D’Astaffort à Bordeaux : les vies séparées des fils Louverture

Il y a deux semaines, nous avions laissé Placide et Isaac en 1817, respectivement âgés de 36 et 31 ans, alors que leur mère vient de mourir. Cette année est une vraie charnière : à partir de ce moment-là, les deux frères entérinent leur séparation en s’éloignant géographiquement l’un de l’autre. Leur attitude à l’égard de leur pays de naissance est également radicalement différente et témoigne de deux méthodes bien distinctes de survie en Aquitaine : tandis que Placide s’assimile de plus en plus à l’élite blanche et locale du pays, Isaac continue d’entretenir un lien très fort avec Haïti. Il est cependant important de noter que tous deux bénéficient d’une pension versée par le ministère de la Marine qui leur permet d’avoir une certaine stabilité financière.

Placide Louverture et son mariage

Portrait de Placide Louverture, fin du 18e siècle, collection privée (copyright Jacques de Cauna)

Commençons donc avec Placide, le plus discret des deux frères : ce dernier nous a laissé peu d’archives écrites et la reconstitution de son parcours après 1817 est surtout rendue possible par la lutte qu’il mène afin d’épouser une Blanche, Joséphine de Lacaze. Cette dernière, de quinze ans sa cadette, est née en 1798 d’une famille noble ancienne mais relativement modeste : son père, qualifié de “marquis de Lacaze”, se trouve ainsi en bas de la hiérarchie nobiliaire. En 1816, la jeune fille habite toujours sur son lieu de naissance à Astaffort, à quelques kilomètres à peine au sud d’Agen et c’est sans doute lors de l’une de ses excursions en ville qu’elle rencontre Placide.

Placide et Joséphine commencent à se fréquenter dès cette époque mais leur volonté de se marier est très vite contrecarrée par la réalité. En 1803, Napoléon Bonaparte avait en effet promulgué une loi interdisant le mariage en France entre les personnes blanches et Afro-descendantes ; en 1816, la Restauration a remplacé l’Empire mais cette loi est toujours d’actualité. Placide est en effet contraint de demander une dérogation au ministère de la Marine afin d’épouse Joséphine de Lacaze, dérogation qu’il se voit refuser. Cette interdiction, ainsi que l’opposition probable de la famille de Joséphine de Lacaze, explique que le mariage soit encore reporté durant cinq ans. Ils finissent toutefois par obtenir une dispense et se marient en le 16 mai 1821 à Astaffort lorsque Joséphine a atteint sa majorité civile et peut donc se passer du consentement de ses parents même si sa mère est présente lors de la cérémonie. Cette période d’attente ne les a pas empêché de se fréquenter : leur premier enfant, Joseph, naît dès le 9 décembre 1821 et a donc été conçu hors-mariage. Ils auront également une fille Rose, née en 1823, qui sera à l’origine de la descendance agenoise de Placide Louverture1.

Acte de mariage de Placide Louverture et Joséphine Lacaze, Archives Municipales d’Astaffort, 16 mai 1821.

Placide fait donc le choix de s’intégrer complètement à l’élite locale et rurale du Lot-et-Garonne comme le prouve la profession des témoins présents à son mariage : il fréquente entre autre un capitaine d’armée retraité, un vétérinaire (un métier très important dans les sociétés rurales) et des propriétaires. Cette stratégie ne doit du reste pas étonner, son père Toussaint s’étant de la même façon entouré en Haïti de nombreuses personnalités issues d’élites gasconnes de tout bords (nobiliaire, marchande, militaire). Placide reproduit par ailleurs les schémas coloniaux déjà à l’oeuvre avant la Révolution haïtienne : se marier en dehors de la communauté noire était une stratégie fréquemment choisie par les libres de couleur afin de marquer leur sortie du milieu servile. Placide, lui-même métis, ne fait ainsi que poursuivre la stratégie matrimoniale déjà mise en place par sa mère lors de son premier mariage.

Isaac Louverture et le souvenir haïtien

Tandis que Placide reste sur Agen, Isaac décide de venir s’installer à Bordeaux à partir de 1816. Les raisons de ce choix sont explicitées ainsi dans la lettre qu’il adresse à Louis XVIII :

A peine étions-nous arrivés que les sollicitations de nos amis, les commodités d’un port de mer pour notre correspondance avec notre famille nous déterminèrent à revenir et à rester à Bordeaux.

Lettre d’Isaac Louverture à Louis XVIII, BnF, 1817
Portrait d’Isaac Louverture, fin du 18e siècle, collection privée (copyright : Jacques de Cauna)

De fait, l’installation à Bordeaux d’Isaac signe le début d’une longue correspondance entretenue auprès de personnalités haïtiennes et françaises ((Ces lettres sont aujourd’hui dispersées entre le fonds Gragnon-Lacoste ainsi que plusieurs manuscrits de la BnF : NAF 6864 et NAF 12409)). Ces destinataires sont de plusieurs types et témoignent de l’étendue de son réseau. Tout d’abord, Isaac continue d’entretenir des relations épistolaires avec les proches de la famille Louverture : il est ainsi en contact par deux fois avec Mars-Plaisir, l’ancien domestique de Toussaint Louverture et écrit de son ancien précepteur Hippolyte Mialaret. Il joue par ailleurs un rôle de source oculaire auprès des premiers historiens haïtiens cherchant à retracer l’histoire de l’indépendance : Thomas Madiou se rapproche d’Isaac Louverture plusieurs années avant la parution de son Histoire d’Haïti en 1847, tout comme Joseph de Saint-Rémy, biographes de Toussaint Louverture et Jérôme Pétion.

