Placide et Isaac Louverture : une enfance en partage

Si Toussaint Louverture commence à être une figure historique de plus en plus connue, sa famille reste encore largement dans l’ombre alors même que ses enfants, exilés d’Haïti en même temps que lui, ont fini leur vie en France. Pour pallier ce manque, je souhaitais donc vous faire découvrir la vie de ses deux fils légitimes : Isaac et Placide qui ont connu une enfance assez semblable mais ont ensuite suivi deux trajectoires radicalement opposées. Je souhaitais faire au départ un article pour chaque frère mais en cours d’écriture, je me suis ravisée : leurs destins fonctionnent en miroir, une mécanique que j’ai jugée dommage de dissocier. Au-delà de la simple narration biographique – qui n’en reste pas moins intime et passionnante, la confrontation de ces deux parcours permet de montrer les différentes stratégies adoptées par les élites noires en métropole. Ce récit permet également d’interroger le poids de l’héritage Louverture, qui a lourdement pesé sur l’entente fraternelle. Bref, un sujet riche et complexe, qui mérite d’être longuement traité : aujourd’hui donc, premier épisode d’une série qui en comptera trois ! J’y reviendrai sur la formation d’Isaac et Placide avant de comparer leur évolution (partie deux, à venir) et je finirai par détailler leur conflit autour de l’héritage de Toussaint (partie trois, à venir, soyez patients !).

Une élite haïtienne

La fratrie Louverture, c’est tout d’abord, et dès l’origine, une différence notable : Isaac, né en 1786, est le fils légitime de Toussaint Louverture et Suzanne Simon Baptiste alors que Placide, de cinq ans son aîné, est né d’une précédente union entre Suzanne Simon Baptiste et un Blanc, Séraphin Clère. Il est cependant adopté sans discussion par Toussaint Louverture. La fratrie est encore agrandie en 1791 avec Saint-Jean, dernier enfant de Toussaint Louverture et Suzanne Baptiste. Les trois frères grandissent dans un relatif confort : tandis que leur mère a été marchande au Cap, leur père possède depuis son affranchissement une plantation de café, cultivée par une dizaine d’esclaves. Très vite, ils assistent à l’ascension politique de Toussaint : : après avoir participé à la révolte des esclaves de 1791 puis finalement rallié les républicains français avec son armée d’insurgés, il est nommé lieutenant gouverneur de Saint-Domingue en 1796, faisant de lui un acteur politique de premier plan. Cette fulgurante carrière militaire lui ouvre bientôt de nombreuses portes : il obtient ainsi d’envoyer ses fils en métropole afin de parfaire leur éducation avec d’autres libres de couleur.

Le Directoire vient en effet de soutenir la création de l’Institution Nationale des Colonies, situé rue de la Montagne Sainte-Geneviève dans l’ancien Collège de la Marche : cette école a pour objectif de former les futures élites coloniales, acquises aux principes de la nouvelle République et seuls quelques élèves, parmi les plus éminentes familles de couleur de Saint-Domingue, sont retenus. A dix ans, Isaac et Placide découvrent donc Paris. Mathématiques, latin, histoire, physique-chimie, français, langues vivantes, architecture, escrime, musique … Pendant 6 ans, les deux frères suivent un cursus varié au terme duquel ils semblent atteindre les objectifs fixés par l’Institution nationale des colonies comme en témoigne Norvins1.

C’était réellement, sauf la couleur, deux jeunes français […].

Collège de la Marche par Henri Chapelle fin du XIXe siècle, Musée de la Ville de Paris

Les professeurs ont cependant tôt fait de noter des différences entre leurs deux personnalités, une dichotomie que l’on retrouvera ensuite tout au long de leur vie. Tandis que Placide est plus porté sur les matières militaires, Isaac, plus intellectuel, “[a] de grands moyens d’instruction”. Deux événements viennent ainsi illustrer cet état de fait : entre novembre 1800 et septembre 1801, la scolarité de Placide est ainsi interrompue, dates à laquelle il escorte le général Sahuget comme aide de camp. En pleine campagne d’Egypte, il est en effet choisi pour faire croire aux Anglais que la flotte qu’il accompagne part pour Saint-Domingue et non pour le Levant2. Pendant son absence, en avril 1801, son cadet Isaac use quant à lui de ses talents d’écriture pour envoyer une missive au Ministre de la Marine afin de demander à revoir ses parents.

Au coeur de l’expédition Leclerc

Cinq mois plus tard, par un concours de circonstances, le Ministère accède à sa demande : les relations entre la France et Saint-Domingue se sont en effet considérablement tendues avec les velléités d’indépendance de plus en plus perceptibles de Toussaint. En décembre 1801, un corps expéditionnaire, dirigé par Leclerc, est alors envoyé par Bonaparte afin de mettre un terme à l’émancipation dominguoise. Isaac et Placide sont du voyage et sont chargés d’apporter à leur père une lettre annonçant la venue de cette expédition, un épisode resté célèbre et abondamment illustré dans l’historiographie consacrée à Toussaint Louverture.

