Les “Colons Américains”: un réseau dans Paris (2)

La semaine dernière, nous nous proposions d’analyser finement un document très précieux pour la Black History en France : une pétition signée en 1789 par 77 personnes de couleur à Paris. Après avoir proposé une analyse de leurs profils sociologiques, nous nous proposons de revenir aujourd’hui sur ce que cette archive nous dit de la constitution d’une “forme de communauté noire” à Paris.

Il est en effet difficile de parler de communauté noire à proprement parler car les personnes de couleur ne représentaient qu’un tout petit groupe au sein de la population parisienne. Par ailleurs, la différence de statut entre les esclaves, majoritaires mais sans autonomie juridique, et les libres de couleur a empêché la mise en place d’un vrai esprit de corps entre les Afro-descendants. Il est cependant incontestable que des liens se sont parfois créés entre plusieurs individus, permettant la diffusion d’informations et permettant ainsi de créer des réseaux spécifiques au sein de la capitale.

Les réseaux familiaux sont sans doute parmi les plus faciles à analyser : la pétition comporte ainsi cinq fratries qui signent ensemble dès le 14 novembre, comme les frères Raymond. Certaines se sont visiblement informés de l’existence de cette pétition : les trois frères Lanon, âgés d’une vingtaine d’années, viennent signer le document à tour de rôle malgré un lieu de résidence différent. La cellule familiale a ainsi été un réseau naturel de circulation d’information mais aussi de mobilisation politique : Charlotte Aucanne, habitant rue de la Lune et signataire dès le 14 novembre, semble avoir convaincu sa voisine (et très vraisemblablement parente) Barbette Aucoune à faire de même une semaine plus tard ; le même phénomène est à l’œuvre lorsque Françoise Girard vient signer la pétition une semaine après son mari, Louis Innocent Carriès.

Discussion sur les hommes de couleur, estampe anonyme, 1791 : Julien Raymond est figuré au centre (numéro 16), tenant les nouveaux statuts accordés aux libres de couleur

Si la cellule familiale a été un espace privilégié pour relayer les idées des Colons Américains, la transmission d’information a également été facilitée par la présence à Paris de plusieurs foyers de population noire. Les signataires du document sont en effet issus de quelques quartiers, une proximité géographique qui a indéniablement pesé sur la circulation des informations et la mise en place d’une solidarité de groupe. Le tiers des signataires réside ainsi au sein de la paroisse Saint-Eustache, déjà identifiée par Erick Noël comme le plus important foyer de population noire à Paris1. Cet état de fait s’explique assez facilement : Saint-Eustache est tout d’abord une des plus vastes et populeuses paroisses parisiennes ; par ailleurs, elle est rassemble des habitants aux niveaux sociaux variés, une réalité qui s’accommode bien de la diversité de métiers – et donc de richesses – constatées chez les libres de couleur2. Le chiffre est encore plus frappant si on agrège à ce groupe les habitants résidant dans les petites paroisses voisines comme Saint-Roch et Saint-Sauveur : la moitié des signataires sont alors concentrés dans un espace de 2 km3 correspondant aujourd’hui au IIe arrondissement.

Paroisses de rattachement des libres de couleur signataires, réalisé à partir du plan de Junié

D’autres paroisses, comme Saint-Sulpice et Saint-Nicolas, sont également identifiables : respectivement deuxième et troisième foyer de population noire à Paris, la mobilisation des libres de couleur dans ces paroisses a pu être aussi facilitée car les meneurs politiques des Colons Américains y résidaient. La paroisse, cadre à la fois géographique et social en raison des obligations hebdomadaires religieuses, a ainsi été un espace particulièrement privilégié comme canal d’information.

Cette affirmation est d’autant plus frappante que certains libres de couleur ont été voisins et que certaines rues sont caractérisées par la présence de plusieurs Afro-Descendants. Les arcades du Palais-Royal voient ainsi se côtoyer plusieurs domestiques noirs au service des élites parisiennes. Ces solidarités de voisinage ont pu être renforcées par des origines communes, certaines rues accueillant des libres de couleur aux nationalités similaires, comme les Martiniquais rue Notre-Dame des Victoires ou les Mauriciens rue des Quatre-Fils. Ces adresses nous permettent dès lors d’élaborer une carte assez précise de la localisation d’une partie des libres de couleur dans la capitale : vous pourrez la retrouver retrouver en cliquant sur l’image juste en dessous ! Chaque point correspond à un signataire et à son adresse, auxquels j’ai ajouté les informations connues sur son identité.

Ces rues dessinent ainsi les modalités de mobilisation des libres de couleur. L’exemple de la rue de la Lune est particulièrement frappant : deux femmes de couleur, sans doute aisées, font partie de la première vague des signataires dès le 14 mai. Suite à cela, elles parviennent à convaincre deux de leurs voisines créoles. On assiste ici à la mise en place d’une triple solidarité, fondée sur la proximité géographique, “raciale” et de genre.

L’information se diffuse donc de poches en poches, à partir des élites les plus riches et métissées ; la transmission d’information est par ailleurs favorisée par l’existence de réseaux familiaux et de plusieurs foyers de population noire. Ces relations de voisinage participent sans doute de la conscience progressive d’appartenir à un groupe devant défendre des intérêts communs. Cette pétition, fruit d’un consensus temporaire, laisse pourtant apparaître des tensions sous-jacentes au sein du groupe des Afro-descendants, notamment entre libres de couleur créoles et esclaves affranchis. Des parcours politiques différenciés à explorer au prochain épisode !

  1. Erick Noël, Etre Noir en France au XVIIIe siècle, Taillandier, 2006, annexe 9 []
  2. François Furet, “Structures sociales parisiennes au XVIIIe siècle : l’apport d’une série fiscale”, Annales, 1961 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.