De manière moins évidente peut-être, Isaac continue aussi d’être en étroite relation avec ses compatriotes restés en Haïti alors même qu’il ne reviendra jamais dans son pays natal. Ses correspondants appartiennent à la sphère des élites militaires et politiques du pays : il s’adresse entre autres à Jean-Louis Pierrot ou Philippe Guerrier, anciens généraux de Toussaint et futurs présidents d’Haïti afin de l’aider à administrer les propriétés qu’il a hérité de son père. Isaac apparaît à plusieurs reprises comme un truchement naturel entre Haïti et la France : certains lui demandent d’assurer le retour de leurs enfants en Haïti tandis que d’autres s’épanchent sur des considérations commerciales. Cette correspondance révèle par ailleurs le fort pouvoir symbolique conservée par la famille Louverture malgré son éloignement en métropole : Isaac Louverture est souvent appelé “compatriote” et certains lui donnent même du “Messie” comme Joseph Rigaud qui le presse en 1817 de revenir afin d’aider au développement du pays. Ce statut est savamment entretenu par Isaac Louverture qui se considère appartenir à la “noblesse” haïtienne et se rêve sans doute à la tête du pays même s’il ne parviendra jamais à obtenir un passeport afin de revenir en Haïti.

Antoine Métral, Histoire de l’expédition des Français à Saint-Domingue suivie des mémoires et notes d’Isaac Louverture, Paris, 1825, à retrouver en intrégralité sur Gallica

Pour soutenir cette ambition et redorer le blason paternel, Isaac se lance en parallèle à partir de 1817 dans une nouvelle entreprise : en collaboration avec l’éditeur Métral, il décide de rédiger un récit historique destiné à réhabiliter la mémoire paternelle. Toussaint Louverture est en effet critiqué à la fois en France pour avoir précipité l’indépendance haïtienne et en Haïti pour ses décisions de plus en plus unilatérales à la fin des années 1790. Le but poursuivi au sein de cet ouvrage, publié en 1825, est clair : il s’agit de répondre aux critiques les plus vives adressées à l’ancien général en le présentant comme un homme politique idéal et éclairé. Ce récit est ainsi émaillé d’anecdotes visant à montrer la magnanimité de Toussaint tout à la fois envers les anciens propriétaires et les nouveaux affranchis. En pleine Restauration, Isaac fait ainsi le portrait d’un père profondément catholique et royaliste afin de s’attirer les bonnes faveurs des élites politiques métropolitaines. Par ailleurs, sous couvert d’un récit à la troisième personne neutre et distancié, Isaac fait passer Placide au second plan tandis qu’il y tient le beau rôle. Il est cité cinq fois plus que son frère dans l’ensemble de l’ouvrage et raconte des anecdotes édifiantes à son propos destiné à le faire apparaître comme le digne successeur de son père.

Isaac Louverture se trouvait à Ennery sur une habitation que le général, son père, habitait ordinai- rement. Il était sept heures du matin lorsque, tout à coup, il entend une vive fusillade, suivie de cris épouvantables. Il sort, et voit des cultivateurs, des domestiques, des femmes, des enfants effrayés qui couraient çà etlà, et des soldats qui les poursuivaient en faisant feu sur eux. Les balles sifflaient autour de lui. Un jeune homme entra précipitamment dans la maison et le pressa de chercher son salut dans la fuite. Il attendit la mort avec courage, car son père sans doute n’était plus.

Isaac Louverture par lui-même

En même temps qu’il “devient le gardien de la mémoire officielle, Isaac cherche donc à effacer son frère des archives”2. Son culte filial se poursuit par ailleurs dans d’autres écrits : il prend la plume plusieurs fois dans les journaux afin de défendre son père, comme en 1850 en réaction à la pièce Toussaint Louverture de Lamartine. Isaac, très prolifique, ne fait d’ailleurs pas publier tous ses écrits : la BnF rassemble ainsi plusieurs textes inédits, plus intimes, dans lesquels il s’emploie à mettre par écrit ses souvenirs de l’indépendance haïtienne ou à transcrire la personnalité de ses parents3.

Avec ce projet, Isaac participe ainsi à la création d’un récit familial mythique où Toussaint Louverture est sublimé. Au-delà de ce culte filial, cette profusion d’écrits, dont une partie est rendue publique, sert également Isaac dans ses prétentions en le montrant comme le seul et unique fils Louverture. La tension entre les deux frères reste donc palpable et s’incarne à partir de 1821 autour d’un conflit fortement symbolique : qui a le droit de porter le patronyme Louverture ?

  1. Jacques de Cauna, Toussaint-Louverture, le grand précurseur, Editions Sud-Ouest, 2012 []
  2. Philippe Girard et Jean-Louis Donnadieu, “Mon père, ce héros : Toussaint Louverture d’après un manuscrit de son fils Isaac” dans Bulletin de la Société d’Histoire de la Guadeloupe, n°181-182 []
  3. BnF, NAF 12409 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.