“Les Colons Américains” : 1789, les libres de couleur entrent en politique (1)

Le 14 novembre 1789, un attroupement inhabituel se tient devant l’étude du notaire Lefébure de Saint-Maur : plusieurs dizaines de libres de couleur parisiens se sont rassemblés afin d’officialiser leur engagement politique. En effet, depuis l’été, ces derniers prennent part aux débats en essayant de faire valoir leur droit à la citoyenneté : ces « Colons Américains », comme ils se prénomment, ont ainsi choisi parmi eux six députés, dont cinq de couleur, qui portent leurs revendications à l’Assemblée nationale.

Portrait of gentleman, Joseph Ducreux, Morgan Library

L’acte signé ce 14 novembre 1789 – et son complément du 20 novembre – tiennent un rôle particulièrement important car ils permettent aux libres de couleur de construire une ligne de défense claire contre les colons blancs, les « Colons Français » qui multiplient les attaques à leur encontre. Ce document est aujourd’hui un précieux sésame pour l’historien : signé par près de 78 libres de couleur, il se révèle un instantané passionnant mais partiel de la communauté noire et métisse dans la capitale1. De fait, il apparaît très vite que tous les libres de couleur de la capitale, que l’on peut estimer à quelques centaines d’individus2, ne sont pas présents lors de cette délégation. Dès lors, quelles sont les conditions qui favorisent l’engagement politique des Afro-descendants dès 1789 ? Pour une première partie consacrée à cette archive, passage obligé, donc, par une analyse sociale des signataires !

L’engagement des libres de couleur est tout d’abord évidemment conditionné par leur origine familiale : sur les vingt-trois signataires dont nous connaissons la catégorisation raciale, seul un quart est désigné comme “nègre” tandis que les trois-quarts sont issus de métissage. Avoir une ascendance blanche et tomber dans la catégorie des « mulâtres », plus rarement des « quarterons », est en effet un avantage certain dans la société coloniale : parfois affranchis dès leur naissance, ces derniers bénéficient ensuite d’un accès plus ou moins poussé à des ressources matérielles, une éducation et surtout un réseau transatlantique qui ne peut que faciliter leur intégration en métropole.

Vincent Ogé, un des cinq “quarterons” signataires de la pétition de 1789

Suite logique de ce premier constat : sur les 30 signataires dont nous connaissons le lieu de naissance, 26 sont créoles, qu’ils soient métis ou Noirs. Si les Haïtiens sont prédominants, on recense également une bonne part de Martiniquais ainsi que quelques Guadeloupéens et Mauriciens. La délégation compte donc au moins quatre Africains, nés en Angola et en Guinée. Cette répartition n’est du reste guère étonnante et reprend le profil des minorités noires de France parmi lesquelles les créoles sont majoritaires.

Par ailleurs, et sans surprise, les hommes sont surreprésentés parmi les signataires du document notarié, un état de fait qui ne reflète pas la réalité démographique des libres de couleur résidant dans la capitale. Ainsi, seules sept femmes se retrouvent parmi les signataires de la pétition ; la très grande majorité d’entre elles font d’ailleurs partie d’une seconde vague de signature, survenue une semaine après celle du 14 novembre. Si elles sont minoritaires, la présence de ces femmes reste significative et démontre qu’elles ont participé dès le début aux débats révolutionnaires, à l’instar de leurs homologues blanches3.

L’abolition de l’esclavage par la Convention le 16 pluviôse an II, gravure anonyme. On distingue parmi la foule plusieurs femmes de couleur, dont Jeanne Odo sur l’estrade.

Les signataires de la pétition sont également marqués par un certain effet générationnel : le benjamin a 22 ans, la doyenne 57 ans mais la plupart de ceux dont nous connaissons l’âge sont plutôt nés dans les années 1740 et 1750. Enfin, et il est important de le souligner, être signataire nécessite de savoir signer : dès lors, seules cinq personnes sont illettrées, dans un rapport complètement inverse à la réalité ! L’alphabétisation a ainsi été un facteur déterminant pour favoriser l’engagement politique des libres de couleur : lire, voire écrire, ont été deux critères décisifs pour pouvoir s’informer et confirmer par la suite son engagement.

Ce qui est moins prévisible en revanche, c’est l’activité exercée à Paris par ces libres de couleur. Les profils les plus frappants sont sans doute ceux des propriétaires de plantations aux colonies, une fonction notamment assumée par les cinq députés des « Colons Américains », dont Julien Raymond. Ces derniers sont cependant loin d’être majoritaires : on retrouve également plusieurs artisans, exerçant comme charron ou coiffeur par exemple, quelques militaires comme le père de Caroline Branchu et même un étudiant de chirurgie en la personne de Xavier de la Buy.

A première vue, le portrait-type du signataire de 1789 est donc assez simple à dresser : un homme métis d’une quarantaine d’années et exerçant un métier avec une reconnaissance sociale plus ou moins poussée. Les profils de ces engagés en politique se diversifient pourtant progressivement, comme le montre la deuxième vague de signature survenue une semaine plus tard. Nous l’avons déjà dit, les signatures du 20 novembre sont ainsi marquées par l’irruption de plusieurs femmes ; c’est également ce jour-ci que viennent signer les quelques Africains du corpus ainsi qu’un bon nombre de domestiques. Si le projet politique est d’abord porté par les élites de couleur, leurs idées semblent donc se diffuser ensuite progressivement vers leurs homologues moins favorisés.

Louis, dit Narcisse, ancien domestique de la duchesse de Chartes et signataire de la pétition en 1789, Carmontelle, Chantilly, musée Condé.

Ces deux temporalités permettent donc de montrer l’existence d’un réseau d’information au sein de la communauté noire et métisse de Paris. Ce document est donc précieux pour ce qu’il révèle sur les réseaux des libres de couleur à Paris, que nous étudierons dans une prochaine partie !

  1. Ce document a été entièrement transcrit par Pierre Badin dans le bulletin de Généalogie et d’Histoire de la Caraïbe, n°179. []
  2. Erick Noël (dir), Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne, Paris et son bassin, vol. 1, Genève, Librarie Droz, 2011. []
  3. Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses, Paris, Perrin, 2004. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.