Un musicien oublié : Georges Bridgetower

Quoi de mieux que la Fête de la musique pour célébrer un musicien oublié ? Une fois de plus, c’est le destin d’un Afro-descendant que je vous propose de découvrir aujourd’hui, Georges Bridgetower : à défaut d’être Bordelais, ce dernier recoupe mon champ d’étude puisqu’il a vécu entre 1778 et 1860.

 

Portrait de Georges Bridgetower, c.1800

Georges Bridgetower donc, est né à Biala en Pologne : son père, créole d’origine africaine, est au service de la maison hongroise Esterhazy, tandis que sa mère, européenne, également domestique, travaille pour des familles de la noblesse allemande. Ces milieux nobiliaires cultivent des liens étroits avec les musiciens de leurs temps, comme les Esterhazy qui subventionne Haydn. C’est sans doute cette proximité avec les milieux nobiliaires qui explique l’initiation précoce de Georges Bridgetower à la musique : comme son contemporain Mozart, il effectue dès 1789 des tournées dans des grandes villes européennes (Paris, Londres et Bath entre autres) pour faire montre de ses talents de violonistes. A cette occasion, il sans doute dû croiser James Hemings, qui accompagnait son maître Thomas Jefferson invité à un des concerts de Bridgetower à l’abbaye de Parthemont. En 1791, il est remarqué par le futur Georges IV qui le confie à plusieurs compositeurs de l’époque et il multiplie alors les concerts londoniens jusqu’en 1799.

Critique du premier concert de Bridgetower à Paris le 13 avril 1789 (extrait du Mercure de France, mois de mai 1789)

A partir de 20 ans, Georges Bridgetower prend son indépendance et commence à faire un tour d’Europe en revenant en Europe Centrale, en Allemagne tout d’abord puis à Vienne. Il se lie alors d’amitié avec Ludwig van Beethoven qui, impressionné par ses talents de violoniste, compose pour lui en 1803 sa sonate n°9 pour violon, intitulée de manière explicité : Sonata per un mulattico lunatico. C’est ensemble que les deux musiciens joueront pour la première fois cette pièce la même année, avant que leur amitié ne se délite. Beethoven changera alors le nom de la sonate pour la dédicacer au musicien Kreutzer.

Georges Bridgetower finit par retourner en Angleterre où il continue tout à la fois une carrière de musicien, d’enseignant et de compositeur. Si Georges Bridgetower est aujourd’hui tombé dans l’oubli, ses contemporaines reconnaissent ses talents puisqu’il est successivement élu à la Royal Society of Musicians en 1807 puis obtient le grade de Bachelor of Music à Cambridge en 1811.

Pour ceux qui veulent en apprendre plus sur Georges Bridgetower, je vous renvoie vers ce podcast de France Culture ! Le sujet du poids des violonistes noirs dans la société européenne reste encore largement à explorer : à Bordeaux en 1807, on compte ainsi deux musiciens métis, père et fils, Antoine et Fanon Blot …


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.