du tribunal des Gonaïves pour le rétablissement de Mme Veuve Louverture dans toutes ses propriétés”, 1871 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.