Caroline Branchu, une créole sur le devant la scène (2/2)

La semaine dernière, je vous présentais Caroline Branchu, haïtienne née de mère française et d’un père libre de couleur, et ses débuts de carrière dans le Paris lyrique du début du XIXe siècle. Si vous ne l’avez pas lu, c’est juste ici !

En 1803, à peine âgée de 25 ans, Caroline accumule donc les reconnaissances : soliste réputée à l’Opéra, elle est également première chanteuse dans la chapelle privée de l’Empereur Napoléon. Malgré cette progression fulgurante, elle reste  confrontée à un obstacle, et non des moindres : elle doit en effet faire face à l’opposition de Mademoiselle Maillard, mythique chanteuse lyrique à la fin du XVIIIe siècle, qui lui dispute le premier rang au sein de l’Opéra. Cette dernière, jalouse de son succès, semble également faire preuve d’un certain racisme à son égard, employant ainsi le terme « mulâtre » pour la désigner alors que cet adjectif est absent des autres sources parlant de Caroline Branchu.

Portrait de Marie-Thérèse Davoux, alias Mlle Maillard, Musée Carnavalet

 

Caroline Branchu est cependant loin de se laisser abattre et ne ménage pas ses efforts afin d’améliorer sa position. En 1805, elle remplace ainsi deux autres chanteuses tombées malades et se produit pas moins de 36 fois, dans 15 rôles différents ! Cette bourreau de travail ne s’arrête pas là : l’année suivante, elle entame une tournée de trois mois en France, entre novembre 1806 et février 1807 où elle reçoit un accueil triomphal comme à Bordeaux. Cette même année, elle tient pour la première fois son rôle-phare : celui de Julie dans l’Opéra La Vestale, de Gaspare Spontini. 

Mme Branchu a trouvé dans le personnage de Julie de quoi développer toute son énergie, toute sa sensibilité : on hésite entre la cantatrice et l’actrice ou plutôt on sent qu’elles se confondent si bien l’une et l’autre qu’il est impossible de les séparer.

 

Caroline Branchu dans le rôle de Julie

La décennie 1800 est donc sans conteste la plus prolifique pour l’actrice : son hyper-activité et son engagement total envers son public lui valent de nombreux éloges. A l’inverse des autres chanteuses, elle ne raréfie en effet pas ces apparitions à mesure que sa renommée augmente. 

En parallèle de ses succès, Caroline Branchu n’hésite pas à solliciter la direction de l’Opéra afin d’être augmentée et d’obtenir un rang plus élevé au sein de la compagnie. Elle est soutenue dans ses revendications par ses professeurs, qui louent ses capacités de travail, sans succès. Ce n’est finalement qu’au retour de sa première tournée en 1807, alors que son absence sur la scène parisienne a été durement ressentie, que les directeurs de l’Opéra accèdent à une partie de ses réclamations en augmentant ses appointements. Il faut cependant attendre le départ de Mademoiselle Maillard à la retraite en 1813 pour que Caroline Branchu obtienne enfin le rang de première cantatrice.

Caroline Branchu, années 1810, musée Carnavalet

 

C’est au moment même où Caroline Branchu accède à cette reconnaissance tant attendue que sa carrière ralentit pour la première fois : elle se fait de plus en plus rare sur la scène à la fin des années 1810 car elle doit tout à la fois affronter la mort de son fils en 1818 et prendre soin de son mari qui fait de nombreuses attaques. Elle sombre dans une dépression profonde et a de plus en plus de mal à jouer,  une difficulté qu’elle exprime sans détour dans son autobiographie :

Triste condition que la culture d’un art où bien souvent, le coeur déchiré et tout sanglant, il faut en renfonçant les larmes qui vous étouffent appeler le sourire sur ses lèvres et faire passer la joie dans l’âme des spectateurs !

Cette situation personnelle affecte directement son jeu : si plusieurs journaux continuent de vanter son mérite, les critiques sont également de plus en plus présentes.

Hier, on avait encore Nourri, Derivis et Mme Branchu : c’étaient bien les mêmes noms, c’étaient bien, physiquement, les mêmes individus, ce n’étaient plus les mêmes acteurs. Tous les trois semblent avoir perdu leur talent dans le trajet du boulevard, tous les trois étaient enroués, aucun des trois n’a reçu d’applaudissements.

 

Caroline Branchu finit cependant par surmonter ce passage à vide et à partir de 1822, les journaux sont unanimes pour saluer sa “résurrection“. Son succès n’est pas seulement critique puisque durant la même période, elle reçoit encore de nombreuses lettres et poèmes d’admirateurs, que l’on peut aujourd’hui lire sur Gallica. Ce retour à plus de 40 ans frappe tant les esprits que lorsque le directeur de l’Opéra pousse la chanteuse à la retraite en 1826, de nombreux journaux se récrient :

Et ce : une résolution définitive de la retraite définitive de Mme Branchu ; nous ne pouvons le croire. La manière dont elle a chanté hier a prouvé que sa voix si expressive n’a rien perdu de son étendue et de sa vigueur et que elle seule pouvait encore soutenir le fardeau des grands rôles.

Caroline Branchu, années 1820

 

Malgré cette retraite anticipée, son influence artistique reste immense : en 1826, elle entame ainsi un autre tour de France, visitant notamment les villes de Marseille et de Montpellier. A son retour à Paris en 1827, elle participe à plusieurs concerts privés destinés à des oeuvres de charité. Le nom de Caroline Branchu est donc toujours bankable comme le prouve par ailleurs sa pension de retraite de l’Opéra : en 1838, elle reçoit encore, à plus de 60 ans, près de 3.000 francs par an soit le gage le plus élevé des artistes à la retraite. Elle continue également à être en lien avec le milieu intellectuel de la capitale, s’installant par exemple avec son amie Marceline Desbordes-Valmore, comédienne et poétesse, à la fin de sa vie. Même après sa mort en 1850, son souvenir perdure dans la sphère musicale. En 1862, Hector Berlioz, dans son ouvrage A travers chants, se rappelle ainsi qu’elle était la “tragédie lyrique incarnée”.

Hector Berlioz, admirateur de Caroline Branchu

La vie de Caroline Branchu est donc exceptionnelle à tout point de vue : son parcours familial et ses réseaux personnels sont la parfaite illustration de l’accointance des élites de couleur avec le milieu intellectuel et artistique au croisement du XVIIIe et du XIXe siècle. Caroline Branchu se distingue cependant par un travail acharné et permanent qui l’amène à pousser son art à la perfection. Malgré sa peau claire et son assimilation dans la société parisienne, ses origines ne sont cependant jamais tout à fait oubliées. Outre ses démêlés avec Mademoiselle Maillard, elle doit ainsi faire face à la méfiance du préfet de Gironde lors de sa tournée française en 1826, ce dernier demandant une recommandation au préfet de l’Hérault afin d’autoriser la chanteuse à se produire à Bordeaux1

  1. Cette tournée intervient en effet deux ans après le recensement de 1824 qui avait pour but de repérer les individus de couleur susceptibles de soutenir les soulèvements en Martinique en notant entre autres leurs professions et déplacements []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.