Se rebeller : les esclaves marrons à Bordeaux

Les résistances au système esclavagiste ont toujours été inhérentes à son existence même mais le rôle très actif qu’ont joué les esclaves afin de résister à la machine coloniale est souvent oublié : on peut ainsi évoquer les nombreux suicides sur les bateaux négriers ou encore les esclaves marrons, plus connus, qui parviennent à s’enfuir des plantations et reconstruisent des micro-sociétés dans les colonies, profitant bien souvent du relief accidenté des îles pour se cacher. La fuite des esclaves n’est cependant pas qu’un phénomène campagnard : c’est également un fait urbain et beaucoup d’esclaves utilisent l’agitation des cités portuaires pour disparaître. Si ce phénomène a surtout été étudié de manière systématique pour l’espace nord-américain1, Bordeaux, une fois de plus, n’échappe pas à cette règle ! Plusieurs avis de recherche concernant des fugitifs illustrent cette réalité et  six avis nous sont ainsi parvenus pour la seconde moitié du 18e siècle. Ce chiffre dérisoire, qui est sans doute appelé à s’étendre, permet cependant de repérer des similarités entre ces histoires et d’esquisser un premier schéma pour l’espace bordelais.

Image d’un fugitif reproduite sur les avis de recherche aux Etats-Unis et publiée dans l’Anti-Slavery Record en 1837

Ces avis de recherche sont une source précieuse pour lever le voile sur l’identité des fugitifs. Au 18e siècle, les portraits-robots n’existent pas encore, la photographie encore moins. Pour retrouver les fugitifs, les maîtres transmettent donc une série d’informations aux autorités compétentes en matière de police mais aussi à l’ensemble de la population bordelaise par le biais des journaux. Les avis de recherche essaient d’être le plus précis possible : on y signale l’âge et la fonction du fugitif mais aussi ses capacités, parfois assorties d’une description physique. Ces indications sont toutefois loin de suffire et l’information la plus efficace – et la plus cruelle – reste encore d’indiquer l’étampe portée par l’esclave (ce terme désigne la marque au fer rouge apposée par les planteurs sur leurs esclaves). L’annonce publiée le 14 février 1771 dans le journal de Bordeaux est ainsi particulièrement prolixe2 :

« Le 4 de ce mois s'est évadé de Bordeaux un nègre de nation Congo, âgé d'environ 14 ans, haut de cinq pieds un pouce, le nez gros, parlant mal la langue françoise et ayant la tête rasée depuis trois semaines ; il est estampé, Vincent, mais non bien distinctement ; il est vêtu d'une redingote grise, une veste bleue & un gilet brun ; il sait raser & accomoder et étoit depuis huit jours en apprentissage chez un sellier à Saint-Seurin. Les personnes à qui il pourroit se présenter sont priées de le faire chez M. Vincent, sous commissaire à l'Etat Royal de Marine à Bordeaux. »

Avis de recherche publiée dans les Annonces, affiches et avis divers de la ville de Bordeaux en 1771, consultable sur la plateforme Séléné

Le croisement de ces avis de recherche permet de faire ressortir un profil-type des esclaves fugitifs : il s’agit bien souvent de jeunes hommes qui profitent d’un “changement de main” – comme la mise en apprentissage par exemple – et de la relative relâche de la surveillance qui s’en suit pour tenter leur chance. Autre point commun : ces esclaves, tous récemment arrivés à Bordeaux, ne sont pas intégrés dans cette ville et peu d’entre eux maîtrisent le français.

Tous les avis de recherche permettent également de mettre en lumière un autre phénomène : les maîtres attendent toujours plusieurs jours avant de déclarer la fuite de leur esclave. Ce délai laisse donc le temps à ces derniers de se cacher plus facilement mais également de mettre sur pied un plan : certains changent de résidence tous les soirs en profitant des nombreuses auberges et tavernes bordelaises3,  d’autres réussissent probablement à se faire passer pour libre et à s’embarquer sur un navire. Malgré la précision des avis, la recherche de ces esclaves dans un port aussi cosmopolite et animé que Bordeaux se révèle difficile : plusieurs marrons restent introuvables tandis que d’autres ne sont rattrapés qu’après plusieurs mois de fuite.

Ces quelques exemples montrent bien l’ampleur des résistances au système esclavagiste qui s’étend jusqu’en métropole où les Afro-descendants jouent un rôle actif pour s’emparer de leur liberté.

 
Pour citer cet article: Julie Duprat, "Se rebeller : les esclaves marrons à Bordeaux," in Noire métropole, 28/02/2018, https://minorhist.hypotheses.org/113.
  1. Charles Foy, Ports of slavery, ports of freedom, How slaves used northern seaports maritime industry to escape and create transatlantic identities, PhD, Eastern Illinois University, 2006 []
  2. Deux autres avis de recherche ont par ailleurs été publiés le 31 janvier 1785 et le 13 mars 1788, que l’on peut consulter sur la plateforme Séléné []
  3. voir le témoignage d’un esclave en 1746, rapporté par Léo Elisabeth dans son mémoire Les problèmes des gens de couleur à Bordeaux, 1955, p.69 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.