Caroline Branchu, une créole sur le devant de la scène (1/2)

Décrire la vie artistique de Mme Branchu serait au-dessus de mes forces, il faudrait pour cela écrire l’histoire de l’Opéra pendant un quart de siècle 

C’est par ces mots que s’ouvrent en 1850 la nécrologie de la chanteuse lyrique Caroline Branchu, née Chevalier. Si son nom est aujourd’hui tombé dans l’oubli, cette dernière a pourtant brillé sur les scènes d’opéra parisiennes au début du XIXe siècle. Un succès d’autant plus admirable que Caroline Branchu était une « femme de couleur » selon les mots du temps.

Portrait de Caroline Branchu en 1805 (source : Gallica)

Une situation exceptionnelle donc, qui mérite de faire un petit saut dans le temps afin d’y voir plus clair ! L’histoire de Caroline Branchu commence avec celle de son grand-père, Jean Joseph de Lavit : ce dernier, issu de la petite noblesse aveyronnaise, officie comme militaire pendant près de 30 ans à Saint-Domingue1. Il y affranchit  l’esclave Martoune Valentin avec qui il aura deux enfants. La carrière de Jean-Joseph de Lavit finit par s’arrêter et il se décide à rentrer en métropole où il se marie : il garde cependant près de lui Martoune Valentin et ses deux enfants métis qu’il inscrira dans son testament en les dotant de plusieurs rentes viagères.

Son fils, Jean-Joseph Chevalier de Lavit, père de Caroline Branchu, connait donc un parcours typique des libres de couleur de l’époque : né en Haïti, formé en métropole, il se marie à une Française, la parisienne Madeleine Brocard, puis intègre la milice de Saint-Domingue en 17692.

La ville et la baie du Cap-Français en 1781 (source : Gallica)

C’est lors de ce retour à Saint-Domingue que naît sa fille, Caroline, au Cap-Haïtien en 1777 mais dès 1782, la famille regagne la métropole, Jean-Joseph Chevalier de Lavit ayant été blessé lors de la Révolution américaine. Caroline Branchu évolue dès lors au sein d’un réseau résolument parisien et privilégié : son père est ainsi en lien avec les élites de la capitale et fait partie des signataires d’une lettre adressée en 1790 à l’Assemblée Nationale pour faire valoir les droits des citoyens de couleur.

Si son père se distingue par ses engagements politiques et militaires, Caroline, comme de nombreux métis nés à la veille de la Révolution3, s’oriente plus clairement vers une carrière intellectuelle et artistique : tandis que sa sœur Laure épouse un étudiant en peinture, Caroline Branchu est encouragée par le chevalier de Saint-Georges, ami de la famille, dans sa vocation musicale.

Portrait du Guadeloupéen Joseph de Boulogne, chevalier de Saint-Georges, célèbre musicien et militaire.

 

Avec son appui, elle rentre au Conservatoire de Paris en 1797 où elle accumule les premiers prix. Reconnue pour sa voix de soprano, elle est également instrumentiste puisqu’elle s’accompagne parfois à la harpe, au piano et à la guitare. Très vite, ses professeurs disent d’elle :

Cette enfant à un instant étonnant de la scène […] C’est une âme de feu ayant à son service une voix dont le timbre réveillerait Gluck.

Cette reconnaissance précoce lui vaut d’être rapidement embauchée : elle fait ses débuts au théâtre Favart à 20 ans, ancêtre de l’actuel Opéra Comique, où elle tient le rôle de choriste dans plusieurs pièces successives.

Le théâtre Favart, dans les années 1820 (source : Gallica)

 

En 1798, elle commence à tenir des rôles de soliste et elle s’impose auprès du grand public avec son interprétation d’Antigone dans la pièce Œdipe à Colonne, d’Antonio Sacchini. Son potentiel est déjà perceptible et les louanges pleuvent :

Le public a vu avec intérêt que la citoyenne Chevalier développoit dès ses premiers pas sur la scène autant de sentiment dans le jeu que d’exactitude dans la déclamation : nous nous promettons de saisir les occasions de parler de cette débutante. 

 

Elle passe ensuite au Théâtre de la République et des Arts (future Académie Impériale de Musique), situé rue de Richelieu où elle rencontre son mari, le Genevois Isaac Branchu, danseur de la troupe, qu’elle épouse en 1800. Elle s’y voit définitivement confirmer comme soliste, avec de très beaux rôles comme celui de Didon dans le fameux opéra d’Henry Purcell. De nouveau les critiques ne tarissent pas d’éloges : 

Si l’on veut avoir une idée très juste de ce que peut le véritable amour d’un art, joints aux plus heureuses dispositions, il faut aller voir Mme Branchu dans Didon.

Elle se distingue également par son interprétation particulièrement réussie des airs de Gluck, notamment dans Iphigénie et Orphée, qui lui valent d’être repérée par Napoléon Bonaparte. En 1803, en plus de sa place permanente de soliste rue de Richelieu, elle intègre ainsi la chapelle de l’Empereur comme première chanteuse comme en atteste les journaux de l’époque.

Cette carrière fulgurante n’est cependant pas sans poser problème … Des péripéties à retrouver dans un second article, qui arrive très vite c’est promis ! En attendant, je vous invite à jeter une oreille à l’une des partitions qu’elle a pu interpréter !

 

  1. Sur l’implication de la noblesse du Sud-Ouest dans la colonisation de Saint-Domingue, voir Jacques de Cauna, L’Eldorada des Aquitains []
  2. Sur l’engagement des libres de couleur dans l’armée, voir Frédéric Régent, “Armement des hommes de couleur et liberté aux Antilles : le cas de la Guadeloupe pendant l’Ancien Régime et la Révolution”, https://journals.openedition.org/ahrf/9023 []
  3. La question mériterait d’être étudiée en tant que telle mais on peut déjà renvoyer aux parcours d’Isaac Louverture, ou Georges Bridgetower, assez significatifs à cet égard []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.