Isaac et Placide retrouvant leurs parents en 1802, gravure de Chanson et Gabirel

L’expédition Leclerc sonne le glas des ambitions de Louverture et après plusieurs mois de combats, il est contraint de capituler. Condamné à être déporté en France, il embarque pour la Bretagne avec sa famille en juin 1802. De là, les Louverture sont séparés : Suzanne Baptiste et les cadets rejoignent Bayonne tandis que Toussaint Louverture et Placide sont débarqués à Brest où ce dernier sert de secrétaire à son père 3. Ce séjour confirme le lien étroit existant entre Toussaint et Placide, qui apparaît, malgré son statut d’enfant adopté, comme le véritable héritier de Toussaint. Aux yeux des Français tout d’abord, qui le choisissent, nous l’avons vu, en 1801 afin de duper les Anglais ; aux yeux de Toussaint surtout qui, après l’avoir chargé de courses auprès du général Leclerc4, le nomme chef d’escadron dans ses armées en 18025 . Cette relation privilégiée est encore confirmée quelques mois plus tard : lors de son arrivée au fort de Joux, Toussaint demande des nouvelles de sa famille, et, expressément, de Placide, comme le rapporte le général Caffarelli 6 .

L’installation définitive en France

Après une année 1802 difficile, l’année qui suit est incontestablement traumatique pour Isaac et Placide : leur père meurt en avril 1803, suivi peu de temps après par Saint-Jean le benjamin de la famille. Durant la même période, Isaac et sa mère sont placés en étroite résidence surveillée à Agen, rue de l’Union (actuelle rue des Colonels Lacuée), où finira par les rejoindre Placide. Dans cette région nouvelle, coupée des réseaux atlantiques, la survie de la famille dépend en grande partie de la mise en place d’un réseau de solidarité. Et c’est Isaac qui excelle à ce jeu : il marie sa cousine Louise Chancy en 1804 à Agen et s’emploie surtout à se faire connaître en ayant une correspondance active. Il est ainsi en relation avec le maire d’Agen, pour demander l’amélioration de leurs conditions de vie7 et reçoit les lettres de plusieurs fidèles de Toussaint comme son ancien domestique Mars-Plaisir ou ses compatriotes Jean-Pierre Delva et Joseph Rigaud8. Cette importance d’Isaac dans les relations épistolaires s’explique à la fois par son aisance avec l’écrit mais aussi par l’effacement, volontaire semble t-il, de Placide qui ne répond pas aux lettres qui lui sont adressées. Déjà, se dessinent ainsi les deux stratégies de survie des deux frères : tandis qu’Isaac s’efforce de maintenir un lien avec Haïti, Placide tourne le dos à son passé.

Vue d’Agen, Nicolas-Marie Chapuy, XIXe siècle, Bibliothèque nationale de France

Ces pistes de réflexion mériteraient d’être approfondies mais il faut avouer que les Louverture, surveillés étroitement jusqu’à la chute de Napoléon en 1815, se montrent durant ces treize années assez discrets et produisent peu d’archives. Le retour d’un régime monarchique change considérablement la donne : ils reçoivent une pension du ministère de la Marine et au début de l’année 1817, Isaac écrit au roi Louis XVIII afin de lui demander de faire officiellement cesser la surveillance policière sur sa famille9. Il argue de la loyauté de son père, bon chrétien et protecteur de la noblesse, fustige le “tyran” Napoléon et rappelle que “les rois, images de Dieu sur la terre sont […] grands dans leurs actions”. Les qualités mondaines d’Isaac sont flagrantes : il sait comment flatter et fait jouer son réseau pour transmettre la missive. ll demande en effet de l’aide au comte d’Embrugeac qui avait été protégé pendant la Révolution par Toussaint et officie désormais dans la brigade royale. Cette lettre a sans doute accéléré le processus et dès le 1er mai, la surveillance policière est levée. Quelques mois plus tard, Suzanne Baptiste décède à Agen aux côtés de ses fils.

Lettre d’Isaac Louverture adressée à Louis XVIII, BnF NAF 12409

L’année 1817 marque donc un vrai tournant dans la vie d’Isaac et de Placide et le décès de leur mère précipite leur rupture. Les deux frères vont désormais faire des choix de vie radicalement différents ; reste malgré tout qu’ils auront passé leurs 30 premières années ensemble, sans jamais vraiment se quitter, vivant au plus près l’ascension et la chute de Toussaint Louverture, et qu’ils seront tous les deux durablement marqué par cette figure paternelle.

  1. Michel Roussier, L’Education en France des enfants de Toussaint-Louverture et l’Institution nationale des Colonies, Revue française d’Histoire des Outre-Mers, 1977 []
  2. Ibid. []
  3. Joseph de Saint-Rémy, Vie de Toussaint Louverture, 1850 []
  4. Joseph de Saint-Rémy, Mémoires de Toussaint Louverture écrits par lui-même, 1853 []
  5. Toussaint Louverture, Mémoire écrits par lui-même pouvant servir à l’histoire de sa vie, édité par Philippe Artières, note 116 []
  6. Philippe Girard et Jean-Louis Donnadieu, “Mon père, ce héros : Toussaint Louverture d’après un manuscrit de son fils Isaac”, Bulletin de la Société d’Histoire de la Guadeloupe, n°181-182 []
  7. Jacques de Cauna, Toussaint Louverture et l’indépendance d’Haïti, 2005 []
  8. Fonds Gragnon-Lacoste []
  9. BnF, Ms NAF 12409, janvier 1817 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.